l’essentiel
Un couple habitant à Plaisance-du-Touch a été alerté par leur voisin que leur chat était blessé jeudi dernier. Au moment de faire les radios, ils ont appris que leur animal avait une « structure métallique » dans le corps.

David est encore en état de choc et surtout dans l’incompréhension la plus totale. Jeudi dernier, ce père de trois enfants et sa compagnie se trouvent au travail lorsque le couple reçoit un coup de téléphone. À l’autre bout de la ligne leur voisin de Plaisance-du-Touch, dans la banlieue de Toulouse. Ce dernier est affolé, il vient de trouver dans son jardin, Shoïe, une chatte âgée de trois ans. L’animal est très mal en point.

Sans se poser de questions, la propriétaire du chat rentre en urgence chez eux. Dans les minutes qui suivent, la compagnie de David emmene leur animal de compagnie aux urgences vétérinaires de Toulouse. Le couple laisse entre les mains des médecins leur chat avant de revenir le lendemain pour prendre des nouvelles. « Les vétérinaires expliquent qu’une fracture du bassin et qu’une patte ne répond pas aux stimulations, qu’elle va peut-être devoir être amputée. Là, c’est la première douche froide », raconte encore très remué ce papa.

Mais la suite du diagnostic, les deux habitants de Plaisance-du-Touch ne s’y attendaient pas. « Forcément, nous avons demandé comment elle avait pu se blesser ainsi. Ils ont fait des radios et découvert qu’il y avait une structure métallique de 10 mm logée dans sa hanche », poursuit le patron de Shoïe. C’est le choc et la sidération. David peigne d’ailleurs encore à réaliser la nouvelle.

Sur la radio effectuée par les vétérinaires, une balle est logée dans la hanche de l’animal.
David C

Il en est convaincu, son chat a été la cible d’un tir, c’est ce qui a fracturé l’os de la hanche gauche et déplacé le bassin de cette petite boule de poils. Shoïe a été effectuée une première fois ce mondi afin de réparer les dommages endommagés. « Elle est sous surveillance, si l’opération marche, elle doit monter l’une sur l’autre dans la foulée », détaille le père de famille. Si les résultats ne sont pas effectués sans résultats positifs, l’animal doit être euthanasié.

« C’est inhumain »

« C’est un chat qui comme tous les autres se promène dehors dans la résidence. Nous ne pouvons pas l’enfermer. Elle est adorable très appréciée et pas du tout agressif, je ne peux pas envisager quelqu’un ait pu lui tirer dessus « , a confié David. Ce dernier a donc décidé de déposer plainte auprès de la gendarmerie.

« Pour moi, c’est inhumain de faire cela. Aux armes, je ne peux pas le concevoir », insiste encore le propriétaire de la chatte.

Un fusil de chasse

Pour le moment, David et Angélique ont déjà réglé 800 euros de frais de vétérinaire. Le coût des deux opérations s’élève à 5 300 euros sans compter les médicaments et autres soins nécessaires par la suite. Au total, pour sauver Shoïe, ils vont devoir débourser près de 8 000 euros. « Nous ne roulons pas sur l’or, évidemment qu’on va tout faire pour la sauver, cela va de soi », indique David.

Ils ont décidé de lancer une cagnotte en ligne pour les aider à financer les soins. « Nous espérons que l’auteur du tir sera plus retrouvé en attendant notre appel aux gens pour nous aider à avancer ces frais. Notre souhait est que le coupable paie les frais. Dans ce cas, nous nous engageons à inverser les sommes avancées par vos dons à une ou de nombreuses associations qui travaillent au quotidien pour le bien-être des animaux », précise le couple. En attendant, les gendarmes enquêtent sur cette mystérieuse blessure. Ce n’est qu’au moment de l’extraction de cette « structure métallique » que los enquêteurs pourraient confirmer qu’il s’agit bien d’une balle, d’un plomb ou d’un autre projectile…

Rédacteur, Auteur, Journaliste

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *