l’essentiel
La France est frappée par une nouvelle vague de contaminations. La circulation virale est particulièrement importante dans l’ouest du pays et dans la capitale. Pour l’heure, l’impact de cette reprise épidémique sur les établissements de soins du pays est limité. La Dépêche du Midi fait le point.

C’est la mauvaise surprise de ce début d’été : la France est frappée par une nouvelle vague de contaminations au Covid-19, portée par deux nouvelles variantes particulièrement contagieuses, BA.4 et BA.5. Après la fin du mois de mai, les infections virales se sont propagées à la maison de l’Hexagone : le paiement a été effectué 147 248 nouveaux cas de contaminations en 24h ce mardi 28 juin.

A lire aussi :
INFOGRAPHIE. Covid-19 : nouveaux cas, hospitalisations… « les signaux épidémiques virent à nouveau au rouge en Occitanie », prévient l’ARS

Sur une semaine, la France a ainsi évolué en moyenne 78 451 nouvelles infections chaque jour (soit une augmentation de 55% que la semaine dernière), alors que je monte le graphique suivant (si aucun graphique n’est visible, merci de désactiver votre bloqueur de publicité).

Cette reprise épidémique est globale : tous les départements français affichent un taux d’incidence en hausse cette dernière semaine. Certains territoires sont cependant plus impactés que d’autres. De la Bretagne à l’Occitanie, les territoires de l’ouest semblent ainsi particulièrement impactés par cette nouvelle vague de contamination. La Haute-Garonne affiche ainsi l’un des taux d’incidence les plus eleves du pays (avec 932 cas pour 100 000 habitants). En Ile-de-France, la circulation virale a également augmenté d’un facteur important : à Paris et dans les Hauts-de-Seine, le taux d’incidence a passé la barre des 1 000 cas pour 100 000 habitants.

Sur la durée, c’est bien en Occitanie que la circulation virale augmente le plus. Dans les 13 départements qui composent la région, 10 d’entre eux ont vu leur taux d’incidence grimper de plus de 60% en seulement une semaine. Dans le Tarn-et-Garonne, les autorités sanitaires observent même une augmentation de plus de 80% de cet indicateur entre la semaine du 19 juin et du 25 juin, plafonnant désormais à 659 cas pour 100 000 habitants. C’est dans le département des Hautes-Alpes, que la hausse du taux d’incidence est cependant la plus élevée (81% en une semaine).

Un impact encore limité sur les hôpitaux

Dans ce contexte sanitaire, les établissements de santé français observent une augmentation, pour l’heure très légère, des hospitalisations liées au virus. Au niveau national, le nombre de personnes hospitalisées à cause du virus a augmenté de 8,10% en une semaine. En Occitanie, le nouveau directeur de l’Agence Régionale de Santé, Didier Jaffre, explique que l’impact de cette reprise épidémique sur les systèmes de soins ne se traduit pas par la raison pour laquelle « un à deux patients de plus » dans les différents services hospitaliers de la région. Dans l’Hexagone, sur compte ainsi 15 496 personnes hospitalisées pour la cause du Covid-19.

Qui va compter dans les semaines à venir, quelles sont les capacités de l’accueil de chaque établissement de santé, à l’heure où les services d’urgence du pays déplorent une pénurie de soignants. Rapporté aux habitants du département, c’est le Calvados qui affiche pour l’heure le taux d’occupation le plus elevé du pays, avec 61,64 lits occupés (dû au Covid-19) pour 100 000 habitants.

Localement, dans les établissements hospitaliers d’Occitanie, près d’un tiers des lits sont occupés par des patients contaminés dans trois départements : les Hautes-Pyrénéesil Gers et eux Pyrénées-Orientales. Cette nouvelle vague semble cependant avoir peu d’impact sur les services de réanimation du pays : 898 personnes sont actuellement en soins intensifs. Un chiffre en légère augmentation ces derniers jours, mais que n’avait pas été aussi bas depuis septembre 2020, indique que la vaccination contre le virus permet de lutter efficacement contre les formes graves de maladie.

Cette reprise épidémique incite les autorités sanitaires du pays à insister sur les gestes barrières. La nouvelle ministre de la Santé, Brigitte Bourguignon, et la Première ministre, Élisabeth Borne ont également demandé aux Français de remettre le masque dans les transports en commun. Les autorités insistent sur la vaccination, et recommandent de ne jamais adhérer à une deuxième dose d’abstention pour les personnes de plus de 60 ans et immunodéprimées.

Rédacteur, Auteur, Journaliste | Plus de publications

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.