l’essentiel
Au bar Le Winger, dans la rue Bayard à Toulouse, la fête battait son plein ce dimanche. La NUPES a célébré la victoire de six de ses candidats issus des Circonscriptions de Haute-Garonne.

La bière coule à flots. Des airs d’accordéons s’échappent de la terrasse. Au bar Le Winger, QG officieux de la Nupes (Nouvelle Union populaire écologique et sociale) à Toulouse, l’heure est à la fête.

Les premières estimations ne sont pourtant pas encore tombées ce dimanche soir à 21 heures. Mais les rumeurs qu’annoncent la mayorité des candidats du rassemblement des gauches gagnants en Haute-Garonne les ont dévancées. Les équipes de télévision locales et le campent photographient sur les panneaux de l’établissement, dans l’attente des vainqueurs.

Une heure et demie plus tard, au moment des premiers résultats, Frédéric Borras coordonnait Nupes en Haute-Garonne au micro : « Nupes est devenu la première force d’opposition en France et la première force du département. La domination sans partage des macronistes est révolue. La Haute-Garonne redevient de gauche et aspire de nouveau à une écologie sociale et écologique », s’exclame-t-il.

Six candidats sur les dix circonscriptions

Dans les 10 circonscriptions de la Haute-Garonne, la coalition en dénombrait 6 : Hadrien Clouet (LFI/Nupes) dans la 1ère, Sylvie Stambach-Terrenoir (LFI/Nupes) dans la 2e, François Piquemal (LFI/Nupes) dans la 4e, Christophe Bex (Nupes) en 7e, Joël Aviragnet (PS/Nupes) en 8e et Christine Arrighi (LFI/Nupes) en 9e.

« En 2017 (les dernières léctions législatives, NDLR), les électeurs du département pensaient qu’Emmanuel Macron était de gauche. Durant son quinquennat, le voile est tombé. Ceux qui lui avaient donné sa majorité en France et dans le département étaient des revenus vers une gauche solidaire qui incarnaient des valeurs fortes », analyse Aline Combres, suppléante d’Hadrien Clouet.

Ce dimanche soir, le Winger a conjuré le mauvais sort. Le bar, après les résultats d’élections, sert habituellement la soupe à la grimace. Cette fois, le menu a changé. Les verres d’alcool sifflés et les cigarettes grillées ont demandé le retour des jours heureux pour la gauche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.