Dans les rues où j’habite, l’automne, c’est l’orangé brûlé et le rouge du Chêne des Pins, le bordeaux du Frêne bordelais et les différentes nuances de jaune d’une dizaine d’autres feuillus plantés. Il n’y a que peu de choses qui fleurissent dans notre jardin – une jolie plante ornementale Oxalis et une touffe de fleurs des vents, avec les camélias et la douce d’hiver qui n’ont pas encore fleuri.

En même temps, dans la lande boisée de The Pines, à Frankston, un endroit que nous visitons de façon saisonnière pour les orchidées et autres plantes indigènes en fleurs, il n’y a vraiment qu’une seule chose en fleur évidente – le Silver Banksia. Lors de notre visite il y a une semaine, nous en avons vu un passé Parson’s Bands (Eriochilus cucullatus) fleur, et certaines herbes et carex ont peut-être fait leur travail, mais le capitule jaune du banksia était un phare dans la brousse.

Banksia marginée est une plante de lande répandue dans tout le sud-est de l’Australie et très commune dans tout sauf le tiers nord de Victoria. Bien qu’il soit de taille variable, et à peu près tout le reste, les feuilles étroites, pour la plupart non dentées, avec une pointe plate et légèrement dentelée sont typiques.

Et comme beaucoup dans le genre, les feuilles sont repliées en dessous sur les bords.

Les fruits qui s’ouvrent à maturité, plutôt que de rester sur la plante jusqu’à ce qu’un incendie se propage, sont également distinctifs par rapport à certains autres banksias.

Le capitule commence vert et devient jaune clair. Alors qu’ils peuvent mesurer jusqu’à 13 centimètres de long, à The Pines, ils mesuraient pour la plupart cinq ou six centimètres. Assez trapu. Pourtant, je suis qu’ils ont produit beaucoup de nectar attirant les animaux, justifiant un autre de ses noms communs, Chèvrefeuille.

J’étais content de les voir en fleurs. Les Banksias sont l’une des plantes que j’ai désignées comme signal floral pour mon automne raccourci (avril et mai), avec les champignons fruitiers, qui bien sûr ne sont pas vraiment des plantes. Les Grevilleas, qui (en tant que genre) culmineront en juin et juillet sont mon emblème hivernal, et les caroncules, au début du printemps (sprinter – août et septembre).

Mais surtout, je suis heureux d’apprécier l’élégance de leurs têtes de fleurs et de les voir refléter la couleur des feuilles de ma rue. Plaisirs simples.

Rédacteur, Auteur, Journaliste | Plus de publications

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.