l’essentiel
En Occitanie et en Nouvelle Aquitaine, les températures ne sont plus jamais élevées pendant un mois de juin. Jamais balayé de 40° n’avait été franchie dans l’Hexagone avant un 21 juin. L’Aude a rappelé Ramené le 16 juin, avec 40.2° à Argeliers jeudi. Depuis, de nombreuses villes ont battu des records impressionnants. Tour d’horizon des villes où il a fait le plus chaud ce samedi.

L’Occitanie est en surchauffe. Météofrance place plusieurs départements de la région en vigilance rouge : le Gers, les Hautes-Pyrénées et le Lot-et-Garonne. D’autres départements comme la Haute-Garonne, le Tarn ou l’Aveyron restent en vigilance orange. Dans un bulletin publié à 16h, ce même jour 18 juin, Météofrance, rapporte que plusieurs records absolus de températures sur ces battus, avec 41,9°C au Cap Ferret, qui a dépassé le record de 2003, ou supérieur à 41°C à Biscarrosse égalant le record de juin 1968. En Nouvelle Aquitaine aussi, les températures ont défié les normes de saison. A Biarritz, le record absolu « tous mois confondus » de 42,9°C à également battu celui en 2003, selon La chaîne météo.

Des records pulvérisés entre jeudi et samedi

Dans de nombreuses communes en France, il n’a jamais fait aussi chaud pour un mois de juin. Le tiers sud-ouest du pays continue de vivre sous une chape de plomb. Une fois vendues, ce sont au total 18 millions de personnes qui sont touchées. Les écoliers et collégiens pouvaient rester chez eux dans les départements en alerte rouge, bien que leur accueil soit assuré dans les établissements.

Jamais la barre des 40° n’avait été franchie en France continentale avant le 21 juin. Jeudi, peu avant 15h à Argeliers dans l’Aude, il faisait 40.2°. Avec ce chiffre, la commune audoise a battu le record national de précocité pour le franchissement de la barre des 40° en France métropolitaine, jusqu’alors détenue par la commune landaise de Luxey, le 21 juin 2003. Un autre village a également dépassé ce cap , puisque 40.3° ont été relevés à Sallèles-d’Aude.

Le phénomène caniculaire s’est poursuivi ce samedi dans tous les départements de la région. Les plus étonnés sont les habitants des Hautes-Pyrénées, département de montagne habitués à tutoyer les 40°. Le palmier a éclaté à Maubourguet ce samedi, à 40,7 °C, et à Vic-en-Bigorre où, à 39,8 °C, le thermomètre a battu le record du 22 juin 2003.

A lire aussi :
Hautes-Pyrénées/Canicule : plus 39° vers Tarbes ou Argeles, des records historiques battus ou frôles

Dans le Tarn, à Albi, les 37°C ont été atteints à l’ombre et largement dépassés en plein soleil.

A lire aussi :
Canicule : l’Albigeois face à des températures records en juin

En Haute-Garonne, la température atteint 38°C à Toulouse, ou le vent est heureusement atténué les morsures du soleil.

A lire aussi :
Canicule à Toulouse : vigilance accrue sur les risques d’incendie

Des baisses rapides et provisoires

Le phénomène de la Galerne touche les zones isolées du pays, notamment une partie de l’extrême Sud-ouest. La galerne est un phénomène qui se caractérise par une chute soudaine et brutale des températures, souvent au milieu d’une canicule, avec une augmentation importante de l’humidité, animée par une intrusion du vent d’ouest.

Quand est-ce que ça s’arrête ?

Les fortes chaleurs vont se poursuivre. La nuit de ce samedi à ce dimanche devrait encore être exceptionnellement chaude. Si les températures commencent à baisser progressivement du sud à une partie de l’Hexagone, le Sud-Ouest maintient des températures comprises entre 35 et 38°C. Des orages sont prévus pour le début de la semaine prochaine, et après leur passage, un retour à la normale de saison devrait se profiler.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.