Une passionnée (et experte) de camélia des jardins botaniques Royal Victoria, Jenny Happell, m’a envoyé un message après mon article sur la tortue à dos d’algues de Mittagong. Après avoir exprimé quelques inquiétudes à la tortue, Jenny m’a dit qu’un cultivar de camélia portait le nom de Sophie Ducker, la phycologue (experte en algal) qui a décrit et nommé cette algue en 1958.

Non seulement cela, mais le cultivar peut être trouvé dans nos jardins de Melbourne. Je suis donc immédiatement sorti de mon bureau, début juillet, et je suis allé à Camellia Bed pour prendre ces photos.

Comme tu peux le voir, Camélia du Japon ‘Sophie Ducker’ a de petites fleurs discrètes roses et blanches. Quelque chose qui peut contredire la personnalité de mon ancien collègue et d’une certaine amie Sophie, comme l’a suggéré Jenny.

Jenny m’a parlé d’un certain nombre d’autres spécimens dans les jardins de Melbourne, tous aux prises avec l’attention en raison de la végétation compétitive. Cela, ai-je répondu, est plus approprié pour Sophie.

Mon souvenir impérissable de Sophie interrompt mon séminaire spécialisé pour me dire que les oiseaux aquatiques sont plus susceptibles d’être responsables de la distribution des espèces d’algues que j’ai découvertes (en partie vrai) et que j’ai perdu certaines des collections qu’elle a faites quelques décennies plus tôt que (ce n’est pas vrai, je ne les ai pas mentionnés).

Sophie m’a également conduit, relativement raisonnablement dans ce cas, à relever la myriade d’erreurs sur la liste de références à la fin de la thèse résultante. Elle avait raison parfois.

Mais Sophie était bien plus qu’une distraction occasionnelle pour l’étudiante spécialisée. Sa bonne amie Sara Maroske a écrit sur la vie de Sophie, dont une partie a été reproduite sur le site Biographie des jardins botaniques nationaux australiens. Je l’ai emprunté ici, et vous pouvez trouver plus d’informations et de références (sans erreur) dans l’Australian Encyclopedia of Australian Science et dans la revue Phycologie.

Sophie est née à Berlin en 1909, et avait 95 ans. La Seconde Guerre mondiale a perturbé ses études universitaires où elle a étudié pour devenir botaniste mais en 1944 elle est devenue assistante de recherche à l’Université de Melbourne. Elle a ensuite travaillé comme employée (30 ans) puis comme associée honoraire jusqu’à mon année d’honneur et au-delà en 1981.

Sophie a décrit sa carrière comme une transition de mycologue (expert en champignons) à phycologue (expert en algues) à historienne en botanique. Je l’ai attrapée à l’intersection des deux derniers, magnifiquement capturée dans sa biographie de 1988 du botaniste et phycologue irlandais William Harvey, Le botaniste satisfait.

Camellia japonica ‘Sophie Ducker’ à droite

Ces dernières années j’ai renoué, précisément et successivement, avec Sophie, en devenant Mécène de l’Australian Garden Historical Society. Cela la perturberait – aller d’abord trop loin, puis dire à quel point c’était un rôle important et me conseiller sur la façon de l’améliorer. Sophie était un membre actif de la société et, comme le dit Sara « En plus d’écrire sur les jardins historiques, l’intérêt de Sophie pour ce sujet se reflétait dans son propre magnifique jardin où chaque plante semblait avoir sa propre histoire… »

Aussi, comme Sara l’a encore bien souligné, Sophie a dû se frayer un chemin dans une profession dominée par les hommes : « … sa propre carrière a été une inspiration pour d’autres femmes et [she] elle a laissé une importante collection de ses propres archives dans les archives de l’Université de Melbourne… Ce faisant, cependant, elle est restée positive sur ce qu’étaient les femmes et sur ce que les femmes peuvent accomplir dans leurs domaines de prédilection. ‘

Sophie mérite plus qu’un simple cultivar de camélia, et en fait de belles algues (algues rouges) sont connues sous le nom de Duckerella. Il a été nommé d’après un bon ami à moi, Mike Wynne, et je pense qu’il pourrait être de couleur complètement rose.
Le camélia, cependant, est plus facile à apprécier pour nous. Il a été créé par le célèbre producteur et sélectionneur de camélias Bob Withers, de Donvale. Il a prospéré pour la première fois en 1994, lorsque Sophie avait 85 ans, et a été nommé en son honneur en 1998.

Découvrez le joli spécimen dans Camellia’s Bed, ou prenez plus de temps pour trouver les autres parmi les vastes collections de jardins de Melbourne. Sophie recommanderait ce dernier, j’en suis sûr. Je n’ai aucune idée de ce que Sophie a pensé de cette sélection mais je sais qu’elle se fera un plaisir de mettre son nom sur une pancarte dans les Jardins botaniques royaux de Victoria.

  • Le Choix de Sophie
  • Le Choix de Sophie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *