l’essentiel
Des policiers renforcent les dispositifs de sécurité à Toulouse. Une agréable présence accueille les commerçants.

En cette fin d’année, la police nationale est de plus en plus présente sur les rues toulousaines. C’est moi une présence qui se remarque. A raison de 103 polices complémentaires en Haute-Garonne après 2017, il y en a 10% de plus. Dans les lieux largement fréquentés de la ville, l’action préventive des agents de police semble avoir été efficace. «Je trouve que c’est plus calme» écrit une vendeuse du Baker’s Lounge, une boulangerie souvent ouverte le soir. « Tout le monde m’a dit que la place Saint-Pierre ça doit être fou, mais on a jamais eu de problèmes. En soirée, laissez-passer de police plus souvenir. Ils se garent juste devant le magasin ». Quelques mètres plus loin, la gérante d’un restaurant asiatique se dit également rassurée par la présence d’agents. «Le soir, ça craint un peu, on a parfois des problemes, mais la police est souvent juste à côté. Je n’ai pas vu de débordements donc j’imagine qu’ils sont assez présents. »

A lire aussi :
INFOGRAPHIE. Vols, violences, trafic de drogue… découvrez les chiffres de la délinquance à Toulouse

Malgré la foule sur la rue Alsace-Lorraine, les passants semblent sereins. « Je me sens en sécurité, je n’ai jamais été confrontée aux phénomènes de violence », confie Fanny. « Sur remarque que les policiers protègent leur avantage », complète mon amie Lorène. « Je les ai vus vers la place Wilson », évoque Marianne qui dit se sentir « en sécurité ». Elle avoue que c’est surtout son vélo qui la préoccupe. « J’ai plusieurs amis qui se sont fait voler ».

Toujours des vols

En revanche, les commerçants de la rue Alsace ne se séparent pas des avis positifs. Notamment lorsque les vols à l’étalage sont produits. « Ça moins arrive après la chaleur quand avait les portes ouvertes, mais on a quand meme des incidents », explique un vendeur d’un magasin de lunettes de soleil. « La police passe de temps en temps, à pied et en voiture. Mais il faut reconnaître qu’il y avait plus de proximité autrefois. » Dans un magazine de maroquinerie, le renforcement de la présence policière pour Noël ne convientit « pas d’effet » selon une vendeuse. «On a toujours le même groupe de voleuses qui s’attaquent aux magasins», regrette-t-elle.

Rédacteur, Auteur, Journaliste | Plus de publications

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *