À la fin du mois d’août, la conservatrice de la collection néo-zélandaise, Kate, nous a dit quelques mots sur la première floraison d’une plante frappante de Nouvelle-Zélande dans les jardins de Melbourne. Nous avons une fleur rouge Becs de Kaka (deux espèces différentes) avant la forme blanche mais pas mais renoncule.

Notre « lit de divarication » contient les nouvelles plantes de Kate et une collection de plantes avec une structure ramifiée distinctive qui se serait développée au moins grâce au pâturage de Moa. Ce n’est pas vrai à ce sujet, mais à la lumière de combien il aime où il est ici pour rester, je pense. En tout cas, il s’inscrit dans le thème général de cette région, la flore de Nouvelle-Zélande.

Graines de Clianthus puniceus Graeme Atkins, directeur du Département néo-zélandais de l’action pour la conservation et activiste de la conservation, l’a appelé « Alba ». Je comprends qu’il a collecté les graines de plantes dans son jardin. Exceptionnellement pour un cultivar, la couleur de la fleur reste relativement stable à travers les graines. Ce n’est pas vrai pour les formes à fleurs rouges, comme je vais les aborder.

Fleur maorie, et en forme de bec, comme Ngutukākā, en maori, ou Kaka Beak et Parrot’s Beak en anglais. Un certain nombre de sélections sont en cours, y compris la forme de couleur blanche (ou plus précisément jaune ou verte) connue sous le nom d’ « Alba ».

On pense que ce cultivar est à l’origine un sport « naturel », poussant à Tiniroto, sur l’île du Nord de la Nouvelle-Zélande. C’est à environ 100 kilomètres au sud de l’endroit où Graeme Atkins est actif dans son travail de conservation aujourd’hui, il n’est donc pas surprenant qu’il soit notre source.

La couleur de fleur la plus populaire pour Clianthus puniceus est rouge. J’ai posté des images précédentes de formes rouges (et de fleurs blanches) du château de Lanarch et du jardin botanique de Dunedin à proximité. Celui-ci est de la collection Melbourne Gardens, en fleurs fin août.

Il existe aussi des producteurs de fleurs roses, souvent regroupés sous le nom Clianthus puniceus ‘Roseus’. Certains sont complètement roses, d’autres n’ont qu’une quille et une aile roses. Comme ‘Alba’, beaucoup est cultivé à partir de graines, mais dans ce cas, il a une couleur très florale.

Bien que la plante soit florissante en horticulture, elle est toujours en danger dans la nature. Son aire de répartition d’origine n’est certainement pas prise en compte car les Maoris ont introduit l’espèce autour de ses implantations. Il peut avoir été limité à Northland seulement et autour d’Auckland.
Le réseau néo-zélandais de conservation des plantes estime qu’une seule population survivante, à Kaipara Bay, au nord-est d’Auckland, «se produit naturellement». On considère qu’il vaut la peine de protéger les vestiges « semi-naturels ». Graeme Atkins s’occupe d’un peu moins d’une centaine de plantes dans la chaîne de Raukumara, sur la côte est de l’île du Nord. Les menaces sont les mêmes qu’ailleurs dans leur aire de répartition : les animaux brouteurs, les mauvaises herbes et les mauvaises herbes.

Il existe une autre espèce dans le genre, Clianthus maximus, avec des feuilles plus foncées et plus brillantes et de plus grandes fleurs rouge très foncé (avec des taches encore plus foncées à leur base). Cette espèce est mieux cultivée en culture (elle est moins sujette aux maladies) et est maintenant plus commune que Clianthus puniceus. Il est souvent vendu sous le nom de cultivar « Kaka King ».

Malheureusement, du point de vue de la conservation, certaines des premières sélections de jardins Clianthus puniceus ils peuvent avoir représenté des populations maintenant obsolètes. Beaucoup d’entre eux ont maintenant été remplacés par des jardins Clianthus maximus. Il est donc important que nous gardions les sélections comme les nôtres pour la conservation et le plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.