Bonjour, je suis Béatrice. Dans cet article, nous allons débattre de sujet passionnant. Mettez votre ceinture, c’est parti :

Citroën et les sociétés françaises Accor et JCDecaux ont créé l’association « Le Collectif Urbain » (Le collectif urbain) afin de développer un système de transport 100% autonome de personnes et de marchandises pour l’environnement des grandes villes. L’idée est d’utiliser une plateforme électrique autonome appelée The Citroën Skate sur lesquels peuvent être attachés différents types de « pods », c’est-à-dire des modules créés expressément pour lui et ainsi offrir toutes sortes de services de mobilité. La marque n’a pas communiqué pas de délai pour la commercialisation hypothétique de ce système de transport urbain modulaire.

La plate-forme Citroën Skate (au premier plan) peut être chargée avec n’importe lequel des modules que nous voyons derrière en seulement 10 secondes.

L’idée repose, selon Citroën, sur difficultés à mettre en œuvre des systèmes de conduite autonome de niveau 5, celui qui dispense de chauffeur, en raison de son coût économique excessif. Selon la marque, les voitures équipées de ces systèmes ne seront pas économiquement viables car les systèmes seront si chers qu’ils ne seront pas justifiés dans des modèles qui passent 95% de leur temps au ralenti. Sur cette approche de base, la marque a développé une plateforme mobile 100% électrique et 100% autonome sur lequel connecter différents modules et qui peut être en mouvement le plus longtemps possible.

Cette base, appelée Le Citroën Skate est une sorte de patin à roulettes de 2,60 mètres de long et 1,60 de large et a une hauteur d’un peu plus d’un demi-mètre. Il peut atteindre une vitesse maximale de 25 km/h. (comme un scooter électrique, pour nous donner une idée), il se recharge rapidement par induction et peut recevoir n’importe quel module de carrosserie en moins de 10 secondes.

Le Citroën Skate est une plateforme électrique et autonome pouvant se déplacer à une vitesse maximale de 25 km/h.

Le skate est en fait une structure qui abrite une batterie électrique à l’intérieur et qu’il comporte, à ses quatre extrémités, des roues motorisées (les moteurs sont à l’intérieur de l’une d’elles), recouvert de pneus sphériques développés par GoodYear. Ces roues sont omnidirectionnelles, de sorte que le patin peut se déplacer à la fois vers l’avant et vers l’arrière, comme un véhicule normal, mais aussi latéralement ou obliquement ou tournant sur lui-même. Le principe est similaire à celui d’une souris d’ordinateur.

Le Citroën Skate est équipé de toute la technologie nécessaire à la conduite autonome : radars, caméras, lidars… il a une suspension très confortable qui élimine même tout type d’impact lorsque le module est installé, il a les logos sur la base illuminés (en blanc ou en rouge pour que les piétons, cyclistes et autres véhicules puissent sentir la direction dans laquelle se déplace ) et, selon la marque, vous pouvez circuler de manière autonome tant que vous le faites dans une voie réservée et donc non mélangé avec d’autres véhicules, élément clé pour pouvoir autoriser la conduite autonome de niveau 5.

Les roues sont omnidirectionnelles et abritent les moteurs de la plate-forme à l’intérieur. Goodyear a produit les pneus sphériques qu’ils utilisent.

Citroën travaille avec l’idée que cette plateforme est « open source », c’est-à-dire une base sur laquelle toute entreprise peut développer un module pour tout type d’application et s’y intègre sans problème. Pour le prouver, il s’est tourné vers ses deux partenaires dans cette curieuse proposition, Accor et JCDecaux.

Les trois « pods » présentés

Accor est une société hôtelière présente dans le monde avec de nombreuses enseignes et a développé deux « pods » ou modules signés par ses enseignes Sofitel, une chaîne d’hôtels de luxe et Pullman, une autre chaîne de son établissement qui s’est spécialisée dans l’offre de services de remise en forme à leurs clients ravis. A) Oui, le premier a développé un module de transport de passagers vitré avec portes coulissantes pour les transferts depuis et vers les gares ou les aéroports et l’hôtel mais peut également être utilisé comme véhicule de service hôtelier pour emmener les clients faire leurs courses ou à tout rendez-vous qu’ils ont.

Il s’agit du module Sofitel, un élégant salon avec des portes vitrées (ouvertes sur la photo) pour les transferts depuis et vers l’hôtel.

Ce module, appelé « Sofitel en Voyage » il est construit en marqueterie de bois et verreIl dispose d’un grand canapé rouge pour deux ou trois passagers et d’un coffre spécifique. Comprend un bar, un système de son, un écran où vous pouvez consulter toutes sortes d’informations sur l’itinéraire, une tablette pour contacter l’hôtel pour effectuer des réservations de service et des chargeurs à induction pour tous types de recharges d’appareils.

Il s’agit de la proposition du cabinet Pullman d’Accor pour une salle de sport mobile permettant de faire du sport en déplacement.

L’autre module de la chaîne hôtelière est le Pullman Power Fitness, une sorte de petite salle de sport mobile avec un rameur et un vélo d’appartement ce qui permettrait aux clients de l’hôtel de faire du sport en déplacement. Il dispose d’un réglage son et lumière spécifique et d’un écran sur lequel visualiser toutes sortes de contenus tout en faisant du sport.

Le module JCDecaux ressemble au mobilier urbain de l’entreprise et est conçu pour tous les types de déplacements urbains.

Enfin, le module conçu par JCDecaux, société dédiée à la construction de mobilier urbain et à la commercialisation de publicité sur ses supports, s’appelle City Provider et est proposé comme une solution de mobilité avec deux espaces, l’un ouvert mais couvert et l’autre fermé, pour se déplacer dans la ville. Avec un curieux toit paysager et deux écrans interactifs pour toutes sortes d’usages, ce module est conçu comme un taxi de location pour toutes sortes de personnes qui ont besoin de se déplacer dans la ville à temps.

Citroën explique que la diversité des modules présentés anticipe que toute entreprise tierce pourrait développer toute autre proposition et que, étant une plate-forme open source, tout irait avec The Citroën Skate. Ni dans la présentation de ce nouveau système de mobilité ni dans la communication presse de la marque n’est mentionné, à aucun moment, les chances que ce système soit effectivement mis en œuvre ni la période avec laquelle The Urban Collectif travaille.

C’est tout pour cette fois, rendez-vous pour un prochain examen de ce qui nous passionne. N’hésitez pas à liker 😛 cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *