l’essentiel
Françoise et Dominique lancent un appel à l’aide. Ce couple d’artistes en grande précarité retourne quasiment à la rue, après diverses escroqueries et un déménagement précipité.

Les deux dernières années n’ont pas été tendres avec Françoise et Dominique. En 2020, le couple a vécu encore rue des Martyrs, la rue bucolique qui grimpe vers le Sacré-Cœur, dans le 9e arrondissement de Paris.

Durant onze ans, Françoise s’est illustrée comme ventriloque dans l’émission de Cauet sur NRJ, et comme comédienne dans les théâtres de la capitale. Dominique est un guitariste professionnel offrant ses services ici. Lassés du tumulte de la vie parisienne, les deux tourtereaux âgés de 60 ans ont décidé de s’installer à Cergy en banlieue, avant de s’éloigner encore à Saint-Quentin, en Picardie. C’est dans la sous-préfecture de l’Aisne que leur destin bascule et qu’ils tombent alors de Charybde en Scylla. Le propriétaire de leur appartement s’avère être un marchand de sommeil, qu’ils reconnaîtront comme tel bien trop tard.

Lorsqu’ils décident de déménager à Lille, ce même propriétaire s’occupe de leur trouver un logement. Ils atterrissent dans un appartement salubre à Marcq-en-Baroeul, témoin au quotidien d’un trafic de drogue de grande ampleur. « C’était devenu dangereux pour nous de vivre là-bas » explique Françoise. Pour couronner le tout, Dominique est victime d’une usurpation d’identité et d’une fraude à l’assurance de la part de leur bailleur.

La seule condition pour nous accueillir était d’abandonner notre chat. C’est impensable.

Il y a quelques semaines, le couple quitte tout du jour au lendemain. Le point de vue d’un employeur puissant qui assiste Madame à Toulouse, dans le secteur de la pyrotechnie, les faits traverser le pays. Arrivé le lundi 9 août dans la cité d’Ingres avec leur chat de 22 ans (!) sous le bras, leur situation va pourtant de mal en pes. Les conjoints retrouvés sans le sou, sans repère, isolés et surtout sans solutions de logement.

Après une nuit en forêt, ils vivent désormais dans un camion

Devant la gravité de la situation, Françoise sollicite le 115, le service d’urgence sociale qui vient en aide aux personnes incapables de se connecter. Ces appels sont vains, ses interlocuteurs refusant systématiquement de leur porter assistance. « La seule condition pour nous accueillir était d’abandonner notre chat » affirmait Françoise. « C’est impensable. » Après plusieurs nuits passées dans un hôtel petit budget, le couple renoue avec l’incapacité de payeur. Les voilà donc à la rue pour une nuit, qu’ils vont passer dans une petite forêt à l’écart de Montauban.

« C’était horrible. On s’est senti comme des parias » Raconte Dominique. « On a soixante ans aujourd’hui, ce n’est pas normal d’en être là. » Françoise ressent de son côté « une impression de nager à contre-courant. » Ils sont depuis hébergés dans un camion aménagé par une employée de l’hôtel montalbanais dans lequel ils sont arrivés, mais leur situation reste des précaires. « Le CCAS (Centre Communal d’Action Sociale, NDLR) ne veut rien faire pour nous. Le 115 non plus. C’est un choix délibéré de leur part de ne pas prendre les animaux. Ça leur permet d’éloigner les marginaux, les SDF et tous ceux qu’ils n’ont pas envie de voir à Montauban » dénonce la comédienne.

Présents aux débuts de son emploi à Toulouse, Françoise et son mari sont condamnés à une vie de misère, et à compter sur l’aide de ceux qui croisent leur route. « On ne va pas rester là éternellement. On a jamais eu de retard de paiement sur nos loyers, on s’est toujours débrouillé, mais il nous faut absolument un logement. On en appelle à la solidarité de tous. »

Toute personne en capacité d’aider Françoise et Dominique peuvent les contacter au 06 50 51 70 52

Rédacteur, Auteur, Journaliste | Plus de publications

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.