Salut à tous, je m’appelle Laurent. Ci-après, nous allons parler de sujet passionnant. Mettez votre ceinture, :

La pandémie a touché de manière irréversible tous les secteurs. Le gouvernement a essayé divers plans de relance pour amortir le grand impact économique, et l’un de ces projets couvre le monde de l’automobile.

L’Administration a prévu une réforme du système d’éco-étiquetage des véhicules au printemps 2020, juste au moment où la crise sanitaire éclatait. Cette distinction est faite par la DGT pour classer les voitures en fonction de leur efficacité énergétique, en tenant compte de leur impact environnemental.

L’objectif, selon Traffic, est de discriminer positivement les véhicules les plus respectueux de l’environnement. Dans le classement actuel, on distingue quatre labels, bien connus de tous : B, C, Eco et 0.

Cependant, une modification de la liste était prévue pour juillet dernier, ce qui n’a pas eu lieu en raison de désaccords entre le secteur automobile, les municipalités et certains ministères.

Pere Navarro, directeur de la DGT, a indiqué qu' »il est difficile de trouver un accord » et qu' »aucune date n’est fixée » pour le faire définitivement. L’une des positions opposées à la proposition est le ministère de la Transition écologique, avec à sa tête Teresa Ribera.

Label Eco DGT

Cet organisme est favorable à la suppression de l’étiquette 0 des voitures hybrides rechargeables, car elles ont toujours le moteur à combustion en marche pendant l’utilisation. Ce qui semble plus facile à faire, c’est la suppression du label Eco des hybrides doux, car ils ont de petites batteries qui ne font que réduire la consommation, mais ne déplacent jamais le véhicule par elles-mêmes.

Mazda MX-30 avec moteur hybride doux

Quelles catégories existe-t-il ?

La création d’une nouvelle catégorie, D, pour les voitures plus modernes à essence ou diesel a également été envisagée. Cela s’explique par le fait que le label C actuel comprend toutes les voitures particulières à essence et les camionnettes légères immatriculées à partir de janvier 2006 et le diesel à partir de janvier 2014, ainsi que les véhicules de plus de huit places et les véhicules lourds immatriculés depuis 2014.

Alors que les organisations qui dirigent le pays sont encore en pourparlers, nous nous souvenons du reste des catégories, car le moment où cela changera est inconnu. Le label B, en jaune, comprend les voitures particulières et les camionnettes essence légères immatriculées depuis janvier 2001 et diesel depuis 2006, ainsi que les véhicules de plus de huit places et les poids lourds immatriculés depuis 2006.

Le label Eco, le plus critiqué, regroupe les véhicules électriques rechargeables d’une autonomie inférieure à 40 kilomètres, les hybrides non rechargeables (HEV) et les véhicules alimentés au gaz naturel comprimé (GNC) ou au gaz de pétrole liquéfié (GPL).

Pour obtenir le Label 0, le véhicule doit être électrique à batterie, électrique à autonomie étendue, hybride rechargeable avec une autonomie supérieure à 40 kilomètres, ou un véhicule à pile à combustible.

Pour savoir si votre véhicule a besoin de l’un de ces autocollants, il vous suffit de vérifier la plaque d’immatriculation et de vérifier son âge. Pour acquérir le badge, il est possible de le faire dans les bureaux de poste, les ateliers de la Confédération espagnole des ateliers (CETRAA), d’autres ateliers agréés, les responsables administratifs, l’IDEAUTO ou via l’association Ganvam, au prix de 5 euros, hors frais .expédition.

La source: Sens général de circulation

C’est tout pour cette fois, rendez-vous pour un prochain article de ce qui nous passionne. N’hésitez pas à partager cet article.

  • La réforme des retraites

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *