l’essentiel
Un Toulousain se croyant face à des cambrioleurs menacés des policiers avec une arme et tiré deux fois, dans la nuit du lundi 20 au mardi 21 juin.

Le quiproquo aurait pu très mal tourner dans la nuit de lundi 20 à mardi 21 juin à Toulouse. Un homme a cru changer d’avis à l’arrivée des policiers.

Tout commence quelques minutes plus tôt lorsqu’une riveraine du Faubourg Bonnefoy signale à la police le cambriolage de voisins, peu avant 1 heure. Selon elle, alors qu’ils sont absents, la lumière à l’extérieur de leur domicile s’est allumée.

A leur arrivée, les policiers ont confirmé que la lumière est allumée plus que la porte du garage et le portail sont ouverts. Ils annoncent leur présence et leur qualité de policiers mais n’obtiennent aucune réponse. Quelques instants après, ils aperçoivent deux personnes, une femme et un homme, à une fenêtre à l’étage de la maison.

J’ai été traumatisé par un changement violent antérieur

Muni d’une arme de poing, l’homme vis les policiers. Il annonce : « Je suis armé ! Je vais vous tirer dessus ! » Les fonctionnaires prennent la menace très au sérieux et mettent à l’abri tout en réexpliquant qu’ils sont policiers. Deux détonations retiennent. La menace est précisée. Avec sang-froid, les forces de l’ordre régentent leur véhicule de service pour demander du renfort et s’équipent davantage.

La situation se tend depuis plus d’une minute après que l’homme, accompagné de sa femme et de ses enfants, sorte du pavillon les bras levés. Il a expliqué aux policiers qu’il pensait être victime d’un changement et qu’il souhaitait protéger sa famille. Traumatisé par un changement antérieur violent et par le temps, l’homme est désormais acquis par un pistolet d’alarme dans les règles. Le quiproquo levé, l’homme a été contrôlé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.