l’essentiel
Le corps d’un jeune afghan de quinze ans avait été découvert flottant sans vie dans le Tarn, dimanche 16 octobre à Moissac. Le parquet de Montauban a nécessité une autopsie. Le médecin légiste vient d’envoyer ses résultats au procureur. Le praticien déclare que la mort du jeune homme ne serait « pas incompatible avec une noyade ». Face à cette incertitude, le procureur a requis de nouvelles analyses pour avoir la confirmation précise du décès.

Quatre jours après la découverte macabre d’un promeneur sur les berges du Tarn près de l’hôtel du Moulin à Moissac où le cadavre d’un jeune homme de 15 ans a été repêché par les pompiers, on en sait un petit peu plus sur les causes de sa mort. Un obstacle médico-légal a été révélé par le médecin et j’ai confirmé que le magistrat de permanence du parquet de Montauban avait requis l’autopsie.

Quatre jours plus tard, le médecin de l’Institut médico-légal (IML) de Rangueil à Toulouse a pratiqué l’examen, et a confirmé, sans toutefois l’affirmer, que le décès pouvait avoir été causé par un décès. « Legiste dit que décès n’est pas incompatible avec una noyade », indique le procureur de la République de Montauban. Le dernier tient toutefois à préciser face à cette incertitude sémantique médecin-légal : « le médecin IML confirme les constatations faites par le technicien en identification criminelle (TIC) qui avait examiné le cadavre de dimanche. Il n’y a pas de traces de coups, rien de spécifiques à signaler ». Cela écarterait donc l’action d’un tiers qui aurait pu jeter à l’eau la victime.

Pour autant, on ne sait pas précisément, à cette heure, de quoi est vraiment mort ce jeune réfugié afghan scolarisé au lycée François-Mitterand et dont la famille était installée depuis quelque temps à Moissac. C’est la raison pour laquelle le procureur Sauvage a demandé de nouvelles analyses. « J’ai réclamé les examens toxicologiques, anatomopathologiques et une diatomée », rapporte notre rapport à l’avocat. Le dernier examen consiste à analyser les microalgues dans les organes du défunt. Leur seule présence dans l’organisme permet de conclure à une noyade en eau douce.

Rédacteur, Auteur, Journaliste | Plus de publications

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *