Heureusement, les mesures de conservation sont bien engagées et les scientifiques et les jardiniers sont impliqués dans la culture. Il y a une raison pour laquelle cet arbuste est très populaire parmi les jardiniers – il est relativement facile à cultiver et à propager. À partir de boutures de feuillus prélevées en hiver, le tororaro gravide s’enracinera facilement et deviendra un clone de la plante mère. Non seulement cela a aidé à répandre la plante parmi les jardiniers, mais cela a permis aux écologistes de préserver et de renforcer une grande partie de la diversité génétique au sein des communautés sauvages restantes. En clonant, en cultivant et en répartissant des individus parmi diverses collections vivantes, les gardiens ont au moins protégé nombre de ceux qui restaient.

De plus, la culture à cette échelle signifie que les populations sauvages en déclin peuvent être complétées par des personnes non apparentées qui produisent les deux types de fleurs. En augmentant le nombre de personnes au sein de chaque population, les gardiens réduisent les distances entre les femelles célibataires et les mâles plus petits, ce qui les rend plus susceptibles de polliniser et de produire des graines. Bien qu’il ne soit pas du tout sorti des bois proverbiaux, l’avenir du tororaro enceinte dans la nature semble plus prometteur.

C’est aussi une bonne nouvelle pour la biodiversité de la région. Après tout, l’arbuste tororaro n’existe pas dans le vide. De nombreux autres organismes dépendent de cet arbuste pour leur survie. Les oiseaux se nourrissent abondamment de ses fruits et ses graines sont dispersées et les larves se nourrissent d’une poignée de mites sur son feuillage. En fait, les larves de papillons jumeaux utilisent l’arbuste tororaro comme seule source de nourriture. Sans cela, ces papillons de nuit auraient également disparu. Bien sûr, ces larves servent de nourriture aux oiseaux et aux lézards. Inutile de dire que sauver l’arbuste tororaro est bien plus que la plante elle-même. Certes, plus de travail est nécessaire pour restaurer un habitat tororaro fertile, mais en attendant, la culture garantit que cette espèce perdurera dans le futur.

Lectures complémentaires : [1] [2] [3]

  • La culture de l'or vert: Le guide complet qui dévoile tous les secrets d'un expert pour enfin cultiver facilement le cannabis et tout connaître sur la culture du cannabis (livre culture cannabis)
  • 50 plantes médicinales pour mon balcon: Les cultiver sur une terrasse, un balcon, un rebord de fenêtre... les conserver, les utiliser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *