Salut à tous, c’est Grégoire. Dans cet article, nous allons parler de sujet passionnant. Mettez votre ceinture, c’est parti :

Test vidéo de la CUPRA León Sportstourer 2.0 TSI 310 CV DSG7 4DRIVE avec la SEAT León ST CUPRA 300 4Drive. Cette dernière est une voiture que j’ai testée en profondeur lors du Winter Job sur les mêmes étapes du Rallye de Monte-Carlo.

La raison de cette comparaison entre le nouveau et l’ancien est de voir s’ils ont réussi à améliorer une recette qui semblait imbattable. Une voiture familiale dérivée d’une voiture de tourisme compacte, avec un habitacle spacieux et confortable qui se distingue par ses véritables performances de voiture de sport.

La CUPRA León Sportstourer la plus puissante qui soit fabriquée a un prix en Espagne de 47 310 euros. Sur autos.net, vous pouvez trouver des unités de véhicules neufs à vendre neuves avec livraison immédiate en cliquant sur ce lien.

Mais tu le sais déjà, Si vous n’obtenez pas le nouveau, n’oubliez pas que sur autos.net, nous avons une large gamme de véhicules d’occasion. Justement, il y a actuellement 80 SEAT León CUPRA ST, le modèle de la génération précédente, à partir de seulement 22 000 euros.

Si vous voulez savoir en détail à quoi ressemble la nouvelle León, n’hésitez pas à jeter un œil aux nombreuses vidéos dans laquelle nous avons testé à la fois la SEAT et la dernière génération de CUPRA. Aujourd’hui, nous allons nous limiter à le comparer avec le modèle précédent et puisque nous les avons ensemble, à essayer les deux.

La CUPRA León Sportstourer est un break confortable et pratique grâce à son coffre géant, qui offre également des caractéristiques de voiture de sport authentiques.

Non seulement le prix de base de la voiture est maintenant plus cher. Les options ont également été déclenchées. Avant, il n’y avait qu’une seule option qui comprenait la jante allégée avec un pneu semi-slick et les gros freins, le Pack Performance qui coûtait 3 188 euros.

Désormais, les deux options sont facturées séparément et totalisent 3 700 euros. Mais attention, lors de la sélection des freins Brembo de plus grand diamètre, le configurateur vous oblige à ajouter le Pack Sound & Shine qui coûte 1 351 euros de plus. A cet ensemble s’ajoutent le toit vitré ouvrant panoramique, ainsi que le système audio Beats à 9 haut-parleurs et le caisson de basses 340W. Ça oui, le différentiel par rapport au Pack Performance du modèle précédent monte à 1 863 euros.

Plus long, mais plus étroit

À 4,65 mètres, il est plus long que le modèle qu’il remplace. 109 millimètres pour être plus précis. Une grande partie de cette augmentation est concentrée dans le porte-à-faux arrière.

La CUPRA León Sportstourer se distingue de la SEAT par un kit carrosserie spécifique. Quelque chose de similaire à ce qui s’est passé avec la génération précédente, mais maintenant peut-être que ce changement est plus perceptible. Il est plus long que le modèle qu’il remplace. 109 millimètres pour être plus précis. Une grande partie de cette augmentation est concentrée dans le porte-à-faux arrière. Le nouveau atteint 4,65 mètres de long. Au lieu de cela, à 1,79 mètre, il est maintenant 17 millimètres plus étroit et à 1,43 mètre 6 millimètres plus haut.

Ce qui ressort le plus, c’est qu’il y a une plus grande hauteur libre au sol. Le porte-à-faux avant semble très haut. En fait, il se démarque plus que celui du modèle précédent et pour éviter les chocs et les rayures tant sur les bordures que sur les rampes de garage, il a été surélevé d’un centimètre. Avec cette hauteur de 19 centimètres, il finit par ne pas toucher le sol, ce qui le rend pratique au quotidien.

Via le bouton CUPRA sur le volant, vous pouvez changer le mode de conduite. Avec l’écran central, vous finissez de régler le mode Individuel.

L’empattement a augmenté de 52 millimètres à 2,68 mètres. Mais il n’est pas seulement plus long, il pèse aussi plus. Avec 1 640 kilos, il dépasse le précédent de 95 kilos, alors qu’il était auparavant de 1 545 kilos.

Avec cette plus grande longueur, le grand bénéficiaire a été le tronc. Désormais en configuration 5 places, le coffre de la CUPRA León Sportstourer déclare 620 litres, 33 litres supplémentaires qui ne sont jamais de trop dans un break.

Avant et maintenant, il est équipé de série de roues 19″ chaussées de pneus 235 / 35-19 à la fois devant et derrière. Le nouveau modèle utilise Bridgestone Pontenza RACE, un semi-slick hautes performances.

Les freins en option avec étriers Brembo à 4 pistons et disques de 370 mm sont une joie.

Les deux utilisent un moteur turbo 4 cylindres en ligne de 2 litres suralimenté par un turbocompresseur. Le nouveau déclare 310 ch de 5 500 à 6 500 tr/min, tandis que le précédent 300 ch de 5 300 à 6 500 tr/min.

Le couple est le même avec 400 Nm. Il est désormais disponible de 2 000 à 5 400 tr/min, bien qu’auparavant, la plage était inférieure de 200 tr/min, se terminant à 5 200 tr/min. Sur papier les performances sont identiques avec une accélération de 0 à 100 km/h en 4,9 secondes et une vitesse de pointe de 250 km/h. Cependant, les chiffres de consommation déclarés varient considérablement. La nouvelle homologue en moyenne 8,3 l/100 km, contre 7,1 l/100 km la précédente.

Essai dynamique

Avec les ressorts installés par son propriétaire, cette CUPRA a abaissé la garde au sol de 35 millimètres. De plus, il a une chute négative sur les roues arrière.

Il est temps de tester d’abord l’unité de moteur d’origine. L’une des dernières SEAT León ST CUPRA 300 4Drives fabriquées, avec un filtre à particules et avec les logos SEAT de couleur cuivre, l’étape juste avant la CUPRA León actuelle.

Cette unité Alberto comprend ressorts qui abaissent la hauteur libre de 35 mm, avec chute négative sur l’essieu arrière, ainsi qu’avec échappement Remus. Quelques améliorations qui sont perceptibles et beaucoup. Ça va beaucoup plus posé, ça bouge à peine, oui, quand l’asphalte n’est pas parfait, ça va très fort avec ce qu’il rebondit. Le son de l’échappement Remus est exactement ce que la CUPRA aurait dû offrir en standard. Une note un peu plus élevée, mais avec une belle et élégante musicalité.

La principale différence entre la CUPRA d’Alberto et celle d’Eric est que le plus récent déjà monté la boite DSG 7 vitesses. Alors que les premiers ST 4Drives, comme celui du Winter Job, étaient satisfaits de la DSG à 6 vitesses.

Le modèle précédent offre un réglage de châssis sensationnel en standard.

Cette unité bleue Mistery a une électronique modifiée, selon Eric l’amélioration est d’environ 30 CV. Vous pouvez voir pourquoi il pousse encore plus que la CUPRA d’Alberto. Bien sûr, il est curieux que le son de l’échappement standard soit meilleur que celui dont je me souvenais lors du Winter Job. Ça n’atteint pas tout à fait le niveau de Remus, mais ça sonnait bien.

Ce qui est le plus surprenant, c’est l’équilibre dynamique proposé en standard. L’équipement de suspension du modèle précédent offre un brillant compromis entre efficacité et confort de roulement. Il filtre très bien, mais en même temps il tourne très à plat.

La première chose qui frappe le modèle actuel, la nouvelle CUPRA León Sportstourer 2.0 TSI 310 CV DSG7 4Drive, c’est qu’elle estLe moteur u délivre un coup de pied plus puissant que le modèle précédent. On sent qu’il pousse plus fort, on dirait qu’il a même plus de 350 ch.

Malgré le fait que son moteur turbo de 2 litres déclare 310 ch, il semble avoir plus de 350 ch.

En mode CUPRA, une partie du son artificiel se fait entendre dans l’habitacleDes trucs comme ça maintenant… Ça sonne pas mal, ça semble beaucoup plus réel que le son truqué des versions hybrides plug-in. Bien sûr, ce n’est qu’avec le mode CUPRA activé que le vrai échappement fait un vrai retour de flamme, vraiment bon.

Dommage qu’avec cette évolution le changement DSG n’offre toujours pas la possibilité d’avoir un mode 100% manuel. C’est un simple problème logiciel, puisque par exemple la Golf R 7.5 le proposait déjà et il est apprécié lorsque l’on fait de la conduite sportive.

Une autre chose qui ressort est que l’adresse a un étalonnage un peu plus fluide avant. Il communique bien, mais peut-être pas aussi directement que dans le modèle précédent. Quelque chose de similaire se produit avec l’équipement de suspension.

Désormais, la suspension pilotée n’a pas les trois modes typiques : Normal, Confort et Sport. Grâce à l’écran tactile, vous pouvez choisir entre des positions intermédiaires infinies ou même plus extrêmes, soit pour obtenir plus de fermeté, soit pour être plus doux. Malgré tout cela, même avec la configuration la plus dure, il apparaît un peu plus doux que le modèle précédent. Ça se passe très bien, mais on remarque un peu moins de fermeté.

L’échappement standard offre un son plus racing que le modèle précédent. Malgré cela, l’option d’un Akrapovic est manquante.

Lorsque vous la conduisez à une allure joyeuse, c’est une voiture qui ne cesse de vous étonner. La limite est très loin et grâce à la transmission intégrale elle offre des niveaux d’adhérence insoupçonnés. Précisément dans cette même ligne, en termes d’adhérence mécanique, les Bridgestone Potenza RACE offrent une adhérence incroyable.

Ok, ces pneus sont des semi-slick donc il est normal qu’ils offrent de bonnes performances sur asphalte sec. Mais ce qui est plus surprenant, c’est que la première chose le matin avec de l’asphalte froid et même humide, ils adhèrent et offrent en plus une bonne lecture de ce qui se passe à tout moment.

Bien qu’il soit plus long et plus lourd qu’avant, il est toujours extrêmement agile. Il se comporte avec une voiture plus petite et plus maniable.

Cette CUPRA ne ressemble pas à une voiture de près de 4,7 mètres de long. Il semble beaucoup plus petit et plus maniable. C’est agile comme un hothatch 5 portes. On n’accuse pas ce gros porte-à-faux arrière. Les 100 kilos de plus ne sont pas non plus un problème. Les changements de support sont très neutres et à tout moment, il transmet qu’il est étroitement lié à l’asphalte, il tourne très plat et vous ne remarquez aucun basculement du corps.

La réponse initiale de la pédale de frein est bestiale. Les étriers Brembo offrent une morsure presque de voiture de course. Exactement ce que vous vous attendez à trouver dans une Porsche et le voici dans une voiture normale. Bien sûr, avec une utilisation intensive, la fatigue finit par apparaître, ce que je me souviens d’être arrivé beaucoup plus tard dans le modèle précédent.

En bref

Si vous deviez choisir entre la génération précédente et le modèle actuel. lequel préfères-tu? Dites-le nous dans les commentaires de cet article.

Porsche est une référence lorsqu’il s’agit d’améliorer ce qui semblait imbattable. CUPRA aussi. Regardez, il semblait difficile d’aller plus loin dans cet ensemble châssis / moteur, mais ils l’ont fait. Ils ont de nouveau été vaincus.

Mais surtout, c’est toujours une voiture parfaite à utiliser comme véhicule utilitaire au quotidien., spacieuse et confortable pour voyager en famille et en plus une voiture de sport de race pure avec laquelle vous pourrez profiter à la fois sur la piste et sur votre tronçon de route de montagne préféré.

On sait déjà qu’il existe des couleurs pour les goûts, mais si vous me donnez le choix… Il me serait difficile de prendre une décision lors de l’achat de l’un ou l’autre. Lequel préfère tu? La nouvelle ou l’ancienne génération ? Vous pouvez nous dire dans les commentaires.

C’est tout pour aujourd’hui, rendez-vous pour un prochain article de ce qui nous passionne. N’hésitez pas à partager cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.