Eh bien, pendant que je roule. Voici une autre plante de notre voyage vers les tropiques humides du Queensland, et aujourd’hui, qui fait partie de la famille des Cunoniaceae (lisez tout sur cette famille dans mon dernier post).

C’est Eucryphia wilkiei, ou en cuir Wilkiei. Les plus connus Eucryphie celui de Tasmanie, Eucryphia lucida, la source de miel de bois de cuir. Bois de cuir oriental, Eucryphia moorei, entre dans la chaîne Howe dans l’est de Victoria, à l’extrémité sud de sa répartition plus étendue dans le sud-est de la Nouvelle-Galles du Sud. Il en existe sept espèces Eucryphie, deux en Amérique du Sud, le reste en Australie.

Mais revenons au Queensland, à travers ces spécimens en pot dans notre pépinière à Cranbourne Gardens. Wilkiei Leather Wood se trouve dans une plage de hauteur étroite de 1200 à 1400 mètres au-dessus du niveau de la mer, encore une fois sur le mont Bartle Frere et dans ce cas, nulle part ailleurs. C’est la seule espèce tropicale de Eucryphie.

L’amateur d’orchidées Jack Wilkiei a découvert l’espèce pour la science pour la première fois en 1971. Il l’a trouvée parmi les rochers de granit à l’est du sommet, le seul endroit naturel connu.

Bien qu’elle soit en sécurité dans un parc national, cette espèce sera fortement menacée par tout nouveau changement climatique. La soi-disant « aire de répartition endémique étroite », pour les espèces avec des distributions aussi restreintes, n’a pas beaucoup d’endroits où aller si l’habitat existant est trop sec ou trop chaud.

Ces stipules que j’ai mentionnées la dernière fois, qui sont caractérisées par la famille des Cunoniaceae, sont à nouveau caduques. Je crois que l’appendice rouge incurvé à gauche de cette image suivante est une stipule, entre l’endroit où les feuilles sont attachées. Je regarderai de plus près la prochaine fois que je serai en crèche…

Les fleurs sont beaucoup plus grosses que les fleurs de la semaine dernière Spiraeanthemum davidsonii, mais comme la couleur et la délicatesse. Pas une petite grappe terminale mais des fleurs individuelles sur le côté de la tige.

Les feuilles moins divisées avec des bords incurvés (récurrents) distinguent le bois de cuir Wilkiei de notre bois de cuir victorien individuel.

Bien que ce ne soit pas courant dans la cultivation, vous pouvez le voir dans la section Gondwana du Jardin botanique national d’Australie à Canberra. Et, je note, il est répertorié dans le chercheur de plantes de la Royal Horticultural Society pour les plantes poussant au Royaume-Uni. À l’intérieur d’une serre relativement chaude et protégée, je recommanderais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *