Salut, c’est Robin. Aujourd’hui, nous allons débattre de sujet passionnant. Mettez votre ceinture, :

Les accidents de la circulation se produisent jour après jour sur nos routes. L’une des principales raisons en est la consommation de boissons alcoolisées et de stupéfiants, comme l’indique le rapport du National Institute of Toxicology and Forensic Sciences, qui explique que près de la moitié des conducteurs décédés ont été testés positifs à l’alcool, aux drogues et aux psychotropes.

Pour cette raison, la Direction générale de la circulation a lancé, depuis le 2 août 2021 et jusqu’au 8 prochain de ce mois, une nouvelle campagne dans laquelle elle intensifie la surveillance de la consommation de ce type de substances.

Pendant une semaine, les agents du Groupe de la circulation de la Garde civile augmenteront les contrôles pour détecter un facteur qui était présent dans près d’un tiers des accidents mortels en 2020. Les autorités seront attentives dans différentes parties de la géographie espagnole, à toute heure , pour empêcher les conducteurs imprudents d’être au volant sous l’influence de l’alcool ou de drogues.

L’objectif est de réduire le nombre d’accidents de la circulation, non seulement sur la route, mais aussi dans les zones urbaines. Pour cela, la DGT a invité les mairies des communes de plus de 25 000 habitants à se joindre à la campagne.

Fourgons DGT camouflés

Cela peut avoir un effet, car la majeure partie de la consommation a lieu dans des lieux urbains, où le trafic piétonnier est également plus important. A cela il faut ajouter que 41,2% des personnes tuées par écrasement ont également donné un résultat positif, c’est pourquoi il est indispensable que la police locale adhère à ce qui est proposé par la DGT.

La consommation d’alcool et de drogues et la conduite automobile sont des facteurs incompatibles pour la sécurité. Suite au bilan 2020 de l’Institut national de toxicologie et des sciences médico-légales, sur les 597 conducteurs décédés dans un accident de la circulation et soumis à une autopsie et une analyse toxicologique, 291 étaient positifs pour ce type de substances. Cela se traduit par 48,7 % de personnes décédées sous l’influence de l’alcool ou de drogues, soit 3,2 % de plus qu’en 2019.

L’alcool demeure la substance la plus consommée chez les conducteurs décédés (20,1 %). À ce sujet, il convient de noter que sur le nombre total, 78,5% avaient un taux égal ou supérieur à 1,2 g / l dans le sang, ce qui dépasse la limite de 0,7 g / l et est considéré comme un crime. Les drogues représentent également 20,1 %, avec la cocaïne et le cannabis comme substances les plus courantes, tandis que les psychotropes représentent 13,4 %.

Alcool et voitures

Le taux maximum d’alcoolémie autorisé dans le sang est de 0,5 g/l (0,25 mg/l dans l’air expiré) chez tous les conducteurs, à l’exception des professionnels et des novices (0,3 g/l dans le sang et 0,15 mg/l dans l’air expiré) .

Les amendes avec des taux compris entre 0,25 mg/l et 0,50 mg/l s’élèvent jusqu’à 500 euros et le retrait de 4 points du permis de conduire. Pour les taux supérieurs à 0,50 mg/l, la sanction est de 1 000 euros et 6 points de carte, tandis que les récidivistes sont sanctionnés de 1 000 euros et de 4 ou 6 points, selon le taux.

En cas d’enregistrement d’un taux supérieur à 0,60 mg/l (1,2 g/l dans le sang), le conducteur s’expose à un délit passible d’une peine de trois à six mois de prison, ou de travaux d’intérêt général de 30 à 90 jours, en plus du retrait du permis de conduire de un à quatre ans. Si l’individu refuse de se soumettre à l’épreuve, la peine est identique, bien que sans le travail au profit de la collectivité.

Campagne de contrôle de la consommation d'alcool et de drogues de la DGT

Dans le cas de la drogue, la présence de cette substance dans l’organisme au volant est punie de 1 000 euros et de 6 points, mais cela peut aller jusqu’à une peine de prison de trois à six mois, des travaux d’intérêt général de 30 à 90 jours et une privation de liberté. un permis de conduire pour un à quatre ans. Si le conducteur refuse de passer le test, la peine va de six mois à un an de prison et le retrait du permis de conduire.

Campagne de contrôle de la consommation d'alcool et de drogues de la DGT

C’est tout pour cette fois, rendez-vous pour un prochain comparatif de ce qui nous passionne. N’hésitez pas à liker 😛 cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *