Salut à tous, je m’appelle Laurent. Dans cet article, nous allons parler de sujet passionnant. Mettez votre ceinture, on démarre :

Xiaomi prend très au sérieux la création de sa propre marque de voitures électriques. La marque chinoise, connue surtout pour ses smartphones, cherche d’autres opportunités commerciales et semble vouloir se concentrer sur le secteur automobile.

Ainsi, il n’est pas étonnant que le géant de la technologie ait racheté la start-up Deepmotion, une entreprise qui développe des logiciels de conduite autonome, pour 77,37 millions de dollars (un peu plus de 65 millions d’euros).

Nul doute que Xiaomi veut dépasser Apple dans ce domaine, comme il l’a déjà fait sur le segment de la téléphonie mobile, avec une part de marché de 17% contre 14% de la multinationale Apple.

Reste à savoir si Xiaomi se dirigera vers les segments populaires ou de luxe, mais son entrée dans le monde automobile semble sans issue. De plus, la société asiatique a annoncé un investissement de 10 milliards de dollars dans les 10 prochaines années pour vaincre la concurrence de Baidu et Huawei. Cette dernière marque est également fortement impliquée dans le secteur automobile et pourrait présenter un SUV en 2023.

Alors, qu’est-ce que Saab a à voir avec tous ces plans Xiaomi ? Très simple : le géant chinois pourrait acquérir des parts dans Evergrande Group, propriétaire de NEVS, qui détient à son tour la légendaire marque suédoise et Hengchi, une firme chinoise qui a récemment présenté neuf modèles électriques.

Au total, Evergrande Group possède trois usines de production en Chine et une en Suède, où Saab était autrefois assemblée. Pouvez-vous imaginer que les voitures Xiaomi ressemblent esthétiquement aux modèles suédois ? Ou mieux encore, que Saab ressuscite avec une technologie autonome et électrique de pointe ?

Pour le moment, toute possibilité reste ouverte, nous serons donc attentifs aux mouvements possibles de Xiaomi concernant ce problème. Je ne sais pas pour vous, mais nous serions ravis de revoir des modèles Saab dans la rue.

Parallèlement, la multinationale chinoise a reconnu à plusieurs reprises avoir entamé des discussions avec plusieurs constructeurs automobiles mondiaux, mais qu’elle n’a pas encore décidé avec lequel d’entre eux elle allait entamer une coopération.

C’est tout pour cette fois, rendez-vous pour un prochain article de ce qui nous passionne. N’hésitez pas à commenter cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *