juillet 2008

Les terres arides d’Afrique plutôt que d’Australie sont le foyer naturel de cette rose du désert, mais elle pousse ici à Darwin, la capitale du Territoire du Nord de l’Australie.

Au cas où vous seriez confus, l’emblème floral du Northern Territory Desert Rose Sturt, Gossypium sturtianum. Annoncée en 1961, cette relation de coton commercial (Gossypium hirsutum et d’autres espèces de Gossypium) pousse naturellement dans les parties rocheuses de l’intérieur de l’Australie.

Le SI Rose du désert, sans le préfixe commémoratif du capitaine Charles Sturt, est une plante complètement différente, Adénium obesum. Il appartient à la famille des Apocynaceae, qui contient également des lauriers roses et des frangipaniers.

juillet 2008

Comme beaucoup dans cette famille (les personnes les plus notables, les lauriers roses), Adénium les espèces ont une sève blanche toxique. Cette sève est utilisée en Afrique sur les pointes de flèches et pour empoisonner les poissons, parfois avec des extraits d’espèces si toxiques pour le genre Euphorbe.

Au niveau du sol, la tige et le sommet des racines sont clairement enflés, formant ce qu’on appelle un caudex. Bien que toutes les parties de la plante soient toxiques, ce caudex est généralement récolté puis chauffé pour éliminer le latex.

Le nom Adénium il fait référence à Aden, aujourd’hui zone coloniale et capitale du Yémen, où les premiers spécimens ont été collectés pour une désignation scientifique. Vous pouvez deviner obésum Ressource. C’est l’une des cinq espèces généralement acceptées qui poussent dans toute l’Afrique et dans la péninsule arabique.

juillet 2008

Les roses du désert sur la photo ici dans les jardins botaniques de Darwin de George Brown sont fières d’un endroit, vous pouvez donc penser qu’il s’agit d’une plante locale et peut-être d’une plante emblème du territoire.

Aucune des deux plantes n’est une rose bien sûr, mais les fleurs sont vives et affectueuses, et dans le désert, c’est peut-être la chose la plus proche que vous trouverez Rosa.

La plupart des espèces perdent leurs feuilles en hiver ou en saison sèche, selon l’endroit où elles vivent. A Darwin, les plantes étaient caduques en juillet (2008, photo ci-dessus) et feuillues en octobre (2016, prochaines photos). Les deux fois, elles étaient en fleurs mais plus encore en juillet (je pense que les nouvelles feuilles ont suivi les fleurs).

Octobre 2016

Dans son habitat naturel, s’étendant de la péninsule arabique (y compris l’île de Socotra, qui a tant de plantes intéressantes) jusqu’à la Somalie, l’Éthiopie et, au sud de l’équateur, la Tanzanie, ainsi qu’à l’ouest à travers le sud du Sahara, c’est une variable informer. Certains sont des arbustes, comme ce spécimen, et d’autres sont de petits arbres.

Le spécimen de feuille photographié lors de ma dernière visite (2016) semble être d’origine hybride, peut-être entre quelques versions ou sous-espèces de Adénium obesum. Il a environ 40 ans mais a été transplanté du Sturt Park à Darwin en 2013.

Octobre 2016

Il semble avoir survécu et prospéré dans sa nouvelle maison et est décrit comme le plus grand de Darwin. Je ne sais pas ce qui est arrivé à celui que j’ai photographié cinq ans plus tôt, qui avait l’air si fort.

Tout ce que nous avons à faire est de nous concentrer sur ces magnifiques pétales, doux et roses. Ils sont parfois décrits comme cerise, la couleur que nous avons introduite dans notre logo pour le 175e anniversaire des Jardins botaniques Royal Victoria.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *