BLOIS, France – Les socialistes français se sont récemment réunis dans la vallée de la Loire pour un week-end de débat qui s’est transformé en l’onguent virtuel d’Anne Hidalgo, la maire charismatique et controversée de Paris, comme candidate à l’élection présidentielle de l’année prochaine.

Orateur après orateur, réunis dans la cour du château de Blois, se sont tournés vers Mme Hidalgo pour lui dire qu’ils avaient imaginé « Madame la Présidente », en insistant sur la dernière syllabe centralisée « e » indiquant la forme féminine. A ce jour, la Ve République a réuni huit « présidents » masculins sur six décennies.

Ce n’est pas la seule statistique contre Mme Hidalgo, 62 ans, qui était timide quant à son intention et laissait peu de doute sur le fait qu’elle se préparait à se présenter. La plupart des sondages donnent moins de 30 % des voix à gauche, répartis entre socialistes, écologistes et partis de gauche. La « gauche » qui était autrefois fière est évoquée.

J’ai demandé à Mme Hidalgo quand elle annoncerait sa candidature. « Je crois en des fondations solides, et j’y travaille », a-t-elle déclaré. « Si les fondations sont solides, la maison tient debout. » Son dernier livre, « A French Woman », paraîtra le 15 septembre. L’annonce semble arriver à peu près à ce moment-là.

On ne sait pas si la candidature d’Hidalgo peut galvaniser la gauche et ouvrir une élection dans laquelle Emmanuel Macron, président du centre, et Marine Le Pen, la candidate correctrice, resteront en sa faveur.

Fille d’immigrés pauvres en Espagne, produit d’un modèle français intégré aujourd’hui largement remis en cause, et maire environnementaliste dont les politiques sont favorables au vélo et hostiles à la voiture, sont internationalement reconnues et respectées par Mme Hidalgo. Michael Bloomberg est un ami.

En province, cependant, elle est relativement méconnue. C’est une crédibilité importante de tout président qui peut être votre « la France profonde », ou l’âme rurale du pays. Jacques Chirac, d’abord maire de Paris puis président, a noué nombre de ses relations avec la région sud-ouest de la Corrèze.

Carole Delga, la présidente socialiste populaire de la région sud-ouest Occitanie dite Hidalgo, qui est maire de Paris depuis 2014, a qualifié la gauche de « capitaine fort ». Olivier Faure, le chef du Parti socialiste, chargé de le reconstruire après une horrible défaite à l’élection présidentielle de 2017, a déclaré que Mme Hidalgo était son choix. Il a exhorté la foule de Blois à se souvenir de « l’effervescence de 1981 » qui a balayé François Mitterrand et la gauche au pouvoir pour la première fois sous la Ve République.

A huit mois des élections d’avril 2022, la gauche aura besoin d’une arrivée très soudaine de personnel et d’unité pour avoir une chance de gagner.

Incertain de la manière de s’attaquer aux dépenses excessives de la France en matière de sécurité et d’immigration, et de s’attaquer à un réflexe de la politique identitaire, l’indifférence de la gauche a permis à M. Macron de s’incliner correctement pour les votes.

« La division est une perte », a déclaré Benoît Hamon, qui n’avait obtenu que 6,36 % des voix en tant que candidat du Parti socialiste en 2017. « Nous ne serons pas au second tour de l’élection présidentielle s’il n’y a plus un seul candidat. « 

D’autres ont des idées différentes. Parmi eux, Jean-Luc Mélenchon, leader de l’extrême gauche française Unbowed ; Des leaders verts dont Yannick Jadot et Eric Piolle ; et les socialistes en colère car ils le voient comme des tentatives d’installer Mme Hidalgo avant une primaire du parti commençant le 18 septembre.

À ce jour, personne n’a montré beaucoup d’envie de se retirer.

Les Verts se sont mis en colère lorsque M. Faure, le leader des socialistes, a suggéré qu’ils avaient une « limite supérieure » d’élections qui rendrait inviolable tout candidat écologiste à la présidentielle.

Comme François Hollande, ancien président des socialistes, l’a récemment noté, « L’unité ne crée pas le pouvoir, c’est le pouvoir qui crée l’unité » – et jusqu’à présent, le côté gauche semble être dépourvu d’élan ou de conviction qui fournit la force. Par conséquent, la pression socialiste semble être rapidement derrière Mme Hidalgo et changer la conversation.

« Nous faisons tous partie de la même famille », a déclaré M. Piolle, maire de Grenoble et candidat à la présidentielle. « Mais nous avons été touchés par la crise climatique et les enjeux de la politique identitaire. »

Depuis un an, la gauche se bat pour savoir si le modèle universel français, qui semble coloré – celui qui a accueilli Mme Hidalgo et l’a poussée – fonctionne toujours, ou s’il s’agit d’un camouflage du racisme et de l’hypocrisie.

La bataille s’est imposée sur un certain nombre de dossiers, dont la décision du syndicat des étudiants français de tenir des réunions « non mixtes » afin que certains groupes – Noirs ou musulmans, par exemple – puissent partager leurs points de vue et doléances exprimées.

M. Mélenchon, le leader d’extrême gauche, n’a vu aucun problème. Julien Bayou, secrétaire national du principal parti écologiste, a qualifié les réunions d' »utiles et nécessaires ». Mais Manuel Valls, ancien Premier ministre socialiste, a déclaré à la radio Europe 1 « Quand vous organisez des réunions racistes, vous justifiez la notion de race, et c’est inacceptable ».

Ce point de vue faisait écho à une grande partie du courant socialiste dominant, sans parler de toute la droite erratique.

Danièle Obono, une avocate noire de France Unbowed, m’a dit que M. Valls de gauche était un « traître total ». « La laïcité française doit être débattue », a-t-elle déclaré, faisant référence au modèle français laïc qui ne veut voir que des citoyens non discriminatoires.

Voici les types de divisions Mme. Surmonter Hidalgo. La mairie de Paris est clairement universelle, je crois passionnément à la réputation pour le bien du modèle français qui a profité à des millions d’immigrés, avant qu’un afflux important de musulmans en Afrique du Nord ne présente des défis trop fréquents.

A Blois, Mme Hidalgo a enfin embrassé les thèmes centraux de sa campagne : l’urgence d’une transformation créatrice d’emplois pour faire face au changement climatique et la lutte contre « les inégalités qui font perdre confiance aux institutions de la République ». « 

« Un bébé aujourd’hui n’aurait pas la même chance que moi », a-t-elle déclaré.

Hélène avait des sentiments mitigés avec Roux, un fonctionnaire, à propos de Mme Hidalgo. « J’aime l’idée qu’il reste une femme dans un pays qui est encore très paternelle et macho », a-t-elle déclaré. « Mais je ne sais pas si elle a une présence politique à travers le pays – et son image est très centrale à gauche. »

Si les défis de gauche semblent terribles, ils ne sont peut-être pas encore assurables. À huit mois des élections de 2017, M. Macron avait une chance lointaine. Mme Hidalgo, en partenariat avec les Verts, a battu un candidat du parti de M. Macron à sa réélection à la mairie de Paris en 2020. Elle a une séquence tactique impitoyable.

La longue pandémie et les problèmes économiques qui l’accompagnent semblent avoir créé un désir croissant d’un État fort en Europe et aux États-Unis. Le soutien à la solidarité sociale à travers le capitalisme mondial sans restriction augmente. Olaf Scholz, le candidat social-démocrate, est l’un des principaux candidats aux élections allemandes de ce mois-ci. Aux élections régionales françaises de juin, les socialistes ont bien fait.

Pourtant, comme l’a dit Philippe Labro, auteur et observateur politique, « la France d’aujourd’hui a raison de raison ». Le terrorisme, l’insécurité, les peurs et les perceptions d’une immigration débridée mettent alors la pression sur le pays. Il n’y avait pas de réponse claire à gauche, ni Mme Hidalgo, ni personne.

Le château de Blois est important dans l’histoire de France car en 1429 Jeanne d’Arc s’y arrêta pour obtenir une bénédiction avant d’aller contre la Grande-Bretagne à Orléans. Son nom est venu, bien sûr, alors que les socialistes français semblent prêts à faire confiance à une femme confrontée à des campagnes difficiles et à toutes les chances.

  • Les Gauches françaises 1762-2012: Histoire et politique
  • La langue française est un jeu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *