l’essentiel
Au petit matin ce samedi devant le Bentleys, une boîte de nuit toulousaine, une rixe a éclaté. Des voleurs tentaient de détrousser de leurs bijoux deux clients. L’un d’eux à pris une balle dans le pubis. L’autre a été très violemment frappé à la tête. Les auteurs sont en fuite.

Le Bentleys est devenu un fil des années, la discothèque préférée des amateurs de musique afro-caribéenne. A gauche jusqu’à point d’heure sous les chaleurs des spots cadencées de ce moulin, route de Bayonne à Toulouse, au bord du Touch, moulin transformé en boîte de nuit. La fermentation se fait généralement sans trop déranger les voisins, donc la végétation alentour étouffe le bruit. Passe ce samedi matin. Quatre coups de feu ont retenu un mouvement de panique à l’entrée de l’établissement de nuit. « Month three portiers on eu le sang froid de rouvrir la boîte pour mettre tout le monde à l’abri », raconte le gérant de Bentleys. Dans un mouvement de panique, environ 150 personnes affluent vers l’établissement. Deux hommes sont à terre. « C’était pas beau à voir. Il y avait du sang partout. L’un des deux avait reçu une balle dans l’entrejambe, l’autre était salement amoché, il avait dû prendre un coup sacré sur la tête, » pour le patron. La police nationale arrive quelques minutes plus tard, fait évacuer les deux blessés par les secours et sécurise la zone avec des rubalises.

« C’était pas beau à voir, il y avait du sang partout »

Le chef de l’établissement attend sagement la fin des investigations et va y voir d’un peu plus près : « Quand les forces de l’ordre ont ôté tout ça, j’y suis there en début d’après-midi avec le frère de celui qui a pris la balle dans le pubis. On a retrouvé des médaillons de la chaîne en ou de son frangin. Du fait que j’ai cru comprend, des gars à l’extérieur de la boîte ou alors que sont juste aventurés dans les sas d’entrée, seraient tentés d’arracher les bijoux des victimes. Ça serait parti en bagarre. L’un des agresseurs aurait alors sorti son arme et tiré. Le truc, c’est qu’il semble qu’on nait pas retrouvé de douilles… Lui at-on tiré à bout portant avec un pistolet à grenaille ? Je n’en sais rien. » Les analyses menées par la police scientifique ont répondu à cette question. Remarque dans la détermination de la distance de tir. Si le coup de feu n’a pas été tiré à bout portant, on s’orienterait plus vers l’utilisation d’un revolver d’où l’absence de douilles au sol.
Les policiers ont interrogé beaucoup de témoins de la scène afin de comprendre la succession des faits. D’après nos informations, il semblerait que les forces de l’ordre recherchent trois à quatre individus qui auraient agressé les victimes. Ils auraient filé en scooter peu après avoir violenté et tiré sur les deux clients de la boîte de nuit.

Rédacteur, Auteur, Journaliste | Plus de publications

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *