À la 42e minute du match contre le Portugal, Youseff En-Nesyri a vu son coéquipier Attiat-Allah lancer un ballon dans la surface et a décidé de sauter. Il s’est élevé à plusieurs mètres du sol tandis que Diogo Costa et Rubén Dias se sont heurtés de façon spectaculaire, comme dans un film muet. Youseff a tourné le cou et a frappé le ballon, qui a franchi la ligne de but. Ce but, célébré avec un rugissement tonitruant dans le stade Al Thumama, a non seulement fini par sceller le passeport du Maroc pour les demi-finales de la Coupe du monde, mais a également ouvert un verrou qui était fermé depuis 92 ans. Enfin un club africain s’était glissé dans le top quatre de la Coupe du monde. Le Maroc a atteint un point que le Cameroun, le Sénégal ou le Ghana, anciens aspirants, n’ont jamais atteint, et il l’a fait après avoir battu de vieilles équipes européennes avec une longue tradition et des footballeurs du plus haut cachet. Les Lions de l’Atlas ont dévoré les rêves de la Belgique, de l’Espagne et du Portugal. Désormais, même la France les craint. L’histoire de cet objectif a commencé à s’écrire en 2008, lorsque son auteur, Youseff En-Nesyri, avait onze ans. Le roi Mohamed VI commanda à cette date la construction d’une académie de football à Salé, une ville de banlieue de Rabat. Devant le manque d’infrastructures sportives au Maroc, le monarque et son secrétaire personnel, Munir El Majidi, président du club de football FUS Rabat, ont décidé de promouvoir un centre éducatif qui leur permettrait de rechercher de jeunes talents dans tout le pays, notamment dans le les zones les plus déprimées. , pour leur offrir une carrière professionnelle. La construction de l’académie a coûté plus de douze millions d’euros. Il a ouvert ses portes en septembre 2010 et a recruté 50 jeunes, âgés de 13 à 18 ans, ayant des compétences en football mais sans formation adéquate. Parmi ces morceaux de charbon, il pourrait y avoir des diamants. Youseff En-Nesyri, originaire de Fès, fut l’un de ses premiers élèves. Il serait ensuite rejoint par Nayef Aguerd et Azzedine Ounahi. Tous trois sont au Qatar et sont devenus des acteurs clés du stratagème de Walid Regragui. Aguerd, un défenseur central imposant qui joue pour West Ham, s’est retiré blessé contre l’Espagne et n’a pas pu prendre le terrain contre le Portugal, mais ses deux autres coéquipiers de l’Académie l’ont fait et ont laissé leur marque sur le match. En-Nesyri a marqué le but et Ounahi a affiché sa vitalité tout au long du milieu de terrain. Ounahi est ce « numéro huit » dont Luis Enrique ignorait le nom mais qui, comme il l’a avoué après le match contre le Maroc, l’avait profondément marqué. En-Nesyri a quitté l’Académie Mohamed VI en 2015, lorsque Málaga l’a signé pour son équipe subsidiaire. Il a été largement discuté en raison de sa faible capacité à marquer, bien qu’il gaspille de la sueur et ait toujours eu la confiance de l’entraîneur. Au Qatar, il compte déjà deux buts et s’est hissé au rang de héros national après son match contre le Portugal. L’attaquant de Séville n’a pas besoin d’être présenté en Espagne, le pays où il a passé toute sa carrière, mais l’apparition d’Ounahi a stupéfié les érudits les plus consciencieux, qui n’ont pas fait inscrire son nom de famille à l’ordre du jour. Ce milieu de terrain maigre et omniprésent, aussi stakhanoviste que tous ses coéquipiers mais aux détails subtils de qualité, a formé l’un des duos de la Coupe du monde avec Sofyan Amrabat, l’homme concret. Ounahi a passé trois ans à l’Académie Mohamed VI puis a émigré en France. Il évolue aujourd’hui à Angers, modeste équipe de Ligue 1, même si les secrétaires techniques des grands clubs européens ont enfin inscrit son nom. Ils l’ont souligné au stylo rouge et avec deux ou trois points d’exclamation à la fin. Cependant, l’Académie Mohamed VI n’explique pas à elle seule le succès marocain au Qatar. Le travail de repérage interne à la recherche d’enfants qualifiés a été complété par un programme d’attraction de talents immigrés. Ses dirigeants cherchent à séduire ces jeunes nés en périphérie parisienne ou dans les quartiers bruxellois dont les parents ont un jour traversé le détroit pour gagner leur vie. La Fédération marocaine de football a décidé en 2010 de déployer un réseau de scouts dans toute l’Europe à la recherche de jeunes prometteurs, dont certains internationaux avec les équipes inférieures de leur pays natal, qui souhaitaient devenir Lions de l’Atlas. Le cas le plus pertinent est probablement celui de Hakim Ziyech, le footballeur le plus créatif de l’équipe d’Afrique du Nord. Né à Dronten, une petite ville des Pays-Bas, l’enfance de Ziyech a été bouleversée lorsqu’il a vu son père, victime de la sclérose en plaques, mourir après une horrible agonie. J’avais dix ans. Il a abandonné l’école et le football. Il a commencé à boire et à se droguer. Seule l’apparition charitable d’un ancien footballeur marocain, Aziz Boukifar, l’a empêché de tomber de la falaise. Boukifar l’a ramené sur les terrains de football et le talent naturel de Ziyech est rapidement tombé amoureux des entraîneurs de la Fédération néerlandaise, qui l’ont appelé pour les différentes équipes inférieures des Pays-Bas. Cependant, en septembre 2015, il décide de raccrocher définitivement le maillot orange et de jouer pour le Maroc. Il ne connaissait ni l’arabe ni le berbère et ne parlait pas le français, mais il a fini par choisir le pays de ses parents. « Je vais toujours faire ce qui me fait du bien et ici je me sens bien », a-t-il conclu. Van Basten l’a qualifié de « stupide ». Peut-être qu’aujourd’hui je ne pense pas la même chose. Related News standard Oui qatar 2022 Achraf Hakimi, d’une Renault 21 avec du carton sur les vitres à la star de la Coupe du monde Rubén Cañizares standard Si le football marocain commence et se termine à Séville Pío García Le Maroc offre des racines à des jeunes qui ne savent pas très bien d’où ils viennent . Quatorze joueurs sont nés au-delà du détroit. Il y a quatre Belges, quatre Néerlandais, deux Français, un Italien et un Canadien. Achraf Hakimi (Madrid, 1998) et le gardien Munir El Kajoui (Melilla, 1989) viennent d’Espagne, même si l’ailier Ez Abde, né à Beni Mellal mais installé à Elche depuis l’âge de sept ans, pourrait également être ajouté au lot. Hakimi et Ziyech ont opté pour le Maroc malgré le fait que, du moins sur le papier, les équipes de leur pays natal leur donnaient une meilleure chance de briller dans les tournois internationaux. « C’est une question de sentiments », répète Achraf de Madrid lorsqu’on lui demande. D’autres, cependant, ont eu plus de mal à trancher. Le Parisien Sofyan Boufal, l’infatigable attaquant à la barbe sauvage, a été appelé en 2015, mais a reconnu qu’il avait besoin de « temps » car il ne savait toujours pas pour quelle équipe jouer. Un an plus tard, qui sait si par conviction ou parce qu’il a vu que ça allait être beaucoup plus difficile avec la France, il a enfilé le maillot rouge des Lions de l’Atlas. Jusqu’à il y a quatre mois, tout ce puzzle dépareillé était assemblé par la mauvaise personne. Vahid Halilhodzic, globe-trotter bosniaque au caractère volcanique, a réussi à qualifier le Maroc pour la Coupe du monde mais ses affrontements avec les joueurs avaient transformé l’équipe en un milieu toxique à l’atmosphère irrespirable. La grande star de l’équipe, Ziyech, l’attaquant de Chelsea, est venu renoncer à la Coupe du monde au Qatar. La Fédération a alors opté pour le limogeage d’Halilhodzic et l’embauche de Walid Regragui, qui avait réussi à soulever la Ligue des champions d’Afrique avec le Wydad Casablanca. Regragui, à qui ses détracteurs reprochent d’être trop sur la défensive, a réussi à ériger un mur et à galvaniser l’enthousiasme de ses hommes, qui le suivent avec une foi presque religieuse. Peut-être parce qu’au fond, il est comme eux : il est né dans la banlieue parisienne, il parle mieux le français que l’arabe et il y a plus de vingt-cinq ans, alors qu’il était un prometteur défenseur toulousain, il a décidé qu’il aller avec le Maroc.

Rédacteur, Auteur, Journaliste

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *