l’essentiel
Le milieu de terrain franco-australien se livre deux semaines après sa reprise. La méthode Martinez, la scène en Autriche, son rôle dans le vestiaire… Entretien avec l’infatigable Denis Genreau.

Vous avez disputé votre premier match, samedi face au Werder Brême, et vous semblez déjà bien en jambes…

Oui on a fait une bonne première mi-temps. Physiquement je me sens bien, je me suis bien resto et après de bonnes semaines d’entraînement, on est tous en forme et on progresse physiquement.

A lire aussi :
TFC : « Je n’ai pas su dire à ma mère où on allaitait… » le mystère du lieu du stage toulousain en Autriche

Avez-vous déjà occupé un poste de milieu offensif avec beaucoup de libertés, sera-ce votre rôle dans le dispositif imaginé par Carles Martinez ?

Tout à fait. Je suis assez polyvalent, je peux jouer sur les trois postes du milieu de terrain mais être un peu plus haut ça me convient mieux. Et quand il y a deux 6 costauds comme Vincent (Sierro) et le nouveau joueur Cristian Casseres, c’est confortable.

A lire aussi :
TFC : sur scène au Tyrol, Toulouse tourne sur une leçon d’allemand

Lors de cette première mi-temps face au Werder Brême vous semblez avoir déjà retrouvé vos automatismes avec vos coéquipiers…

Exactement, l’entraîneur est très clair dans sa façon de voir le jeu et dans ce qu’il veut qu’on mette en place. Ça prend un peu de temps avec les recrue mais avec les entraînements et le temps passé ensemble, ça va se mettre en place. Le style qu’il veut mettre en place nous convient à nous les joueurs, on s’y retrouve totalement.

A lire aussi :
Market TFC : Toulouse fonce sur le milieu du Werder Niklas Schmidt

Qu’est-ce qui va changer dans le jeu du TFC maintenant que vous êtes entraîné par Carles Martinez Novell ?

J’aime beaucoup sa façon de voir le pied. Tactiquement, il est très fort et il est très clair dans ses messages pour nous dire ce qu’il attendra. En deux semaines sur un déjà beaucoup appris et ça va continuer. Il y aura beaucoup de jeu combiné, on essaye de se trouver entre les lignes, avoir toujours des coéquipiers autour de soi pour avoir les bonnes solutions au bon moment… C’est un style qui me convient plus que la saison passée où on avait un jeu plus direct avec de la vitesse sur les côtés et le je u long magnifique de Branco (van den Boomen). Ce sera un style de jeu différent. C’est toujours excitant de jouer de cette façon, avec le ballon, presser haut… Pour un joueur de foot, c’est top.

A lire aussi :
TFC : avec les internationaux, ça va mieux

Le groupe toulousain a beaucoup changé depuis votre arrivée, vous faites presque figure d’ancien dans le vestiaire aujourd’hui…

(rires) C’est vrai, ça fait deux saisons où je suis là. Ça fait plaisir d’être ici et de prendre un rôle un peu plus important dans le vestiaire. C’est mon objectif sachant que je parle français et anglais. Je ne parle pas encore l’espagnol mais c’est déjà pas mal. Je me sens très bien ici et j’espère avoir un plus grand rôle cette saison. L’année dernière, je suis blessé et je pense avoir montré la bonne attitude en ne lâchant rien, en allant jouer avec la réserve… Je suis revenu fort en fin de saison. Il faut toujours bosser, ne rien lâcher et j’essaie de faire passer ce message aux jeunes joueurs ou à ceux qui jouent le moins.

A lire aussi :
TFC : Toulouse s’offre une leçon de réalisme face au Werder Brême pour son match de préparation à trois niveaux

Commentaire si tu as passé l’étape en Autriche ?

On est très bien, l’hôtel est magnifique. On est à cinq minutes à pied de l’entraînement, ça nous fait une belle petite marche dans le village tous les jours. On a aussi une piscine dans l’hôtel et il fait bon, on est un peu en altitude donc c’est bien pour le fitness. Au moins on ne souffre pas de la chaleur comme à Toulouse. L’air frais des montagnes fait du bien.

A lire aussi :
VIDÉO. TFC : le club violet officialise le recrutement de Frank Magri, quatre recrues toulousaines du marché

Comment s’organise vos journées ?

Alors on est arrive samedi assez tard dans l’après-midi mais on a ensuite fait une séance d’entraînement dynamique. Puis le matin c’est petit-déjeuner suivi de l’entraînement, hier après-midi on a fait le match amical, on avait une heure de bus donc c’était assez long. On profite de ce temps pour s’entraîner un maximum en fait.

Ce ne sont pas des vacances…

Non pas du tout, on n’est pas là pour regarder le paysage, on est là pour bosser.

Rédacteur, Auteur, Journaliste

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *