La Lamborghini Huracán STO est l’évolution la plus efficace du modèle avec un moteur V10 de la firme de Sant’Agata Bolognese. Avec 640 ch, c’est ce qui se rapproche le plus d’une Porsche 911 GT3, un modèle de rue inspiré de la compétition conçu pour profiter au maximum du circuit.

La Lamborghini Huracán STO est au prix de 350 000 euros en Espagne. Bien que si vous osez avec les options du département Ad Personam, le chiffre peut être encore plus élevé, dépassant même les 400 000 euros.

Vaisseau spatial

La Lamborghini Huracán STO présente un design authentique de chasseur-chasseur.

Une Lamborghini doit ressembler à un avion de chasse ou à un vaisseau spatial. Quelque chose qui vole et atteint une vitesse exorbitante. La STO respecte parfaitement cette maxime. Vous le regardez sous l’angle où vous le regardez, c’est comme un avion de chasse, il a des ailes, mais pas de missiles pour le moment.

Il mesure 4,57 mètres de long, 1,94 mètre de large, 1,22 mètre de haut et son empattement est de 2,62 mètres. Il est extrêmement léger puisqu’il déclare un poids à vide de 1 339 kilos.

N’oublions pas ça l’acronyme STO signifie Super Trophy Omologata. Il s’inspire clairement du Huracán Super Trofeo, la voiture de course de coupe monotype organisée par Lamborghini.

Le becquet arrière est 100% fonctionnel.

Tout le devant est d’un seul tenant, ils l’appellent Cofango. Une fusion du couvercle du coffre et des ailes avant. Cofano et Parafango. Le marketing qui fait parfois beaucoup de dégâts. Mais comme ça en italien ça sonne bien et tout.

La prise d’air du toit est bestialeIl n’est pas chargé de diriger l’air vers l’admission moteur, il envoie simplement de l’air frais vers le compartiment moteur. Vous pouvez voir à travers cette calandre sur le capot arrière, mais je doute que vous ayez jamais une voiture coincée derrière vous. Et que dire du spoiler. C’est du carbone carbone, le vrai bon. Il est réglable et s’inspire clairement de celui utilisé par les voitures du Super Trophy.

Portes entièrement en carbone, avec des poignées en tissu, des sièges allégés, le tout en faveur de réduire au maximum le poids de l’ensemble. Heureusement, il maintient la climatisation et l’écran central pour tout contrôler. Bien qu’avec cette voiture aujourd’hui je ne vais pas allumer la radio une seule seconde. Encore moins avec ce V10 derrière et avec pratiquement aucune isolation phonique. Le coffre déclare 38 litres de capacité, plus que suffisant pour charger quelques bouteilles d’Acetto Balsamico di Modena comme celles-ci d’Acetaia Sereni.

Performance et son de course

L’élément clé de la Huracán STO est son moteur V10 atmosphérique de 5,2 litres qui revendique 640 ch.

Son moteur V10 atmosphérique d’une cylindrée de 5,2 litres est un instrument de musique. Jamais auparavant dans aucun autre Huracán je n’avais entendu un son aussi beau, aussi viscéral, aussi sauvage que celui du STO. Pour profiter encore plus de sa musicalité et, accessoirement, réduire le poids de l’ensemble, pratiquement toute l’isolation acoustique qui entoure l’habitacle a été supprimée.

En plus d’offrir cette mélodie, il délivre également une bonne dose de puissance. 640 ch à 8 000 tr/min et 565 Nm à 6 500 tr/min. Mais ça ne s’arrête pas là, ça s’étire jusqu’à 8 500 tr/min, 8 500 tr/min !

Oui, il y a des concurrents qui déclarent plus de 700 ch, mais tous avec des moteurs turbo. Cette bande originale est tirée d’un film hollywoodien et l’oeil qui pousse à une vraie barbarie. Cette différence de cent chevaux ne me manque pas du tout.

Lorsque le V10 fonctionne à plein régime, il offre une musicalité qui vous fait dresser les cheveux sur la tête. C’est comme une vraie voiture de course.

Un mécanicien associé à un Boîte de vitesses automatique à double embrayage à 7 rapports, que vous gérez grâce à deux palettes métalliques grand format derrière le volant. La programmation du changement est plus rapide dans la STO. Les performances sont stratosphériques avec une vitesse de pointe de 310 km/h et une accélération de 0 à 100 km/h en 3 secondes. En seulement 9 secondes, il atteint 200 km/h depuis l’arrêt.

CCMR. Ce sont les acronymes avec lesquels Brembo a baptisé le puissant système de freinage qu’il a conçu pour la Huracán STO. Matériau carbone céramique Racing. UN ensemble issu directement de l’expérience de la firme en F1 avec des disques de 390 mm et des étriers à 6 pistons à l’avant.

Sur l’essieu arrière, il monte des disques de 360 ​​​​mm avec des étriers à 4 pistons.. Les ingénieurs de course Brembo ont veillé à ce que les performances ne diminuent pas, même lorsqu’elles sont soumises à de longues journées d’essais sur le circuit. Attester.

La traction arrière et la direction de l’essieu arrière le rendent très agile dans les virages.

Malheureusement, l’unité de test n’avait pas les pneus développés expressément pour la STO, la Bridgestone Potenza RACE. Au lieu de cela, il avait un Bridgestone Potenza Sport avec des mesures 245/30 R20 à l’avant et 305/30 R20 à l’arrière.

Il dispose de trois modes de conduite : STO, Trophée, Pioggia. En mode Trophy tout est accentué, suspension, direction arrière, antipatinage, intervention ABS… La boîte passe en mode automatique. Même le bruit de l’échappement devient encore plus grave.

Le S.T.O. c’est exactement ce que vous attendez d’une supercar comme celle-ci. Sentez-vous comme vous êtes au volant d’une vraie voiture de course. Ce qu’une Porsche 911 GT3 communique si bien a finalement été réalisé par Lamborghini. L’idéal avec la STO est de désactiver le contrôle de stabilité et de recourir au mode manuel du changement.

Les freins carbone développés par Brembo semblent sans fin, ils résistent à tout.

Le Trophy est recommandé uniquement sur circuit ou avec un asphalte parfait. Il rigidifie tellement la suspension que sur route il n’améliore pas toujours les performances. Bien sûr, avec le mode Trophée, cela fait des retours de flamme atomiques.

Je me souviens il y a longtemps d’avoir essayé la Gallardo Super Trofeo Stradaleune voiture qui me semblait bestiale, mais qui n’était pas du tout aussi communicative, aussi claire, aussi efficace, aussi directe que la nouvelle Huracán STO.

Peu de voitures offrent une expérience aussi complète, des performances stratosphériques, un plaisir sans fin et en plus vous sentez qu’à tout moment vous contrôlez tout ce qui se passe. Dans un monde rempli d’électronique, c’est un vrai luxe de tomber sur une voiture aussi bien faite que celle-ci.

Bref

Cette Lamborghini est l’une des voitures avec laquelle j’ai eu le meilleur temps au volant depuis longtemps. Un jouet très sérieux qui excite vraiment.

J’espère que l’essence synthétique sur laquelle parient des marques comme Porsche deviendra bientôt une réalité. Des voitures comme celle-ci Lamborghini Huracán STO ne peuvent et ne doivent pas disparaître. Des voitures qui sont plus qu’une voiture. En plus d’être une œuvre d’art en termes de design, cette création mécanique est capable de générer des émotions que peu d’autres machines sont capables de produire chez un être humain. Merci Lamborghini de continuer à croire en la voiture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.