l’essentiel
La protestante qui avait été filmée par plusieurs chaînes d’informations en train de se dégrader mardi 7 mars à Paris une voiture de SOS Médecins, a été condamnée ce vendredi 10 mars à deux ans de prison dont un an ferme. Il aussi interdiction de venir dans la capitale durant deux ans.

Un homme, filmé en train de dégrader mardi 7 mars à Paris une voiture de SOS Médecins lors de la manifestation contre la réforme des retraites, a été condamné vendredi 10 mars à deux ans de prison dont un an avec sursis et interdiction de venir dans la capitale durant deux ans.

L’homme, âgé d’une quarantaine d’années, qui a été jugé en comparaison immédiate par le tribunal correctionnel de Paris, devra effectuer sa condamnation à domicile sous bracelet électronique. Demeurant en province, cet homme qui est fiché S, selon une source proche du dossier, a été interpellé mardi en fin de journée et placé en garde à vue après plusieurs dégradations et jets de projectiles contre les forces de l’ordre.

Le préfet de police de Paris Laurent Nuñez a mis l’accent vendredi, selon un des ses proches, sur « la grande réactivité des forces de l’ordre engagées mardi dont l’action a été déterminante pour contenir les troubles dans un contexte violent et pour faire cesser les exactions commises en procédant à des interpellations ».

A lire aussi :
Grève du 7 mars : Albi, Cahors, Annonay… des coupures d’électricité sauvages paralyzed plusieurs villes du pays

Les chaînes d’information en continu avaient I filmé en direct l’homme condamné vendredi en train de casser avec d’autres personnes une voiture de SOS Médecins en intervention. Les images diffusées montrent tout de noir vêtu s’emparer d’un panneau de signalisation avant de taper sur le stop-brise du véhicule, tandis qu’un autre, vêtu de noir aussi, casse la vitre avant.

« Radicalisation »

Il est également soupçonné, selon une source policière, d’avoir mis le feu à des barrières et d’avoir lancé à deux reprises des bombes artisanales sur les forces de l’ordre, bénissant un gendarme mobile qui a déposé une plainte. Une autre source policière a révélé une « radicalisation » mardi « d’individus connus pour des faits de violence ».

Au total, 47 personnes ont été interrogées à Paris pour la journée, sur le parquet de Paris. 44 ont été placés en garde à vue dont 41 majeurs. Concernant les adultes, il a déjà 9 cours sans suite entre autres, une quinzaine de rappels à la loi, et des présentations à un juge.

Hormis le véhicule de SOS Médecins, trois banques ont été dégradées ou ont été taguées mardi à Paris même si vingt-cinq abribus, une compagnie d’assurance, 14 façades d’immeubles, une agence de voyages et la maison des pompiers de Port-Royal, selon une source policière. Mardi, la 6e journée d’action contre la réforme des retraites a réuni 1,28 million de manifestants dont 81 000 à Paris, selon le ministère de l’Intérieur. La CGT en a nommé 3,5 millions en France et 700 000 à Paris.

Rédacteur, Auteur, Journaliste

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *