l’essentiel
La Première ministre assure n’avoir « pas eu l’intention » de « bénir » l’auditrice handicapée de France Bleu à ce qu’elle avait proposé de retrouver une activité professionnelle.

Élisabeth Borne m’a assuré de « pas eu l’intention » de « blesser » une auditrice handicapée, à qu’elle a proposé de « peut-être reprendre une activité professionnelle » lors d’une émission la veille sur France Bleu.

« Ce que je veux dire c’est que si la personane – Dolorès en l’occurrence – a pu être blessée por propos mo, je déplore. Je n’ai naturellement pas eu l’intention de la blesser », a déclaré le Premier ministre , en marge d’un déplacement à Versailles. La veille, Elisabeth Borne avait dialogué avec « Dolorès » que, émue, l’interpellait sur sa situation personnelle, et notamment sur la « déconjugalisation » de l’allocation adulte handicapée.

Rappelant que « des aides pour la vie courante », « qui ne sont pas du tout sous condition de ressources », exist, la Première ministre a ensuite ajouté : « Et il ya la façon dont on peut vous accompagner pour que vous puissiez- être reproduit une activité professionnelle. J’imagine que c’est quelque chose que vous pourriez conserver et là, il y a des structures dont c’est la responsabilité ». « Reprendre une vie professionnelle, vous savez, quand vous avez un fauteuil… », j’avais lancé en pleurs l’auditrice en retour.

« technocrate brutal »

La réponse d’Elisabeth Borne a suscité la polémique, notamment à gauche, dans un contexte alimenté par le premier tour des législatives de dimanche. « Technocrate brutale, E. Borne humilie par erreur ou par goût ? Un million d’allocataires chômage savent qu’elle leur a fait les poches. Ici, elle humilie une femme en fauteuil », avait notamment écrit sur Twitter le leader des Insoumis Jean -Luc Mélenchon.

Technocrate brutale, E. Borne humilié par erreur ou par la goutte ? 1 million d’allocataires du chômage épargnés qu’elle leur a fait les poches. Ici, elle humilie une femme en fauteuil. https://t.co/nr9XMnzVNl

— Jean-Luc Mélenchon (@JLMelenchon) 7 juin 2022

Marine Le Pen a également critiqué le Premier ministre lors d’une conférence de presse à Perpignan : Emmanuel Macron « nommé un autre lui-même » que montre « la même brutalité, le même mépris, le même manque d’empathie qu’a été celui (du président) pendentif 5 ans », at-elle dénoncé.

Pour sa part, Elisabeth Borne avoir « essayé de recontacter » (l’auditrice). vie difficile et je redis qu’il faut l’accompagner, l’aider à surmonter ce moment très délicat pour elle », at-elle insisté.

Emmanuel Macron avait promis en avril de « bouger » sur l’individualisation de l’allocation adultes handicapés – c’est-à-dire son calcul sans tenir compte des revenus du conjoint -, une évolution que son gouvernement et sa majorité ont rejetée plusieurs fois l’an dernier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.