l’essentiel
Près de Toulouse à Carbonne, le lac de Barbis est devenu l’adresse de plusieurs rendez-vous libertins sexuels. Référencés sur des dizaines de sites d’adultes, les lieux attirent plusieurs personnes. Lassée la mairie tente alors plusieurs actions pour changer la fréquentation.

Conçu pour être un espace familier, le lac de Barbis, à Carbonne, attire désormais les libertins de toute la région. Après les travaux de 2010, les anciennes carrières transformées en plan d’eau sont devenues leu de rendez-vous de différentes pratiques sexuelles. Et le lac et ses bois attirent tellement les amateurs de sensations libertines que la municipalité de Carbonne a dû se saisir du problème. Ce jeudi 21 juillet, lors d’une visite d’Etienne Guyot, préfet de Haute-Garonne, le maire de la commune, Denis Turrel a lancé la sonnette d’alarme : « Les gens en ont fait un point de rendez-vous coquin pour différentes activités. Nous, ce que l’on demande, c’est une augmentation des patrouilles de police et de la gendarmerie».

Le lac de Barbis était pourtant promis à un bel avenir. A trente minutes de Toulouse, le point d’eau apportait rafraîchissement et calme à de nombreux Haut-garonnais. Aujourd’hui référencé sur de nombreux sites pornographiques ou sur des forums, le lac de Barbis attire désormais d’autres fréquentations. Lors de la tombée de la nuit, de nombreux stagiaires se réjouissent. « Il y a des rendez-vous en fin de journée essentiellement au parking du lac de Barbis à Carbonne. Beaucoup de coins calmes pour draguer et plus si affinités autour du lac. Un très bon lieu, très intéressant », écrit en exemple d’un libertin dans un site de rencontre. Sentier, champs de maïs, plages… Les rencontres se font dans des reculs proches du plan d’eau.

Des solutions pour eloigner les libertins ?

Pour le maire de Carbonne, la situation est sur le point de devenir incontrôlable : « J’ai jamais vu ça. Les seringues et les préservatifs traînent sur le sol. Certaines familles qui se baladent dans les environs se font poursuivre par ces visiteurs. On ne veut pas juger, mais ça pose quand même un problème d’hygiène et de sécurité».

Pas le choix. Pour éviter que la commune soit désormais l’adresse permanente de rencontres exhibitionnistes et sexuelles, la mairie a réfléchi à différentes actions. « On va renommer l’espace pour qu’il ne soit plus référencé sur les sites. On va aussi réaménager l’endroit pour éviter toutes les sortes de pièces ou de cachettes. Bref, il va aussi procéder à un élargissement du plan à l’eau voisine pour que l’espace soit moins confidente », annonce Denis Turrel.

Rédacteur, Auteur, Journaliste | Plus de publications

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.