l’essentiel
L’homme, un artisan âgé de 32 ans, avait ciblé la jeune adolescente sur une plateforme de tchat en ligne et lui a proposé un rendez-vous à Albi, sans savoir que sa « proie » était en fait un enquêteur sous pseudonyme.

C’est une affaire sordide qu’il a été jugée par le tribunal judiciaire d’Albi. Dans le box des prévenus, un artisan plombier de Terre-de-Bancalié, poursuivi pour des propositions sexuelles à un mineur de moins de 15 ans, suivi d’une rencontre.

Il avait été interpellé le 21 de février dernier par les gendarmes sur le parking d’un supermarché albigeois où il devait rencontrer une fille de 13 ans, ciblée sur une plateforme de chat en ligne et à qui il avait proposé des relations sexuelles tarifaires. Dans le camion, les gendarmes ont ramené les conservateurs, les lingettes et le liquide d’argent.

La fillette était en fait un gendarme

Mais sa « proie » était en fait un enquêteur sous pseudonyme, avec qui il a discué en ligne pendant plusieurs jours avant de fixer ce rendez-vous. Lors de l’audience, la présidente du tribunal est revenue sur les faits. Dès les primers échanges, la fausse fillette a insisté sur son âge, 13 ans, et sur le fait qu’elle était vierge. Ce qui n’a pas empêché le prévenu d’insister. « Ça te fera un peu d’argent de poche », lui at-il dit selon les messages lus au tribunal.

Les perquisitions accordées à son domicile et l’exploitation de son matériel informatique et téléphonique n’ont révélé aucun contenu pédopornographique. L’homme est par ailleurs inconnu de la justice et affirme n’avoir aucun penchant pour les mineurs. Les magistrats se sont donc longuement attardés sur sa personnalité pour tenter de comprendre ce qui l’avait motivé.

« Misere sexuelle »

En couple depuis 11 ans, père de deux jeunes garçons, inséré professionnellement de par son métier d’artisan, l’homme est néanmoins introverti, « en portrait par rapport à la gent féminine », explique son avocat, Me Larran. Sa compagnie actuelle est la première femme qu’il a connue, à l’âge de 21 ans, et depuis la naissance de ses enfants la vie sexuelle du couple n’est plus ce qu’elle était. L’homme explique que la situation l’a poussée à aller voir des prostituées – majeures – à plusieurs reprises.

Mais pour le représentant du ministère public, Matthieu Colomar, la « misère sexuelle » ne peut pas servir d’excuses. « Ça ne fait pas de tous ces maris des prédateurs en puissance ». Il a requis une peine de 18 mois de prison dont 9 mois avec une sursis probatoire avec obligation de soins et une étape de sensibilisation à la lutte contre l’achat d’actes sexuels.

Le tribunal l’a reconnu coupable et a suivi en partie les réquisitions du ministère public mais n’a pas prononcé de maintien en détention pour la partie ferme de la peine (9 mois). L’homme sera sommé dans les semaines qui viennent par le juge de l’application des peignes de mettre en place un aménagement à domicile avec un bracelet électronique.

Il lui est interdit d’exercer toute activité en lien avec des mineurs pendant 10 ans et fait l’objet d’une inscription au dossier des auteurs d’infractions sexuelles (Fijais).

Rédacteur, Auteur, Journaliste

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *