l’essentiel
Jusqu’à vendredi et la rencontre entre Castres et Montpellier au Stade de France, La Dépêche du Midi analyse chaque jour un match dans le match. Aujourd’hui, épisode deux. Zoom sur le duel entre le Castrais Teariki Ben-Nicholas et le Montpelliérain Zach Mercer.

Dans ce championnat si féroce, qui exige une intensité de tous les instants, tous les deux ont impressionné. Efficaces, imposants et brillants, Ben Nicholas et Mercer ne sont pas les derniers pour leur première saison en Top 14. Lorsqu’ils vendront le soir, les autres numéros 8 seront un véritable face-à-face dans le match. Attention aux dommages.

Fraîchements débarqués, aussitôt installés

Les deux hommes présentent une similitude concernant leur saison. Ils ont tous les deux réalisé leur première saison dans le championnat français. Teariki Ben-Nicholas est arrivé dans le Tarn en provenance des Highlanders. Tandis que Zach Mercer traversait la Manche, quittant Bath pour rejoindre l’Hérault. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les deux numéros 8 se sont très vite montrés indispensables dans leur équipe respective. Ben Nicholas a débuté 14 reprises en 15 matchs. Zach Mercer a disputé 31 (!) matchs depuis son arrivée dans le sud de la France. L’acclimatation fut excellente pour les deux hommes qui constituent chacun un rouage essentiel du paquet d’avant de leur équipe.

Ben Nicholas, aussi discret qu’utile

Pour sa première saison dans le Tarn, le joueur d’origine néo-zélandaise a convaincu. Ancien baby black (- 20 ans néo-zélandais), le troisième ligne s’est très vite intégré au système castrais. Au moment où Ben Nicholas est disponible, ce sont l’entraîneur Pierre-Henry Broncan qui l’a chaque titularisé ou presque (14 titularisations en 15 matches). Ce fut une surprise après que le numéro 8 ait enchaîné les excellentes performances.

#TOP14 #EssaiDuJour -J11
Contre express du @CastresRugby ?

Julien Dumora relance avec du feu dans les jambes et offre l’essai à Teariki Ben-Nicholas? pic.twitter.com/MsyHDRbMxN

– TOP 14 Rugby (@top14rugby) 3 décembre 2021

Et même si sa blessure face aux Harlequins (lésion musculaire à l’ischio-jambier), en décembre, l’a stoppé en plein élan, la troisième ligne est revenue de plus belle dès février. Souvent utilisé lors de la première heure de jeu par son entraîneur, Ben Nicholas utilise les défenses et se montre particulièrement performant dans le domaine aérien. Pour le CO il sera une aide non négligeable tant la touche castraise est en difficulté ces dernières semaines.

A lire aussi :
Finale du Top 14 : Gaëtan Barlot (Castres) – Guilhem Guirado (Montpellier), choc des générations

En septembre dernier, la Nouvelle-Zélande nous confiait à nous colons « Je veux venir avec une équipe qui ne soit pas assez jeune pour être considérée comme la meilleure de France, mais qui reste performante pour les meilleures équipes du Top 14 ». Force est de confirmer que 9 mois plus tard, le CO est en seule marche pour devenir la meilleure équipe de France. Et l’arrivée de Ben Nicholas n’y est pas étrangère.

Mercer, une machine bien rodée

En face de lui, Ben Nicholas revient sur ce qui est fait de mieux cette saison en troisième ligne centre au côté de Grégory Alldritt. Cette révélation, c’est Zach Mercer. Bref, ce n’est pas une révélation dans le monde du rugby car les Anglais ont été laissés pour compte par le bain pendant 5 ans, période pendant laquelle ils ont été inscrits pendant 26 ans. A Montpellier, Mercer est cadre dès son arrivée. Je l’avais prédit, j’ai joué 25 matchs de Top 14, pas 20 en tant que titulaire.

Zach Mercer de Montpellier a effectué un autre quart de travail fulgurant

Tacles : 9
Portées : 13
Mètres : 53m
Déchargements : 3#DemiesTOP14 #MHRUBB pic.twitter.com/QGBzDNfBT5

— Illtud W. Dafydd (@IlltudDafydd) 18 juin 2022

Surtout, l’âge de Bath est devenu un incontournable tant are always in the game héraultais s’est fait ressentir cette saison. Véritable perce-muraille (77 plaquages ​​cassés en Top 14), il a démontré être le fer de lance du MHR. C’est par lui passé que la plupart des attaques montpelliéraines (337 parcours ballon en main !). Excellent en défense, Mercer est le numéro 8 parfait que cherchait Philippe Saint-André. Et sur le terrain, l’homme au casque bleu ne passe pas en aperçu. Castres est prévenu et doit s’attendre à affronter un joueur au sommet de son art.

Avantage fraîcheur ?

Eh bien qu’il soit difficile de donner un certain avantage à l’un des joueurs, un fait est là : le numéro 8 Castrais sera plus frais. Moins utilisé cette saison que Zach Mercer, Teariki Ben-Nicholas n’aura passé « que » 945 minutes sur les pelouses cette saison quand la troisième ligne montpelliérain a joué 1891 minutes, soit deux fois plus. Pour autant, le joueur de Philippe Saint-André a déjà prouvé cette saison que la férocité ne lui faisait pas peur. Alors ce ne sont pas 80 minutes de plus qui effraieront l’Anglais. Mais Ben Nicholas et les Castrais le savent, Mercer pourrait donner en intensité au fil de la rencontre. Il sera désormais rentable au CO tant que le numéro 8 est d’une importance capitale et est sûr que l’homme le plus influent dans le jeu du MHR.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.