La Lamborghini Countach est l’un des rares noms de l’histoire de l’automobile qui est lui-même une légende.. Jeunes et moins jeunes le connaissent et le reconnaissent. C’est la Lamborghini par excellence, un nom qui a été entendu pour la première fois au Salon de l’automobile de Genève en 1971. C’est le chef-d’œuvre du grand designer italien Marcelo Gandini, lorsque Gandini travaillait pour Bertone.

La Countach a fini par arriver dans la série en 1973, avec la LP 400 Periscopo.

, la première évolution de cette supercar au design affûté que les Anglais baptisèrent « wedge shape ». La révolution qu’il introduit n’est pas seulement stylistique, mais aussi technique.

Pour commencer, a apporté à la rue un design qui jusqu’à présent n’avait été vu que sur le tapis d’un salon automobile. Le prototype Alfa Romeo Carabo, également créé par Marcello Gandini, avait été une révolution en 1968. En raison de sa ligne de carrosserie acérée, de ses phares escamotables et de ses portes à ouverture verticale. Gandini a transféré tous ces éléments très futuristes sur la Lamborghini Countach.

Sur le plan technique, Lamborghini a opté pour la disposition longitudinale arrière de son moteur V12, d’où l’appellation du modèle LP400, pour « arrière longitudinal » et 400 pour la capacité de 4 litres de sa mécanique. De plus, la boîte de vitesses était disposée devant le moteur, pratiquement à l’intérieur de l’habitacle, entre les deux occupants. Cela visait à obtenir une répartition optimale des poids.

On se souviendra toujours de la Lamborghini Countach d’origine pour sa ligne de carrosserie nette, ses portes à ouverture verticale et son grand aileron arrière.

La Periscopo de 1973 a été suivie de différentes évolutions telles que LP 400 S, LP 500 S, LP 5000 S, Quattrovalvole… La dernière évolution de la Countach est connue sous le nom de 25th Anniversary. A célébré le 25e anniversaire de la marque Lamborghininé en 1963. Il a été conçu par Horacio Pagani et a été mis en vente entre 1988 et 1990.

Lamborghini a remplacé la Countach par la Diablo, puis la Murcielago et enfin l’Aventador.. Aujourd’hui, la firme de Sant’Agata Bolognese, profitant du 50e anniversaire de la présentation du prototype original de la Countach, a créé une nouvelle Countach. Une série limitée à 112 exemplaires créée sur la base de la Sián, une voiture qui à son tour dérive également de l’Aventador.

clins d’oeil au passé

De nombreux éléments de design de la nouvelle Countach ont été créés à l’image et à la ressemblance du modèle original.

Le design de la nouvelle Countach est l’œuvre de Mitja Borkert, l’Allemand qui est en charge du Centro Stile Lamborghini, le département design de la firme italienne. Je comprends que cette tâche était extrêmement difficile puisque le modèle original est considéré par beaucoup comme l’un des plus beaux et des plus avancés en termes de design de toute l’histoire de l’automobile.

Avant de le voir en direct et en direct, avec les photos et vidéos que j’avais pu voir sur Internet, je n’avais pas fini de m’intégrer. La Countach est le chef-d’œuvre de Gandini et Gandini est l’un des plus grands designers de tous les temps.

Cependant, une fois qu’on l’a devant soi ça s’améliore beaucoup. Le nez est ultra bas, dans le style de la Countach originale, son corps est plein de lignes droites. Les groupes de phares sont inspirés des clignotants d’origine. Malheureusement, pour des raisons d’homologation, il ne peut pas être équipé de phares escamotables.

Oui, la plaque d’immatriculation de test pour cette unité de développement Countach est un morceau de papier dans un sac en plastique.

Les passages de roue recherchent également ces formes trapézoïdales du modèle classique, tout à fait dans le style du Quattrovalvole. Cette évolution vitaminée récupère également des jantes au design à cinq trous et une prise d’air de type Naca sur le côté.

Comment pourrait-il en être autrement, utiliser des portes à ouverture verticale, certaines portes qui ont fini par recevoir le nom de LSD ou Lambo Style Doors, d’après la Countach originale. Dans le toit, il y a un évidement dans la partie centrale qui cherche à reproduire la forme du LP 400 Periscopo, même la forme du capot émule également le capot des dernières évolutions Countach.

Maintenant, la partie qui me correspond le moins est celle des feux arrière. L’optique du Sián convient très bien au Sián, avec un design très futuriste et organique, il s’accorde parfaitement avec ce modèle. Cependant, pour moi la Countach méritait des optiques arrière spécifiques, inspirées du design de l’original.

La sellerie en cuir rouge et la fibre de carbone sont les deux principaux protagonistes de l’habitacle.

Le becquet d’ouverture est un autre élément qui peut susciter des critiques. Bien qu’il soit fermé il respecte la silhouette d’une LP 5000 S, mais une fois ouvert il n’offre pas l’impact visuel qu’avait le becquet optionnel de ces 5000 S des années 80.

Bien sûr, cette réinterprétation conserve ce halo de vaisseau spatial du modèle original. Avant tout, pour ses lignes droites. Il n’a pratiquement pas de courbes, quelque chose que l’on retrouve dans n’importe quelle voiture moderne. Quelle que soit la façon dont vous le regardez, c’est une sculpture sur roues. Mais surtout, c’est une structure mobile.

La cabine rappelle assez ce que l’on trouve dans un Sián, ainsi que celle d’un Aventador. Il introduit des graphismes spécifiques sur l’écran principal, ainsi que sur le nouvel écran tactile au centre du tableau de bord.

Seuls les clients les plus spéciaux de Lamborghini ont reçu l’option d’acheter la nouvelle Countach. Cette série limitée de 112 unités a été présentée pour la première fois au public lors du concours d’élégance de Pebble Beach, mais même alors, toutes les unités étaient déjà vendues.

V12 de 800 ch

C’est bestial comment il pousse son moteur V12 de 780 ch.

Sous le grand capot arrière se cache la dernière évolution du moteur 12 cylindres avec un V à 60 degrés issu de la table de conception de l’ingénieur Maurizio Reggiani. Un moteur atmosphérique de 6,5 litres capable de générer 780 ch à 8 500 tr/min et 720 Nm à 6 750 tr/min. Une mécanique avec une vitesse maximale de 8 700 tr/min qui offre un son épique. Il est cette fois associé à un système hybride composé d’un supercondensateur et d’un moteur qui ne pèsent que 34 kilos et sont capables de générer 34 ch et 35 Nm.

Selon Lamborghini le LPI800-4 pour l’aiguille de la balance en 1595 kilos, un poids assez contenu selon les normes d’aujourd’hui. Sans surprise, pratiquement tout le véhicule a été créé en fibre de carbone.

Utiliser une boîte de vitesses à embrayage piloté, comme celui que nous connaissons déjà dans Aventador. Il offre des réactions sauvages, chaque fois que vous montez une vitesse, il vous secoue dans le siège avec une brutalité jamais vue dans d’autres supercars. Ce n’est pas aussi rapide que les boîtes à double embrayage d’autres marques, mais Lamborghini mise toujours dessus.

L’aileron arrière rétractable se soulève et s’abaisse pour optimiser l’aérodynamisme à tout moment.

Il a quatre roues motrices, tout comme l’Aventador. De plus, comme dans les Aventador S, SVJ et Ultimae, la nouvelle Countach dispose également d’un essieu arrière directeur qui contribue à améliorer la stabilité globale en tout temps.

Le système de freinage de la Countach se compose de disques de 400 mm et d’étriers à 6 pistons à l’avant.. Sur l’essieu arrière, il utilise des disques de 380 mm et des étriers à 4 pistons. Un ensemble à la hauteur de l’occasion, mais qui n’a pas été conçu pour le circuit.

Bien que le système de récupération d’énergie soit entre les mains du supercondensateur, la réponse de la pédale de frein est ce que vous attendez d’une voiture de ce calibre. Permettant de moduler le freinage avec précision.

C’est incroyable comme il est large et bas. Il occupe toute la largeur de la route partout où il passe.

Déclarer une performance atomique avec un vitesse de pointe de 355 km/h, accélération de 0 à 100 km/h en 2,8 secondes et accélération de 0 à 200 km/h en 8,6 secondes. Bien sûr, le meilleur de tous est le hurlement de son moteur V12.

Quelques enregistrements stratosphériques, maintenant, les sensations transmises par la Countach sont aussi celles d’un vaisseau interstellaire. C’est tout ce que vous attendez d’une Lamborghini, et plus encore !

En fait, les réactions générales de la voiture sont assez similaires à ce que vous ressentez dans une Aventador Ultimae. On pourrait dire que ce n’est pas une voiture adaptée à tous les publics, qu’il faut savoir à quoi on a affaire avant de prendre la route. Et ayez du respect pour lui, beaucoup de respect, comme le torero en a pour le brave taureau. Parce que les choses telles qu’elles sont, ce Countach est un taureau très courageux.

Bref

La nouvelle Countach est un véritable vaisseau spatial.

Lamborghini a fait quelque chose de difficile. Réinterpréter un classique non seulement de la marque, de l’histoire de la voiture. Heureusement, grâce à des projets comme celui-ci, la firme de Sant’Agata Bolognese garantit la continuité de la saga V12. À l’heure actuelle, la remplaçante de l’Aventador est encore en phase de développement, un modèle qui, comme la nouvelle Countach, recourra à une légère hybridation via le système de supercondensateurs. De plus, l’argent qui sera obtenu de la vente de ces 112 unités Countach contribuera ostensiblement à continuer d’avoir des moteurs V12 dans les années à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.