l’essentiel
Outre le buste en bronze noirci est resté pendant des dizaines d’années dans la salle du conseil municipal à la mairie de Decazeville, un deuxième buste de François Cabrol est porté manquant. Explications.

Touché et peut-être coulé. Tel est le sort probable réservé au buste en bronze renforcé sur un piedestal, à la Forézie (commune de Firmi, toujours dans l’Aveyron), en mémoire du maître des forges François Cabrol. C’était rejoint l’initiative du club de tir « La Revanche », avec de multiples financements.

La statue de Cabrol, sur la place Cabrol à Decazeville, dans l’Ouest Aveyron.

Lors des tourments de la seconde guerre mondiale, l’effigie de Cabrol fut abattue, en 1941 ou 1942, selon les recherches de Jean Rudelle, membre de l’ASPIBD, l’association de sautégarde du patrimoine industriel du Bassin de Decazeville-Aubin.

Entre le souci de conservation de certains élus et la mobilisation des métaux non ferreux voulue par le régime de Vichy, il est probable que ce buste ait été fondu pour l’effort de guerre de l’Allemagne nazie, selon Jean Rudelle qui s’étonne tout de meme.

Jean Rudelle, un vrai passionné du patrimoine industriel, fait des recherches depuis plus d'un an pour éclaircir le mystère de la disparition des deux bustes de François Cabrol.

Jean Rudelle, un vrai passionné du patrimoine industriel, fait des recherches depuis plus d’un an pour éclaircir le mystère de la disparition des deux bustes de François Cabrol.
DDM, DL

« On aurait pu éviter cette réquisition, la société Nadal de Toulouse qui avait été commandée, ne pouvait prendre les sculptures contre la fourniture du double de poids en cuivre et bronze. Aucune trace de cet enlèvement dans les archives de l’entreprise Nadal car un incendie s’est produit en 1948 ». Là aussi, le mystère reste entier.

Rédacteur, Auteur, Journaliste

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *