Salut, c’est Béatrice. Ci-après, nous allons évoquer de sujet passionnant. Mettez votre ceinture, on démarre :

Lorsque vous pensez que vous vous trompez, jetez un coup d’œil autour de vous pour découvrir que les autres sont pires que vous. Et sinon, demandez à nos voisins du nord, avec cette incroyable nouvelle sur les radars que nos confrères de Vent d’Autan.com nous apportent en France.

Comme vous le savez bien, car nous en avons déjà parlé, en pays gaulois de nouveaux radars mobiles ont commencé à fonctionner, dits radars privés. Techniquement, ils n’avaient rien de nouveau, à part le fait que leur opération est entre des mains privées, au lieu d’être à bord de voitures de police.

Qu’obtenez-vous avec cela? Eh bien, principalement, que chaque radar fonctionne jusqu’à cinq fois de plus, augmentant de la même manière sa productivité en matière d’amendes et de recouvrement. Même si bien sûr, si le contrôle de vitesse, au lieu d’une seule voiture, vous le faites avec deux, le nombre d’amendes et l’argent collecté seront toujours plus élevés. Un plan sans couture…

La curieuse situation a été détectée par notre confrère Maxime Fontanier, qui l’a immortalisée en vidéo, sur les routes qui bordent la commune de Soisy-sous-Montmorency, dans le Val-d’Oise.

Là, deux radars privés, une Peugeot 508 et une Volkswagen Golf, sont garés à quelques mètres, effectuant leur travail de radar mobile avec une précision totale. Double sécurité ou double cupidité de collecte ?

Car bien sûr, avec cette double amende, chaque pilote qui « tombe » s’expose à une double sanction financière, mais aussi à une double perte de points. Sans aucun doute, une manœuvre exquise pour se voir avec un compte vide et une carte retirée.

Ces radars privés sont des véhicules standards, dans lesquels plusieurs radars et caméras sont installés. Deux modules infrarouges sont placés à l’avant et à l’arrière de la voiture, sur le pare-chocs, près de la plaque d’immatriculation. Ces modules analysent la vitesse des véhicules à proximité et la relient aux limitations de vitesse collectées par le GPS placé sur le pare-brise.

En cas d’excès de vitesse, une caméra infrarouge située à l’intérieur du tableau de bord enregistre les contrevenants, le tout sans émettre un seul flash. Les chauffeurs des entreprises privées ne savent pas non plus s’ils ont « attrapé » quelqu’un, puisque tout est automatisé et qu’ils n’ont aucune alerte ni accès à ces informations.

Vidéo: Maxime Fontanier

Voilà pour cette fois, rendez-vous pour un prochain examen de ce qui nous passionne. N’hésitez pas à partager cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *