l’essentiel
Entre mardi soir et mercedi matin, les policiers ont multiplié les patrouilles de surveillance devant un collège de l’agglomération toulousaine. Le personnel découvrira un e-mail contenant les menaces d’attentat mais le travail de la police a permis d’écarter les risques.

« On va faire exploser les collégiens et décapiter les kouffars (1) ». À la lecture de ce courrier posté sur une messagerie interne, le personnel du collège Léon Blum à Colomiers, près de Toulouse, a pris ce mardi soir. Après l’exécution de Samuel Paty, ces messages sont pris très au sérieux. Comme le protocole l’exige, le prestataire prévient immédiatement ses supérieurs, puis les forces du Seigneur.

aucun explosif retrouvé

Lundi soir, une première patrouille de police circule à proximité de l’établissement scolaire qui compte environ 600 enfants en journée dans leurs classes. Puis, au petit matin ce mardi, les fonctionnaires ont reçu l’appui de la brigade cynophile. Ces policiers et leurs chiens avaient pour mission de renifler la présence d’explosifs dans les locaux ou à proximité. Une levée de doute qui a permis aux adolescents d’entrer sereinement en clase. « On ne s’est aperçu de rien. Il paraît que les policiers sont venus avant que nous arrivions », témoigne Jérémy, un élève de quatrième. Ce mercredi à midi, aucun équipage n’était visible dans le secteur. Le mot d’ordre était visiblement la discrétion pour éviter de semer la panique…

Malgré tout, Nicolas, un père de famille, ne peut s’empêcher d’être inquiet. Présent à la sortie du collège pour récupérer sa fille de 5ème, il semble anxieux : « Ce n’est jamais rassurant. Dans ce cas-là, on se dit que l’établissement n’est pas assez protégé. Des gens viennent trainer devant … », confie-t-il.

Une dizaine d’établissements en France

S’il fait figure d’exception dans le département, le collège Léon Blum n’est pas le seul établissement scolaire français à recevoir ces menaces terroristes ces dernières heures. Des hackers informatiques ont visiblement accès à L’ENT , un portail internet qui sert à relier parents, enseignants et élèves et à communiquer et échanger des informations sur la vie des collèges et des lycées. « Une vingtaine d’établissements (collèges et lycées) ont été concernés en France métropolitaine par ces messages porteurs de menaces d’attentat, principalement dans l’académie de Lille, et dans une moindre mesure dans les cellules de Créteil, Grenoble, Versailles, Normandie et Lyon », expliquais-je au ministère de l’Éducation nationale.

En Haute-Garonne, pour le moment, seul le collège Léon Blum semble concerné. En attendant de savoir s’il s’agit d’un canular de mauvais goût ou de véritables menaces, les policiers de la sûreté départementale prennent cette affaire au sérieux. En plus des patrouilleuilles, des enquêteurs tentent de remonter la piste juste après l’expéditeur du courrier.

(1) Un terme arabe à connotation péjorative désignant celui qui n’est pas croyant en l’islam

Rédacteur, Auteur, Journaliste

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *