l’essentiel
Deuxième errance d’interpellations pour les gendarmes de la compagnie de Toulouse Mirail. Ce mercredi, six personnes ont été interpellées par les militaires et placées en garde à vue. Elles sont soupçonnées d’être impliquées dans un vaste trafic de drogue entre la banlieue ouest de Toulouse et l’Espagne.

Un premier coup d’arrêt à ce vaste réseau de trafic de drogue avait été donné début février par les gendarmes de la compagnie de Toulouse Mirail. A cette date, 11 personnes suspectées de piloter un vaste trafic de stupéfiants entre la banlieue ouest de Toulouse et l’Espagne avaient été interpellées. Près de 40 kilos de stupéfiants avaient été saisis ainsi que 25 000 euros en espèces. Nouvelle vague d’interpellations ce mercredi. Six personnes ont été récupérées à leurs domiciles. Il s’agit cette fois, pas des supposés logisticiens et responsables du réseau mis en détention provisoire mais plutôt les « petites mains » chargées de redistribuer dans le réseau et le distribuer. Il s’agit d’une femme et de cinq hommes âgés entre 20 et 30 ans pour la plupart des inconnus de la justice avant ces faits défendus notamment par Me Stéphanie Boscari et Me Hugues Diaz. À l’issue de leur garde à vue, ils ont été déférés ce jeudi au parquet de Toulouse. Deux personnes ont été mises en examen et placées en détention provisoire par le juge des libertés et de la détention. Les quatre autres ont été laissées libres. Dans le dossier, 13 personnes se sont retrouvées en prison au total.

Lors des diverses perquisitions, les enquêteurs ont à nouveau mis la main sur des produits stupéfiants. Cette fois : 4,5 kilos d’herbe de cannabis, 2,58 kilos de résine et 500 grammes de cocaïne pour un coût total à la vente estimé à 95 000 euros. Deux bras et 2 000 euros en espèces ont également été dits. Les enquêtes ont également permis de matérialiser 11 convois de drogues entre l’Espagne et la France.

Environ 3,5 millions d’euros de chiffre d’affaires

Les divers éléments d’enquête mettent également au jour un trafic de drogue particulièrement rémunérateur. Entre septembre 2022 et les interpellations début février, ces personnes ont amassé environ 3,5 millions grâce à ce juteux trafic qui inondait les communes de Cugnaux, Plaisance-du-Touch, Fonsorbes ou encore Saint-Lys. Les commandes de drogues étaient prises via les réseaux sociaux et ensuite livrées à domicile. Ce que l’on appelle désormais le « Uber Shit ».

Ces 17 suspects interpellés sont le résultat de plus deux ans d’enquête réalisée sur commission rogatoire et pilotée par le juge d’instruction Fabrice Rives par la brigade de recherches de la compagnie de gendarmerie de Toulouse-Mirail. Début février après de longs mois de surveillance, les gendarmes interceptent un « allez vite » disant désormais un convoi de drogue entre l’Espagne et Toulouse. Cette vaste opération avec l’autorisation de mètre la main sur 35 kg de stupéfiants dont 29 kg d’herbe de cannabis et plus 5 kg de résine. 25 000 euros en specèces sont également retrouvés. Une saisie conséquente qui s’accompagne aussi de la découverte de sept armes dont trois armes d’épaule et quatre armes de poing. Sept éhicules ont également été déposés pour un total de près de 120 000 euros d’avoirs criminels.

Rédacteur, Auteur, Journaliste

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

  • Au-dessus de tout soupçon
  • Des soupes qui nous font du bien
  • SIMPLISSIME Soupes et bouillons les plus faciles du monde
  • les intouchables

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *