Les plantes ont régulièrement des rapports sexuels non protégés. Comment évitent-ils les infections indésirables ?

Les plantes fournissent une source souhaitable de nutriments dans leur nectar et encouragent de multiples visiteurs à leurs fleurs. Les pollinisateurs qu’ils attirent pourraient transporter des auto-stoppeurs indésirables sous forme de microbes, mais le nectar n’est pas régulièrement infecté. Aura Parra et ses collègues au Brésil, au Canada et aux États-Unis ont découvert des plantes qui gardent leurs fleurs exemptes d’infection en produisant des composés antimicrobiens. Leurs recherches, publiées dans Sciences végétalesa identifié six peptides antimicrobiens dans le nectar de tabac d’ornement.

La reproduction pourrait être un processus dangereux pour une plante. Une plante veut apporter du pollen d’autres plantes sur le corps des pollinisateurs, mais elle n’a aucun contrôle sur l’endroit où ces pollinisateurs se sont trouvés. Ils auraient pu être n’importe où en train de ramasser des bactéries et des champignons. Lorsque les pollinisateurs arriveront, ils chercheront du nectar. Cette soupe de sucres n’attire pas seulement les insectes. C’est aussi une source de nutriments pour toute bactérie ou champignon voyageur qui pourrait utiliser le nectar pour accumuler de l’énergie pour une attaque sévère sur les organes reproducteurs de la plante. Il est logique de chercher une défense dans le nectar, alors Parra et ses collègues ont étudié les peptides trouvés dans le nectar pour leurs propriétés antimicrobiennes.

Nicotiana sanderae. Image : Toile.

Les scientifiques ont utilisé le nectar récolté sur Nicotiana sanderae et N. langsdorffii. L’attrait de ces fleurs pour les botanistes est que les fleurs ont de gros nectaires et produisent beaucoup de nectar, ce qui facilite le prélèvement des échantillons. L’équipe a utilisé des micropipettes pour extraire le nectar, puis l’a analysé pour voir quels peptides se trouvaient dans le nectar.

Il y avait beaucoup de peptides trouvés dans le nectar, 793 au total. Parmi ceux-ci, environ 20 % pourraient être des peptides antimicrobiens. C’est beaucoup à examiner, donc l’équipe en a choisi six pour synthétiser et analyser. Les scientifiques ont choisi les peptides les plus susceptibles d’être analysés, de sorte que les composés sélectionnés avaient un faible poids moléculaire et d’autres facteurs qui les rendaient plus susceptibles d’identifier des composés antimicrobiens.

L’analyse a montré que les peptides avaient effectivement des propriétés antimicrobiennes, mais certains peptides avaient des effets différents sur différents microbes. Par exemple, seuls certains des peptides ont inhibé la croissance des bactéries Pseudomonas syringae et Xanthomonas perforants. En revanche, tous les peptides ont inhibé dans une certaine mesure la croissance des champignons.

La semaine en botanique

Recevez les meilleures histoires partagées par nos abonnés sur Twitter, tous les lundis matin.

Abonnement reçu !

Veuillez vérifier votre e-mail pour confirmer votre abonnement à la newsletter.

Bien qu’ils aient un but défensif, tous les peptides ne nuisent pas aux microbes. Parra et ses collègues notent également que certains peptides interagissent avec les levures et les bactéries pour produire de nouveaux arômes. L’odeur peut s’avérer attrayante pour les pollinisateurs. En conséquence, les peptides peuvent agir à la fois comme attractif sexuel et comme défense contre les infections indésirables.

LIRE L’ARTICLE

Parra, ALC, Freitas, CDT, Souza, PFN, von Aderkas, P., Borchers, CH, Beattie, GA, Silva, FDA et Thornburg, RW (2022) « Le nectar floral de tabac ornemental est une riche source de peptides antimicrobiens, » Sciences végétales324(111427), https://doi.org/10.1016/j.plantsci.2022.111427

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.