Je ne connais pas grand-chose aux cartes, c’est clair. Je les aime bien. Ils se situent dans ma hiérarchie de mes arbres préférés de l’hémisphère nord juste derrière l’avoine et peut-être les pins (selon mon humeur).

Un taillis de Acer poussant dans le parc sous le barrage de Maroondah, juste au nord de Healesville, j’ai attiré mon attention en mars. À ce moment-là, il sera sans feuilles et aura très probablement une belle coloration automnale (apparemment rouge).

Au départ, et après beaucoup de grattage du crâne aussi, cela semble être le Trident d’érable ou à trois dents, Acer buergerianum.

La feuille a l’air bien mais mon hésitation est autour du fruit (samare), avec des ailes largement déployées plutôt que, comme le dit Roger Spencer dans l’Hortflora, « fermé, se chevauchant » ou « debout, souvent en mouvement ».

L’espèce vient de l’est de la Chine jusqu’à Taïwan et au Japon. En Chine, sept variétés sont identifiées, séparées par la forme des feuilles et la taille des fruits mais aussi par l’étendue des ailes sur le fruit. En fait, il y en a un appelé ‘var. hortizontale‘en l’honneur de cette ère d’aile.

Je ne suis pas assez courageux pour appliquer ce nom de variété, ou tout autre nom, donner un peu de chevauchement aux personnages. Mais ça me réconforte au moins de transmettre ma plante à l’espèce Acer buergerianum. Dans tous les cas, Kew’s PlantList n’accepte aucun de ces différents noms, les intégrant à l’espèce.

L’usine a été nommée d’après un scientifique allemand du XIXe siècle, Heinrich Bürger, qui a travaillé comme pharmacien à Jakarta, puis s’est rendu au Japon pour collecter du poisson, des plantes et des minéraux, sur la liste des salaires du gouvernement néerlandais. Il devient secrétaire de Philipp Franz von Siebold, spécialiste plus connu de la flore japonaise. Cette esquisse de Bürger à son bureau au Japon semble être le seul portrait de lui.

Cependant, les ailes peuvent être déployées ou repliées sur Maple Bürger, comme nous l’appelons aussi. En Australie, au moins, les perroquets femelles mangent les graines à la base de ces ailes qui sont orientées différemment, comme on peut le voir ici.

L’écorce des arbres plus âgés peut être rugueuse et squameuse, d’une manière attrayante. Les arbres que j’ai vus étaient encore relativement jeunes et l’obscurité est plus sombre à cause des pluies récentes.

Et oui, la référence aux trois-orteil la paresse est bon marché. Cet animal en particulier a attiré mon attention pour la première fois lorsque j’ai lu sur la flore algale de sa fourrure. La flore algale a développé des paresseux dans son propre domaine de recherche et vous pouvez rechercher quelques références ici. Maintenant, c’est vraiment heureux…

Note : Le Portrait de Heinrich Bürger par M. Uéno (1975) est un Portrait japonais de Heinrich Bürger. Notices zoologiques 49 (1) : 91-93.

Rédacteur, Auteur, Journaliste | Plus de publications

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.