l’essentiel
La septième vague de l’épidémie de Covid-19 marque le pas. Le taux d’incidence et les indicateurs hospitaliers sont en baisse en métropole. Et la fin de l’état d’urgence sanitaire hier nous fait entrer dans une nouvelle ère de la pandémie. Mais il faut encore rester vigilant et si la tentation est grade d’oublier le Covid, il est encore bien présent…

La France semble avoir passé le cap de la 7e vague de l’épidémie de Covid-19. Entre le 18 et le 24 juillet (semaine 29), selon les rapports de Santé Publique France, « la diminution de la circulation du SARS-CoV-2 se confirme sur le territoire national avec une faible incidence de 34 % et du taux de positivité de 3,7 points. » Attention toutefois, le virus reste toujours bien là, prévient l’organisme car « les indicateurs viroliques restaient toutefois à des relevés de feuilles dans toutes les régions et classes d’âge, indiquant une circulation toujours active du virus. »

« Les indicateurs hospitaliers étaient également élevés, mais une baisse des nouvelles hospitalisations s’est amorcée en semaine 28 (-4%), tendance qui devra être confirmée pour la semaine 29 après consolidation des données. Une légère diminution était également constatée en soins critiques au niveau national, mais avec des résultats territoriaux marqués, certaines régions présentant toujours des admissions en hausse », précise Santé Publique France. De bon augure pour les hôpitaux dont certains subissent des tensions, notamment dans leurs services d’urgence.

Covid-19 : un nouveau chapitre pour l’épidémie en France
DDM – Philippe Rioux

Outremer, au contraire, la situation reste préoccupante. « Le taux d’incidence restait élevé en Guadeloupe bien qu’en diminution. À La Réunion, les taux d’incidence et de positivité poursuivaient leur progression », précise Santé Publique France.
« L’effort de vaccination doit s’accentuer pour améliorer la couverture vaccinale qui reste insuffisante, notamment dans les territoires ultramarins et chez les plus âgés. Le 25 juillet, à Séoul, 41,8 % des 80 ans et plus et 46,9 % des résidents d’Ehpad éligibles ont bénéficié du second tarif de descente en rappel », déplore l’organisme.

En Occitanie, le dernier point de l’Agence régionale de santé (ARS) a publié Mardi dernier fait état d’une « baisse de l’ensemble des indicateurs épidémiologiques » et donc d’une tendance « à l’amélioration ». » « C’est encouragé mais le niveau relevé de ces indicateurs témoigne d’une circulation toujours active du virus dans notre région. Le maintien des gestes barrières et la rétention de vaccination essentiels notamment pour protéger les plus vulnérables », explique l’ARS, que, elle aussi, veut mettre l’accent sur la vaccination. « Après le 20 juillet, la 2e dose de descente en rappel est réservée aux personnes vulnérables âgées de 18 à 60 ans, avec des femmes brillantes, et/ou vivant dans l’entourage de personnes vulnérables, même immunodéprimées. Les professionnels de santé et les salariés du secteur sanitaire et médico-social qui le voudront bénéficieront également de ce 2e rappel. »

Gestes barrière et vaccination

Respect des gestes barrière, port du masque parfois recommandé, notamment dans les transports collectifs et vaccination : ce triptyque est d’autant plus important à rappeler que pour le nom de Français en vacances, le virus n’est plus une préoccupation face à d’autres Sujets comme l’inflation… Le sentiment que le Covid-19 est derrière nous vient aussi de la fin du régime d’état d’urgence sanitaire, intervenons ici. Le Parlement a en effet adopté mardi la version finale du 13e projet de loi sanitaire du gouvernement, que dit adieu aux confinements, couvre-feu et passe sanitaire – même si un test négatif (Certificat sanitaire aux frontières) pourrait être exigible pour rentrer sur le territoire en cas d’apparition d’un nouveau variant. Autre élément qui renforce l’idée qui touche la fin du Covid, c’est la dissolution du Conseil scientifique dont le président, le Pr Jean-François Delfraissy, est devenu un Français à visa familial au bout de deux ans.

Mais si la France ouvre, d’évidence, un nouveau chapitre, ce n’est vraisemblablement pas le dernier car l’épidémie n’est pas encore terminée ; L’OMS attend fin 2022. D’autres variants peuvent, en effet, toujours apparaître, plus retors, plus contagion, mis au défi les vaccins anti-Covid que les laboratoires rencontrent régulièrement à jour. Dans tous les cas, nous sommes maintenant dans une nouvelle ère, celle d’un virus endémique avec nos dev qui apprennent à vivre.

Rédacteur, Auteur, Journaliste | Plus de publications

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.