l’essentiel
Le corps d’un homme a été découvert sans vie par les pompiers dans un appartement de Montaigu-de-Quercy (Tarn-et-Garonne) dimanche 12 juin, au petit matin. Une barre de fer a été retrouvée à proximité du cadavre. Le parquet de Montauban ouvre une enquête en flagrance pour meurtre. Quatre suspects dont un mineur de 16 ans, habitant le village, sont en garde à vue depuis dimanche soir.

Le cadavre d’un habitant de la commune de Montaigu-de-Quercy a été découvert, dimanche 12 juin au petit matin dans un appartement situé rue de l’Hôtel-de-ville. Réveillé par des bruits provenant de chez son voisin, c’est un riverain résidant à l’étage au-dessus de la victime qu’a donné l’alerte aux gendarmes peu après 6 heures du matin.

Les pompiers qui sont les premiers à pénétrer dans l’appartement, n’ont rien pu faire pour Alain Rey, un Montacutain âgé de 62 ans. Les secouristes n’ont pu que l’homme qui se trouve dans son lit, était déjà décédé.

« Il n’y a nul doute qu’il s’agit d’un meurtre »

Peu après, les gendarmes ont gelé les lieux de ce qui est vite apparu comme une scène de crime. À proximité du corps présentant des stigmates de coups, une barre de fer a été retrouvée. Il pourrait s’agir de l’arme du crime, « des analyses en cours et surtout l’autopsie du corps devrait permettre de le déterminer », nous indique lundi 13 juin, le procureur de la République de Montauban, Bruno Sauvage qui s ‘est rendu sur les lieux.

Pour ce dernier, « il n’y a nul doute qu’il s’agit d’un meurtre ». Une enquête en flagrance pour homicide est ouverte, il a cherché à dire aux gendarmes de la cellule homicide de la section de recherches (SR) de Toulouse.

Les gendarmes ont posé des scellés sur l’appartement de la victime
DDM, Manu Massip

Après dimanche, les experts de la cellule d’identification criminelle (CIC) du Tarn-et-Garonne ont également été mobilisés sur place. Dès dimanche, les experts du TIC (techniciens en identification criminelle) de Montauban ont lancé leurs vérifications à la recherche d’indices et de traces numériques et biologiques qui pourraient être laissées par le ou les auteurs de ce crime.

Quatre suspects interrogés

L’enquête d’environnement incitée par les gendarmes à visiblement permettre de confondre rapidement plus d’individus du village que seraient rendus le jour du crime chez la victime.

« Quatre suspects ont été interpellés et placés en garde à vue dimanche », a confirmé l’avocat Bruno Sauvage. Pour l’heure, leurs auditions qui sont toujours en cours, n’ont pas permis de déterminer précisément le mobile de cet homicide. Des auditions et vraisemblablement des confrontations que sont primordiales pour déterminer la responsabilité des uns et des autres dans cette affaire criminelle.

Les quatre individus que seraient rendus chez la victime, ont-ils passé une soirée avinée qu’auraient dégénéré ? Le procureur infirme, pour l’heure, cette hypothèse confirmant toutefois que les suspects habitent à proximité du domicile de la victime.

Selon nos informations, il y aurait un adolescent de 16 ans parmi les quatre gardés à vue. Au vu de sa minorité, l’avocat de permanence du barreau a été saisi, dès hier, pour l’assister lors de ses auditions. Joint par nos soins, Me Nathalie Marquès n’a pas souhaité, pour l’heure, faire de commentaire.

En fin de journée lundi 13 juin, la garde à vue de trois des quatre suspects est enfin levée. Séoul un jeune homme de 20 ans demeure, ce soir, dans les locaux de la gendarmerie. Il est suspecté d’être l’auteur du meurtre d’Alain Rey. Il devrait être déféré en vue de sa mise en examen pour homicide volontaire, mardi 14 juin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.