l’essentiel
Qu’ils étaient vus ou non l’action décisive de la finale, les Toulousains ont été submergés de plaisir. Ils racontent les émotions que les ont traversés au moment de l’essai du demi-d’ouverture, même le 17 juin au Stade de France contre La Rochelle, qui a permis à Toulouse de décrocher son 22e titre de champion de France.

Des yeux qui scintillent et des sourires jusqu’aux oreilles d’un côté, des têtes d’enterrement de l’autre. À Saint-Denis samedi 17 juin au soir, Toulousains et Rochelais n’avaient pas dû le même entrain au moment d’évoquer l’essai de Romain Ntamack qui, on ne l’a pas assez indiqué, a aussi fait son entrée dans le grand livre des finales il semblerait que Juan Cruz Mallia, soulevé par… Pierre-Louis Barassi, ait également assuré la réception du coup d’envoi de la dernière chance pour les Maritimes.

Ramos : « Quel bonheur de pouvoir courir derrière lui »

Toujours est-il qu’au moment de revenir sur cette action de 90 mètres et 1’42 » partie d’une mêlée, avec 13 temps de jeu et 17 passes, il y avait ceux qui n’avaient rien vu ou pas voulu voir ce que beaucoup ont qualifié de « complètement fou ».

« Je ne sais pas, je n’ai pas vu », coupait Grégory Alldritt, le capitaine des « jaune et noir », donc pas très enclin à s’épancher. « Je n’ai pas trop vu l’action, avouait Santiago Chocobares, sur le banc à ce moment-là. J’ai entendu tous les mecs crier et je suis dit :  »Ça y est, on va gagner ! » « 

L’ESSAI DE LA GAGNE !! @RomainNtamack aplatit un incroyable essai à 1 minute de la fin du match et offre le Brennus au @StadeToulousain !#FinaleTOP14 pic.twitter.com/6FT3YOHIhU

— CANAL+ Rugby (@CanalplusRugby) 17 juin 2023

L’Argentin a bien deviné. Quant à Thomas Ramos, qui est venu de refaire un point de fixation après avoir rattrapé une passe imprécise de Charlie Faumuina, a pris la chevauchée de son coéquipier en cours de route. « Je me relève d’un ruck, je pars dans le sens où va le ballon et je vois Romain passer, raconte l’arrière. Quelle joie, quel bonheur de pouvoir courir derrière lui en le voyant aller marquer, c’était juste génial ! »

A lire aussi :
Finale Stade Toulousain-La Rochelle : « Ce n’est pas le tout de le dire dans les micros »… La réponse de Clément Poitrenaud à Ronan O’Gara

Cros : « Il a pleuré directement »

Car le sauveur toulousain avait bien cru laisser passer la desnière chance des siens quelques minutes plus tôt, en ne trouvant pas une pénale touche. « C’était un peu fou. Cette dernière touche pénale manquée nous mettait un petit coup derrière la tête, surtout à Romain qui s’en voulait terriblement », avouait François Cros.

#FinaleTOP14
Ntamack s’en va offrir le titre au @StadeToulousain ? pic.twitter.com/qFApF2Yodq

— TOP 14 Rugby (@top14rugby) 17 juin 2023

Il poursuit : « Et c’est vrai qu’avant la dernière mêlée, l’action était arrêtée pour le K.-O. de Lespiaucq, nous nous sommes resserrés et nous nous sommes dit:  »Il reste quatre minutes, à nous d’aller le chercher. » Et ce qui est incroyable, c’est que c’est Romain qui nous libere. ‘est un grand champion d’avoir réussi à soulager la tête après cet échec. »

A lire aussi :
ENTRETIEN. Ronan O’Gara après la finale : « Le grand Stade Toulousain expliquera le rugby dans le monde entier… »

Du côté des tribunes, les visions entre Ronan O’Gara et Clément Poitrenaud n’étaient pour une fois pas si éloignées. « Un match dure 80 minutes. Et si j’ai appris quelque chose en jouant contre Toulouse, c’est que ce n’est jamais terminé. « Ntamack d’avoir inscrit cet essai. Quel athlète, quel joueur, c’est exceptionnel « , saluait le manager irlandais de La Rochelle.

A lire aussi :
REJOUER. Le Stade Toulousain champion de France : le bouclier de Brennus trône à nouveau au balcon du Capitole ! Revivez la journée avec nous

« Moi, sincèrement je n’arrêtais pas de dire dans mon micro à ceux qui étaient au bord qu’on allait marquer, qu’on allait le faire, relatait l’entraîneur des trois-quarts. J’ai cru en notre bonne étoile et cela a fonctionné. Maintenant, ce genre d’issue, on ne peut jamais la prévoir. Par contre en termes de plaisir, c’est assez extraordinaire. » Avec des souvenirs gravés à jamais.

Rédacteur, Auteur, Journaliste

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *