Hyundai a présenté le nouveau Staria, un grand monospace de 5,25 mètres de long, disponible en versions 7 et 9 places et appelé à concurrencer des modèles tels que le Volkswagen Multivan, le Mercedes Classe V ou le Toyota Proace Verso. Il ne sera disponible qu’avec un moteur diesel de 177 ch et une boîte automatique à 8 rapports en trois finitions : Maxx et Tecno pour les versions 9 places et Style pour les versions 7 places, et avec des prix qui débuteront à 52 990 euros.

La Hyundai Staria est un gros véhicule qui seront proposés en un seul corps (ici il n’y a pas de variantes courtes et longues) qui mesure 5,25 mètres de long sur 1,90 de large et deux autres de haut (Attention aux parkings souterrains, il y en a beaucoup pour 1,90). L’empattement est de 3,27 mètres, ce qui est scandaleux.

La Hyundai Staria 2022 est une grande fourgonnette de 5,25 mètres de long avec une habitabilité exceptionnelle.

L’esthétique de la voiture est très originale et oblige à tourner la tête sur son passage. L’avant est propre et avec la grille verticale et le capot et le pare-brise, énormes, soit dit en passant, sont situés sur le même plan. La calandre occupe toute la partie inférieure et cache les phares, tandis qu’en haut, une fine et élégante ligne de feux diurnes traverse le capot au-dessus du logo.

De profil, la chose la plus frappante est la taille. Je n’en ai pas vu d’aussi bas par rapport à la hauteur du véhicule depuis la Fiat Multipla. Il y a presque autant de tôle que de verre, et on voit une seule ligne de caractère, celle qui sépare les deux surfaces, partant de la base du pare-brise et descendant sensiblement. Les roues sont grandes, 18 pouces sur toutes les versionsmais comme la voiture a tellement de surface, elles paraissent presque petites et le rail où coulisse la porte coulissante a été parfaitement intégré dans le profil.

L’arrière de la Hyundai Staria est le plus conventionnel, bien qu’il ait la partie supérieure des faux pilotes.

L’arrière rompt avec cette vision d’un vaisseau spatial et a une apparence beaucoup plus conventionnelle, avec Feux arrière très verticaux pour permettre au hayon d’être le plus large possible. Bien sûr, toujours avec beaucoup plus de verre que de tôle et avec des pare-chocs très fins, toujours pour augmenter la surface du portail, cette fois avec l’intention de réduire au maximum le plan de charge. D’ailleurs, que dans les versions Style, qui sont les plus équipées, il y a une extension de feu arrière entièrement décorative.

Les versions Style ont également une série de touches de couleur à l’extérieur dans un ton chrome foncé: séparateur avant, motif de calandre, contours de phares, logos, poignées de porte et coques de rétroviseurs. Pour le corps, il n’y a que quatre couleurs au choix: blanc, noir, marron foncé et argent.

Intérieur 7 ou 9 places

Deux écrans, tous deux de 12,5 pouces, président un tableau de bord au design épuré et de multiples boîtes à gants.

À l’intérieur, nous avons deux écrans, un situé sur le tableau de bord, sans visière, qui est le même que celui utilisé par le Tucson et un autre au centre qui, comme l’instrumentation, mesure 10,25 pouces et comprend le système Blue Link avec lequel nous aurons la navigation, la compatibilité avec Apple Car Play et Android Auto par câble, la gestion du système audio Bose et différentes fonctionnalités telles que l’importation d’itinérairesdes informations en temps réel sur le stationnement, la météo et les prix du carburant, la reconnaissance vocale et, via une application mobile, d’autres fonctionnalités comment ouvrir et fermer la voiture à distance, la trouver si nous ne nous souvenons pas où nous l’avons garée ou savoir comment nous avons le dépôt.

À l’intérieur, il y a de nombreux espaces pour les objets, quelque chose de très typique d’une fourgonnette, avec quatre espaces dans les portes avant, une boite à gants classique, deux autres au dessus du tableau de bord, plusieurs dans la console, avec chargeur mobile et un autre entre les sièges, de taille énorme. A cela, il faut ajouter les vides dans le reste des rangées et une console de toit au-dessus des pare-soleil dans les versions à neuf places.

Ce qui nous convainc le moins, c’est l’actionnement du changement. Tous les Staria sont automatiques et utilisent le système de bouton pour la conduite en avant et en arrière déjà connue dans d’autres Hyundai et que nous n’aimons pas du tout. Pourquoi, me demanderez-vous ? Eh bien, parce que, parfois, dans les manœuvres avant et arrière telles que faire demi-tour ou se garer, si la voiture n’est pas parfaitement arrêtée, le bouton sur lequel nous appuyons ne s’active pas et cela peut vous faire peur car vous pensez que la voiture va reculer et tirer vers l’avant ou vers l’arrière.

Les sièges avant sont très confortables et sont recouverts de cuir dans les versions Style et Tecno.

Les sièges avant de la version Style sont au nombre de deux, très confortables, tandis que les Maxx et Tecno, à neuf places, Ils portent une banquette pour trois occupants à l’avant. Comme la voiture est très large et n’a pas la boîte de vitesses sur le plancher, un troisième occupant peut également monter devant. Et quand on emmène les amis des enfants, on peut leur parler sans s’enrouer grâce à un système de communication interne avec un microphone qui nous fera entendre depuis les sièges arrière à travers les haut-parleurs arrière.

Il s’agit de la rangée centrale de la version Style. Ils peuvent être configurés comme sièges relax.

Passons maintenant aux places arrière auxquelles on accède par énormes portes coulissantes à commande électrique. Le Staria Style a une configuration « américaine » ou « coréenne » de 2 + 2 + 3 places, ce qui signifie que dans la rangée centrale, nous trouvons deux sièges individuels de grand confort. L’espace qu’ils offrent est spectaculaire, tant pour les jambes qu’en hauteur, à tel point que nous pouvons les mettre dans une disposition détendue dans laquelle le corps est suspendu, qui prévient la fatigue lors des longs trajets et invite à faire une bonne sieste. Ces sièges sont montés sur rails, ce qui signifie qu’ils peuvent être déplacés vers l’avant ou vers l’arrière à volonté pour profiter de l’espace intérieur à notre convenance.

La troisième rangée est de série sur toutes les versions et est la même dans tous les cas, coulissante et rabattable.

Et la même chose se produit avec la troisième rangée, à laquelle on peut y accéder par le passage entre les deux sièges dans le second ou en avançant et rabattant ce dernier. Il s’agit d’une troisième rangée entièrement utilisable pour trois occupants. Il n’a pas l’inconvénient habituel de la troisième rangée d’un SUV, qui est souvent très basse et très proche du toit. Ici l’espace est le même que celui de la deuxième rangée et cette banquette, également coulissante, est similaire à celle de la deuxième rangée des versions Maxx et Tecno, de sorte que les neuf sièges viennent de là, dans une disposition 3 + 3 + 3.

La banquette centrale des versions neuf places précitées est divisée en proportions 1/3-2/3 pour faciliter l’accès à la troisième rangée en rabattant la banquette unique. La banquette est coulissante et est plus large que l’arrière et l’un et l’autre ont la possibilité de se replier soit en relevant la banquette comme dans un siège de cinéma, avec laquelle on peut les avancer au maximum, comme en rabattant le dossier sur la banquette.

La banquette de troisième rangée n’est pas amovible, mais elle peut être rabattue pour augmenter la capacité de chargement.

Les possibilités du coffre sont presque infinies étant donné que les deux rangées arrière sont coulissantes. hyundai annonce une capacité minimale de 117 litres si on en profite pour offrir tout l’espace possible entre les rangs et un maximum de 1 303 litres si on avance les deux rangs. De plus, il faut garder à l’esprit que l’on peut replier les deux rangées arrière et qu’elles restent dans un format plat, idéal pour les campeurs.

uniquement avec moteur diesel

Le seul moteur disponible est l’indémodable moteur diesel de 2,2 litres utilisé par exemple par le Hyundai Santa Fe, dans ce cas avec une puissance de 177 ch et couplée à une boîte automatique à huit rapports. Selon la marque, avec ce moteur (et, pour l’instant, il n’y en aura pas d’autre) la Staria il atteint une vitesse maximale de 185 km/h et accélère de 0 à 100 km/h. en 12,4 secondes. La consommation mixte est de 8,5 litres aux 100 km dont 11,1 en ville et émet 222 grammes de CO2 par kilomètre. Oui il n’a pas non plus de label environnemental de la DGT il ne parvient pas non plus à éviter la taxe d’immatriculation plus élevée.

L’autoroute est l’habitat principal de la Hyundai Staria 2022

L’accélération est médiocre, mais il faut penser que cela C’est une voiture pour les déplacements en famille sur l’autoroute et sur la route et ce diesel un peu bruyant a quelque chose de très intéressant : une valeur de couple de 430 Nm, qui permet de récupérer plus que décemment profitant, en plus, du changement de huit rapports, les cinq premiers assez courts et qui permettent de profiter de la capacité d’accélération de la voiture. Si en plus, on le met en mode Sport (il a aussi normal et Eco)modifie la cartographie moteur et transmission et offre même un certain dynamisme.

La Staria a une suspension avant à jambe de force McPherson, mais attention, car l’arrière n’est ni essieu rigide ni barre de torsion, comme chez certains de ses rivaux, mais plutôt monte un schéma de parallélogramme déformable. Le Staria est à des années-lumière de ses prédécesseurs, les Hyundai H1 des dernières générations, qui avaient un comportement dynamique, disons, peu convaincant. Le Staria est confortable (sauf dans la troisième rangée, où les rebonds de l’essieu arrière sont plus perceptibles) et il est bien isolé et penche et tangue relativement peu dans les virages et sur les appuis. Évidemment, ce n’est pas une voiture avec des prétentions sportives, mais un véhicule de voyage et en tant que tel, non seulement il est conforme, mais il obtient également une excellente note.

La voiture surprend par son comportement équilibré, avec une maîtrise remarquable des inclinaisons de la carrosserie.

Cette version Style est à quatre roues motrices et il a un verrou pour garder la transmission intégrale connectée, car, normalement, il n’utilise l’essieu arrière qu’en cas de perte d’adhérence. La serrure vous permet, en théorie, se déplacer sur des surfaces glissantes, mais dans notre contact nous n’avons pas pu le vérifier. Les autres versions sont à traction avant.

L’équipement de sécurité est vaste avec avertissement de collision avant, avec aide à la jonction et avertissement de collision possible en marche arrières, maintien de voie, surveillance des angles morts, régulateur de vitesse et limiteur de vitesse intelligents, reconnaissance des panneaux, climatisation, caméra de recul, entrée et démarrage sans clé et pneu de secours pleine grandeur.

Les prix sont 52 990 euros pour la version Maxx, 54 990 pour la variante Tecno (les deux avec 9 places) et 62 990 pour le luxueux Staria Style. La marque escompte 1 800 euros si elle est financée avec lui et 1 500 autres si une voiture d’occasion est livrée en échange.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.