Bonjour, je m’appelle Béatrice. Ci-après, nous allons explorer de sujet passionnant. Mettez votre ceinture, on démarre :

Il y a quelques mois, nous avons recherché une vidéo que vous pouvez voir en cliquant sur ce lien, lesquelles étaient les voitures les moins chères qui pourraient être achetées sur notre marché. Pour cela, nous consultons les sites Internet des fabricants et appliquons toutes les remises accordées et dues au fait d’avoir, à ce moment-là, la voiture la moins chère était la Fiat Panda dans sa version essence sans hybridation. Aujourd’hui cette voiture n’existe plus puisque tous les membres de la nouvelle gamme Panda Ils sont propulsés par le même moteur essence de 69 ch à hybridation légère, mais nous nous sommes rendu compte que nous n’avions fait aucun essai de la Fiat Panda et nous pensions que l’arrivée de cette variante hybride, qui présente le label Eco de la DGT Ce pourrait être le bon moment pour découvrir cette Fiat 100% urbaine alors, aujourd’hui c’est le moment essayez le Panda dans sa version Sport. Sans options, sur le site Internet de Fiat, il est annoncé pour 10 411 euros toujours, oui, que le montant total est financé à un TAEG de 12 et demi pour cent. Prix ​​au comptant? 12.105 euros.

La Fiat Panda est une voiture du segment dit A, c’est-à-dire la plus petite du marché. Il mesure 3,65 mètres de long sur 1,65 de haut et 1,55 de haut, Il a un empattement de 2,30 mètres et pèse 1 055 kilos. L’unité testée correspond à la finition Sport qui se caractérise par le montage des plus grandes jantes qu’un Panda puisse monter, 16 pouces, chaussées de pneus 195/45 R16, et en ayant les coques de rétroviseurs et les poignées de porte dans la même couleur de carrosserie au lieu de noir.

Cette version Sport de la Fiat Panda Hybrid est la plus « sportive » de la gamme, mais uniquement en raison de son aspect extérieur et de son jeu de roues plus généreux.

Dans la récente refonte de la voiture, la Panda a changé ses pare-chocs, a incorporé une nouvelle couleur, comme le Sfrenato gris de notre voiture, qui nécessite une dépense supplémentaire de 364 euros et le look sportif peut être complété par des étriers de frein en rouge, un hommage à la génération précédente Panda 100 HP, qui coûtait 208 euros ou les vitres arrière surteintées, qui valent 108 euros.

Changements à l’intérieur de la nouvelle Fiat Panda

A l’intérieur, le Panda a changé. La raison en était l’inclusion d’un nouvel écran de 7 pouces en standard qui permet de gérer le système audio et le téléphone et qui est compatible avec Apple Car Play et Android Auto. Il est bien situé, il est assez grand, il a de bons graphismes et, étant compatible avec les logiciels mobiles nous pouvons utiliser les applications de navigation les plus courantes. Ou, sinon, on peut mettre le navigateur sur le mobile lui-même et le placer dans un trou sur l’écran pour le consulter.

Sur le tableau de bord de la Fiat Panda, ressortent les nombreux éléments carrés aux bords arrondis, ainsi que la position surélevée de la boîte de vitesses.

Le tableau de bord associe la couleur anthracite à la partie supérieure noire, Il est fait de plastique dur et a le levier de vitesses placé sur une console assez haute.a, de sorte qu’il est très pratique. Tous les boutons ont un joli design carré aux contours arrondis, à la fois sur la console et sur le volant. Cette forme est répétée dans la conception de l’instrumentation, qui est analogique.

Assortis aux étriers de frein rouges et aussi en option, la version Sport peut avoir les coutures des sièges et du volant en rouge Le Panda dispose de plusieurs emplacements pour les objets, à la fois dans la console et dans la partie du tableau de bord située devant le passager, avec la boîte à gants fermée habituelle et un autre espace ouvert d’une capacité considérable.

Le nouvel écran central est plus grand que le précédent et offre une interface plus complète. Il n’a pas de navigateur, vous devrez donc utiliser les applications du téléphone.

Et en tant que voiture simple et premier prix qu’elle soit, elle présente quelques lacunes dans ce qu’on pourrait appeler, l’ergonomie. Par exemple, le volant n’est réglable qu’en hauteur, pas en profondeur. Pour profiter des rétroviseurs électriques il faut débourser 312 euros, bien qu’ils incluront, pour le même prix, les radars de recul. Ils sont également facultatifs réglage en hauteur d’assise (104 euros), réglage en hauteur de ceinture de sécurité ou poignée passager cela, coûtant 10 misérables euros, pourrait déjà être standard. Une autre chose un peu étrange est la position des vitres avant, dans la console plutôt que dans la porte. Finalement, Le climatiseur est également en option, qui coûte 353 euros. Si nous ne le choisissons pas, nous aurons, oui, une climatisation classique.

L’image des sièges arrière, prise en grand angle, peut être trompeuse. Homologuée pour trois places, la banquette arrière est étroite.

Nous allons maintenant avec les sièges arrière. La Fiat panda est l’une des rares voitures de ce segment à a l’approbation pour cinq sièges et ainsi vous avez le troisième appui-tête et la troisième ceinture, qui est sur le toit, mais il sera difficile de placer trois personnes derrière sauf si ce sont des enfants à cet âge où ils peuvent arrêter de voyager dans des sièges pour enfants. Sinon, l’espace pour les jambes est correct pour une voiture de ce segment et la garde au toit est également correcte. Gardez à l’esprit que le Panda c’est une petite voiture et est donc bien utilisée.

Malle de 225 litres, parfaite pour un achat en épicerie ou pour les sacs à dos scolaires des enfants.

Tout comme le coffre. Il a 225 litres ce qui, sans être extraordinaire, est une capacité nettement supérieure aux autres voitures du segment A. Une Citroën C1, une Fiat 500, une Renault Twingo ou une Toyota Aygo n’atteignent pas les 200 litres. En revanche, les coréens, Hyundai i10 et Kia Picanto et Suzuki Ignis, proposent 255 litres, 30 de plus. La Panda dispose d’un plateau rigide, rabattable par des parties asymétriques du dossier de siège arrière et d’un kit de réparation crevaison sous le plancher.

La principale nouveauté, sous le capot

La grande nouveauté de cette nouvelle Panda se trouve cependant sous le capot avant. C’est le moteur à trois cylindres et un litre à aspiration naturelle de 69 ch que l’on connaissait déjà le Panda qui était vendu jusqu’à présent, mais qu’est-ce que intègre désormais l’hybridation légère, c’est-à-dire qu’il comprend une petite machine électrique d’une puissance de 5 CV qui démarre le moteur à essence et vous donne un coup de main rapide dans certaines accélérations et lorsque la voiture est sur le point de s’arrêter. Le système fonctionne avec une tension de 12 volts et lui confère l’écolabel de la DGT.

La Fiat Panda Sport Hybrid est équipée d’un moteur trois cylindres atmosphérique de 69 ch.

Avec ce moteur, le Panda revendique une vitesse de pointe de 164 km/h. et une accélération de 0 à 100 km/h, en 13,9 secondes. De quoi se déplacer dans son habitat : la ville. Il y bouge à volonté depuis il est agile, il peut être garé n’importe où et il a aussi le bouton Ville, qui, lorsqu’il est activé, augmente l’assistance à la direction pour que les manœuvres puissent être effectuées presque avec un seul doigt. La direction du Panda n’est pas extraordinaire, mais avec cette astuce, en ville tu conduis sans stress.

Le moteur a des performances correctes, sans plus. Le couple est de 92 Nm et est atteint assez haut, à 3 500 tours, ce qui signifie que vous devez prendre des tours haut pour obtenir une certaine performance. Et non, il ne s’agit pas de conduite sportive mais simplement de pousser un peu quand vous en avez besoin.

Sur la route cette Panda transmet beaucoup de confiance, avec un châssis nettement au dessus des possibilités du moteur et une suspension très réussie.

En ville, pas besoin de plus. Et moins maintenant que la plupart des rues sont limitées à 30 par heure, mais sur la route, ce Panda manque de verve. Le moteur est sous-alimenté et la voiture pèse une tonne. Et vous pouvez le voir. Si nous le chargeons, ce sera un peu court. Le problème c’est qu’il n’y en a plus. La seule alternative est un moteur de 0,9 litre de 86 ch, mais ce moteur est exclusif à la version Cross. à traction intégrale, le célèbre et merveilleux 4×4 Panda.

Le moteur a cependant un bon allié lors des changements de vitesses. Manuelle, bien sûr (la Panda ne propose pas de versions automatiques et elle devrait le faire car la ville c’est son truc), et avec six vitesses. Cela rend les premiers courts et vous pouvez obtenir un peu plus de réponse du moteur.

Pour être honnête, le sixième n’est pas nécessaire. En ville ça ne va jamais, sur route non plus et sur autoroute, seulement en descente Puisque à celui qui commence une pente, vous devez revenir au cinquième et, si nous sommes chargés ou que la pente est quelque chose de plus qu’une pente, au quatrième, mais comme il est là, il est utilisé lorsqu’il peut être utilisé pour réduire un peu plus la consommation.

L’autoroute n’est pas son terrain de prédilection, mais il se défend en maintenant le 120 sans problème avec une consommation qui n’atteint pas les 5 litres.

Concernant la consommation, la marque annonce en moyenne 5,2 litres à 100 pour cette version Sport (la version Life reste à 5.1 en raison de ses pneus plus étroits). Dans notre essai On a réussi à perdre cinq litres sur autoroute à vitesse soutenue. Dépensez un peu plus sur la route et en ville aussi. Pour toute utilisation, restez avec un chiffre : six litres et vous verrez comment il fera le tour presque toujours.

Le comportement dynamique de la Panda est très satisfaisant. La suspension a été améliorée par rapport à la génération précédente et concernant la 500 (vidéo avec le test de la Fiat 500 avec ce même moteur hybride), qui nous a toujours semblé une voiture très rebondissante. Le Panda filtre bien et ça en ville s’apprécie. Ce n’est pas une suspension très molle, mais elle n’est pas ferme non plus et sur route elle contrôle beaucoup l’inertie. Gardez également à l’esprit que cette version Sport a un peu plus de volant et que sur la route lui va bien.

La Panda est une voiture éminemment urbaine. En ville il est à sa sauce et il est idéal pour s’y installer.

Au volant, la Panda est représentée comme une voiture agile, avec un châssis correctement réglé. C’est vrai que c’est une voiture étroite et relativement haute, mais sur la route transmet la confiance, entre autres parce que les performances du moteur n’arrivent pas à mettre le châssis en difficulté sauf si l’on se jette dans le col comme s’il n’y avait pas de lendemain, chose déconseillée dans une citadine.

Fiat a une longue histoire dans la production de voitures du segment A, de petites voitures urbaines, simples, peu coûteuses à acheter et à entretenir, parfait comme deuxième voiture de la maison. Ce Panda n’est que ça. Elle n’a pas le glamour de la 500, mais pour ce prix, il est difficile de trouver une voiture plus honnête.

C’est la fin pour aujourd’hui, rendez-vous pour un prochain examen de ce qui nous passionne. N’hésitez pas à liker 😛 cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *