l’essentiel
Les Héraultais sont champions de France à la suite de leur succès face aux Castrais en finale du Top 14 ce vendredi 24 juin (29-10). Grâce, notamment, à son troisième ligne Anglais.

Titi LAMOSITELE (3/5) : Je ne m’ai jamais pénalisé et particulièrement sur dans son jeu : voilà ce qu’on sue a pilier. Le gérant Philippe Saint-André n’aura rien à reprocher à l’Américain. Ils remplacent Robert Rodgers pour la suite d’imitation. Rien à signaler du côté gauche de la mêlée du MHR.

Guilhem GUIRADO (3/5) : Ils sont le premier match en tant que joueur de rugby professionnel a pris fin prématurément. La faute à un plaquage appuyé par Mathieu Babillot (27). KO, le talonneur international qui s’était signalé pour sa défense a été contraint de quitter ses partenaires sur le protocole commotion.

Mohamed HAOUAS (3/5) : Le pilier droit a été sans doute été vexé d’avoir été vilipendé par l’arbitre Tual Trainini en mêlée. Sur la poussée suivante, l’international a littéralement déchiré la première ligne castraise et al permis à Benoit Paillaugue d’enregistrer une pénalité qui a mis les Héraultais à l’abri (39).

Florian VERHAEGHE (4/5) : On le savait très à son aise sur les touches et il n’a pas déçu. Dès la première action du match, c’est lui qui chipe le ballon sur une touche castraise (2) devant Staniforth. Injouable à ce jeu (9, 35, 44), il s’est en plus offert le luxe d’inscrire le deuxième essai de son équipe par-dessus un ruck (9).

Bastien CHALUREAU (3.5/5) : L’ancien Toulousain effectuait des tâches plus obscures que le partenaire de la deuxième ligne mais il est à créditer d’une belle partie. C’est lui qui récupère le ballon dans le maul castrais sur l’action du deuxième essai du MHR.Très présent en défense avec 90% de plaquages ​​réussis.

Alexandre BECOGNEE (3.5/5) : Quel travail, quel abattage du joueur né à Bordeaux qui n’a pas compté leurs efforts. Un ballon récupéré à la suite d’une touche lors d’un temps fort tarnais (36) mais surtout un travail de sape de tout instant. Un des hommes forts de la defense montpellieraine.

CAMÉRA Yacouba (3/5) : Peu en vue en première période, le troisième ligne international s’est montré costaud au retour des vestiaires. Ils sont grattage ô combien important après une percée de Combezou (54) permet à Montpellier de respirer après cette alerte chaude dans les 22m héraultais.

Zach MERCER (4.5/5) : « T’inquiète, tu ne seras pas déçu » avait annoncé le manager montpelliérain Philippe Saint-André et le président Mohed Altrad au moment de l’arrivée de l’Anglais Zach Mercer, le dernier été. PSA ne s’était pas trompé et l’Anglais le lui a bien rendu hier soir. Omniprésent, il s’est amusé à briser la ligne de défense castraise à de nombreuses reprises (12, 36). Mais c’est dans un domaine dans lequel on ne l’attendait pas vraiment que le Britannique a surpris son et a, pour la même occasion, j’ai lancé cette finale. Un coup de pied rasant dans les 22m castrais pour envoyer à l’essai Arthur Vincent dès la 5e minute de jeu. Au-delà de ce geste de grande classe, le casque bleu des Héraultais a fait vivre un cauchemar aux Tarnais que n’ont jamais réussi à le contrôler. C’est encore lui qui est à l’initiative de l’action sur le troisième essai du MHR. Plus important encore, c’est lui qui vient mettre la main pour empêcher Dumora d’aplatir en début de deuxième période (51). Un match plein.

Benoit PAILLAUGUE (3.5/5) : Pas franchement heureux sur ses tentatives au pied (3/5), le demi de mêlée aura quand même réussi à reporter son duel face à son homologue castrais. Pour son dernier match avec les Héraultais (avant de part à Toulon), il aura été dans tous les bons coups offensivement.

Paolo GARBISI (3/5) : Pour sa première saison avec Montpellier, il lève le Bouclier de Brennus. Décharge du jeu au pied lors des grands rendez-vous, il a dû prendre la suite de Paillaugue au moment de sa sortie. Et l’Italien ne s’est pas trompé pour inscrire trois points précieux afin d’augmenter encore un peu plus l’écart (68).

Vincent RATTEZ (3/5) : Malheureusement pour lui, il n’a pas été ici d’un seul ballon exploitable sur son aile. On l’a donc très peu vu sur les phases offensives même s’il était présent pour faire office de relais. Il avait toujours les cannes à la 80e pour faire une course de 50m afin de récupérer un ballon devant Zeghdar (80) dans ses 22m.

Jean SERFONTEIN (3.5/5) : Impressionnant en défense, à l’image de cette montée éblouissante sur Julien Dumora (56) qui s’est bien fait secouer à la réception d’un coup de pied. Au total, le Sud-Africain a réalisé 13 plaquages ​​et ce en quelques semaines. Une performance à la hauteur de l’événement.

Geoffrey DOUMAYROU (2.5/5) : Un jeu au pied mal assuré (65), une faute dans ses 40 mètres qui aurait pu permettre à Castres de scorer, le second centre du MHR a eu peu de mal en seconde période. S’il ne s’est jamais échappé en défense, il n’a réussi que 56% de ses plaquages.

Arthur VINCENT (3.5/5) : L’ailier à enregistrer le premier essai du match au bout d’à comb cinq minutes de jeu après avoir bien suivi un coup de pied de Mercer. Il est aussi à la « passe décisive » sur le troisième essai, grâce à un chapeau haut de forme bien senti pour Bouthier dans essai dos.

Antoine BOUTHIER (4/5) : Un match plein pour l’arrière qui a pu faire étalage de toute sa palette technique. Ils sont jeu au pied qui a été précieux pour dégager son camp et qui aurait pu lui permettre d’inscrire un essai (66) mais aussi ses qualités de finisseurs. Ils sont essayés permet aux Cistes de se mettre à l’abri dès la 12e minute.

Rédacteur, Auteur, Journaliste | Plus de publications

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.