Le stade Ernest-Wallon boudé par World Rugby pour une étape du Tournoi mondial de rugby à 7

Une décision incohérente, voire totalement incompréhensible. C’est la réaction qu’ont eue la plupart des suiveurs du rugby à sept en apprenant que Toulouse n’avait pas été retenu pour accueillir pour la troisième année consécutive, une étape mondiale de l’HSBC Sevens Series (la compétition internationale majeure de rugby à 7).

Depuis 2022, le stade Ernest-Wallon accueillait le temps d’un week-end le gratin mondial de la discipline à la fois chez les filles et chez les garçons. Un événement festif étalé sur trois jours à cette période de l’année et pour lequel la Ville rose avait de nouveau fait acte de candidature. Mais c’est finalement Madrid qui a été choisi pour accueillir l’ultime étape de cette saison (année olympique oblige, le calendrier a été chamboulé).

Une affluence pas à la hauteur ?

Lors des éditions 2022 et 2023, Ernest-Wallon avait accueilli à chaque fois la bagatelle de 30 000 spectateurs venus du monde entier. Des matchs en continu trois jours durant, des tribunes colorées où les spectateurs venaient déguisés, où les encouragements de la toujours nombreuse délégation kenyane répondaient au traditionnel « God save the queen [puis the king] » entonné par les bruyants fans britanniques. Des spectateurs originaires d’Australie, du Canada, du Japon, de nombreux pays d’Europe et même d’Argentine ne manquaient pas le déplacement. Mais l’affluence était visiblement insuffisante pour inciter l’instance du rugby mondial à poursuivre l’aventure dans la Ville rose.

Une opportunité manquée

La décision de World Rugby est d’autant plus frustrante que la fréquentation du tournoi toulousain aurait pu être toute autre en 2024. Didier Lacroix, président du Stade Toulousain, exprime sa déception : « Le contexte de cette année, avec un ambassadeur hors pair et des JO en perspective nous laissait à penser qu’on aurait pu installer ce rendez-vous. Cela nous aurait permis de faire grandir le tournoi et donc le conserver un peu plus longtemps. »

Il est vrai qu’avec la présence d’Antoine Dupont et le tournoi olympique en ligne de mire quelques semaines plus tard, la compétition aurait pu jouir d’une attractivité inédite. Et la billetterie aurait sans doute bien plus chauffé que les années précédentes. Mais il n’en sera rien.

« World Rubgy en a décidé autrement et avait certainement besoin de promouvoir le rugby à 7 sur d’autres stations que la nôtre. Ils n’ont pas laissé le temps au temps », souffle Didier Lacroix. Contacté, World Rugby n’a pas répondu à nos sollicitations. Nul doute en tout cas que les acteurs du rugby toulousain scruteront attentivement les chiffres de fréquentation de l’étape espagnole.

Et voici la source pour plus d’infos.

Rédacteur, Auteur, Journaliste

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *