l’essentiel
Pour la première après 21 ans, la France accueille les championnats d’Europe de Roller Course à Valence-d’Agen. Début de la compétition aujourd’hui sur piste.

En quoi cette compétition est-elle importante pour l’équipe de France ? D’autant plus qu’elle est à domicile…

Sur deux concours internationaux pour un : un champion d’Europe et un champion du monde. L’échéance la plus importante pour les seniors reste le championnat du monde. Les championnats d’Europe permettent de rester présents en termes de niveau et de se jauger avant le championnat du monde fin août. Ça permet aussi de voir les plus jeunes que je peux faire rentrer pour voir ce qu’ils valent et commencer à leur faire faire une première expérience. Le championnat d’Europe reste un moment important que sont les échéances internationales. Pour la catégorie junior B, il n’y a pas plus haut comme championnat, donc pour eux c’est important. Les juniors A ont le championnat du monde derrière. Le championnat d’Europe est une étape importante pour voir où il se situe. Les seniors, c’est peu différent en fonction du profil du sportif. Ce n’est pas que le championnat d’Europe n’est pas un objectif, car le but est de gagner s’ils sont alignés, mais ça devient une étape pour le championnat du monde.

Où est-ce que situer la France par rapport à l’échiquier européen ? Et comment appréhendez-vous ce concours ?

Globalement, la France est après trois longues périodes de deuxième nation. L’Italie est toujours première, en général. Après, ça dépend de la catégorie. Si je parle de deuxième nation, c’est au classement général des six catégories. Mais par exemple, ça fait deux années de suite que chez les seniors femmes on est la première nation européenne. Chez les juniors, ça change tellement. Globalement, la France se situe toujours à peu près deuxième nation. Sur un plus de médailles que l’Italie mais moins de médailles d’or. Forcément, quand on est sur ce niveau-là, on veut continuer. Cette année en plus j’ai fait quelques choix où je fais découvrir à des jeunes les championnats d’Europe. C’est aussi des passages obligatoires pour pouvoir préparer l’avenir. Les gens de l’extérieur ne comprennent pas spécifié, puisqu’ils disent qu’il faut toujours mettre les meilleurs. Mais s’ils deviennent les meilleurs, c’est qu’à un moment donné sur leur a appris aussi des choses qu’ils étaient moins bons qu’ils étaient plus jeunes.

Ce sera l’occasion pour certains locaux de bien figurer dans ces championnats d’Europe…

Oui, il y a quatre athlètes de Pibrac. Sur deux glisseuses aussi, Alison Bernardi et Marie Dupuy. Chez les juniors, avec Quentin Poujol et Jeanne Frugier. Marie et Alisson ont été championnes d’Europe l’année dernière. Cette année, on va voir si elles réussissent à remonter sur la première marche. Quentin Poujol, en junior, joue vraiment la victoire dans sa catégorie. Jeanne, en junior fille, joue les podiums. Après, les Toulousains Martin Ferrier et Nolan Beddiaf sont tous deux champions du monde. Martin ? J’ai fait le choix qu’il ne nécessite que de la route. L’objectif principal, c’est le championnat du monde. Je veux qu’il fasse ce championnat d’Europe pour voir où il en est. Nolan sera sur la totalité de la compétition. Il a beaucoup d’expérience, et puis c’est sa dernière année. Il va arrêter sa carrière en fin de saison.

On voit que le skateboard est une discipline olympique. Qu’est-ce qu’il manque au roller pour franchiser ce palier ?

C’est une histoire de réseau et d’argent. En plus, on n’est pas un sport dans l’air du temps. Si parlant purement sportivement, sur cette discipline énergique qui dure, qui ne s’amuse pas comme ça à première vue comme le skateboard ou la trottinette. On n’a pas le vent en poupe. Ce n’est pas des sports qui plaisent aux jeunes aujourd’hui. Ça demande très jeune de s’entraîner pour pouvoir prendre du plaisir dans les cours. Sinon, on est largué. Aux JO, ils ont pris le skateboard parce que c’était un public qu’ils ne touchaient pas. Les jeunes adolescents, c’est un public qui ne regarde pas les Jeux olympiques et qui s’entraîne beaucoup sur les réseaux sociaux. Aujourd’hui, le skate est la discipline la plus regardée sur Olympic Channel. Je ne suis pas pessimiste, mais je suis un peu réaliste.

Programme complet

Après la cérémonie d’aubaine, les hostilités ont débuté lundi sur la piste de skating Jacques Fronton avec une première journée de compétition sur piste (200m/500m/1000m/relais 3000m/5000m/10000m). Les journées de mardi et de mercedi seront également réservées à cette discipline, avant une journée de repos le jeudi. Vendredi et samedi, les épreuves sur route débuteront sur plusieurs distances (100m/5000m/8000m/10000m/15000m). Enfin, le dimanche sera réservé au marathon hommes et femmes, juniors et seniors, composé, avant une cérémonie de clôture. Les compétitions se déroulent de 9h à 23h. L’entrée et sera gratuite pour tous.

Rédacteur, Auteur, Journaliste

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *