l’essentiel
Des conducteurs ont dû s’expliquer devant le tribunal de police pour avoir désigné des conducteurs « farfelus » après avoir reçu leurs amendes.

« Ce pauvre monsieur n’a jamais mis les pieds en dehors de ses frontières et se retrouve désigné dix-huit fois ». Debout derrière son pupitre, l’officier du ministère public (OMP) mène ses réquisitions devant le tribunal de police de Toulouse.
Ce jour-là, plusieurs propriétaires de voitures sont assignés en raison d’excès de vitesse commis dans le département. À chaque fois, une fois leurs véhicules flashés, ils se sont défaussés sur d’autres conducteurs dont certains ont semblé farfelus à l’OMP.
À la barre, un retraité qui roulait trop vite a renvoyé son amendement en désignant un autre homme : un Albanais, dont il a fourni tous les documents d’identité. « C’est une manœuvre qui arrive un peu trop souvent », glisse l’OMP, sévère. « D’habitude, j’ai des petits PV et je paye normalement ». Interrogé sur cet Albanais, il s’excuse : « Là, je suis désolé, je ne m’en souviens pas ».
Depuis l’Albanie, le conducteur a déposé une plainte. Ils sont nommés en effet diffusés dans 18 dossiers d’excès de vitesse et deux de stationnement. Ses papiers seront monnayés par quelqu’un sur Toulouse.
La désignation suspecte coûtera 400 € à celui qui ne voulait pas perdre ses points.

Ils sont beau-père de 96 ans

Après le déjeuner, un homme de 70 ans s’avance face au juge. Dans son cas, c’est son beau-père qu’il a désigné. Ce retraité de 96 ans aurait emprunté à la voiture du côté de Saint-Pierre-de-Lages.
L’homme n’en démord pas. Dans la salle, son épouse s’offusque. Son mari n’est pas un mentor. « C’est idiot d’arriver à 96 ans avec 12 points et d’en perdre… ironise l’OMP. Puisqu’il prend la voiture, il pourra venir comparaître… » L’audience est renvoyée au mois de février et le nonagénaire sera convoqué pour s’expliquer.
Dans le dossier suivant, le justiciable a envoyé une lettre de réponse. « Vous y dîtes que c’est votre épouse qui a emprunté la voiture pour aller à une formation. Mais, dans le courrier, vous écrivez «J’ai accéléré et arrêté un chien qui traversait»…»
« Ça prend des proportions… » s’inquiète l’homme de 58 ans contraint de donner officiellement les coordonnées de sa femme. Ils seront convoqués pour le mois de février.
Certains chefs d’orchestre, en désignant un tiers, alors qu’ils sont bien les auteurs de l’excès de vitesse, se croient à l’abri. Ils se tournent parfois vers un proche. D’autres vont sur internet où certains vendent leurs points comme Joël*, 45 ans. « J’ai le permis et je n’ai pas de voiture. Alors je propose à ceux qui veulent prendre leurs points en échange de 150 € quan j’ai besoin d’argent ».

*Le prénom a été changé

Rédacteur, Auteur, Journaliste

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *