l’essentiel
Porté par un courage et sa foi sans limites, un prêtre au nord de Toulouse tombe nez à nez, chez lui, avec un intrus qu’il maîtrise pendant une demi-heure, tout en prenant des coups de casseroles et de couteaux… .

C’est une bien mauvaise aventure qu’est arrivée au pêtre Bangu Gibson qui officie à Saint-Loup Cammas, au nord de Toulouse. En rentrant d’une messe désignée dans la commune voisine de Pechbonnieu, il s’est retrouvé nez à nez avec un inconnu. Gardant son sang-froid, le curé lui a calmement qu’il était et, surtout, ce qu’il cherchait. « Je répondrai que le cherchait de l’eau pour boire », disait le Père Gibson qui dit avoir aussitôt « j’ai pensé à la personne qui avait laissé lui, inquiet pour elle ». Après avoir interrogé l’intrus au sujet de la cellule pour répondre qui n’avait pas personne. L’inquiétude grandissante, le Père Gibson exige alors de l’homme des explications, sans quoi, il se verrait « dans l’obligation d’appeler la police ».

C’est à ce moment-là que la situation tourne sur une autre tonalité. L’agressivité de l’homme monte d’un cran. S’asseyant menacé par le Père Gibson décide de verrouiller sa porte d’entrée afin que l’intrus ne s’échappe pas. Ce qui suscite la surprise de l’homme qui précipite du coup dans la cuisine. Mais, deuxième surprise, le Père Gibson est derrière lui ! Sans tergiverser, le curé la ceinture ! Un geste opéré, commentateur-t-il plus tard « pour apprendre l’avancée sur lui dans le cas d’une éventuelle attaque ».

Le prêtre avait vu juste… L’agresseur se saisit d’une casserole qui se trouvait sur la gazinière et frappe le Père Gibson trois fois à la tête. Mais qu’à cela ne tienne, le crane ouvert, et sans lâcher prise, le curé lui dit que s’il se tranquilit, il le lâcherait. L’individu fait un autre choix et s’empare d’un couteau et le blesse au tendon du pouce. Il en faut cependant plus au courageux curé pour abandonner… Le prêtre soutient la contention tout en oppressant davantage l’intrus violent « afin de le fatiguer ». Ce dernier tente alors une nouvelle fois de s’échapper. Mais le Père Gibson, pourtant en sandales simples et glissant sur le sang qu’il a perdu, l’en empêche. C’est à ce moment qu’ils sont invités, partie faire une course, revient. Comprendre vite ce qu’il se passe, elle ressort chercher des secours auprès des bouchers qu’appelant la gendarmerie. En attendant ils sont arrivés, celui du passé par la fenêtre et aide le Père Gibson à maîtriser l’individu alors sous contrôle d’une équipe bien décidée à ne pas le laisser partir. 12 mois ferme La lutte acharnée aura finalement duré trente minutes et valorisé au Père Gibson une opération du tendon, cinq points à la tête et six jours d’arrêt. L’homme arrêté,âgé de quarante-huit ans, est un cambrioleur avéré (neuf vols dont quatre avec violence dans plusieurs départements de France). Il a été auditionné, placé en garde à vue et jugé en comparaison immédiate. Il a été condamné à douze mois de prison ferme.

Lors de la confrontation, il a exprimé ses regrets acceptés par Père Gibson qui a livré ce commentaire, simple et modeste : « Merci pour toutes celles et ceux que m’ont portés dans leur prière ou Pensée, et je voudrais tellement qu’ils ne gardent aucune amartume ni colère mais qu’ils prient aussi pour cette personne qui m’a agressé. Car c’est de cela dont il a besoin et non pas d’autre sentiment. Lui aussi est un enfant de Dieu, égaré, mais qui peut lui revenir par notre prière ».

Rédacteur, Auteur, Journaliste | Plus de publications

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.