Pour célébrer les réalisations de son compagnon collectionneur Francis Masson – un jardinier de Kew Gardens à Londres qui a été envoyé en Afrique du Sud par Sir Joseph Banks – le naturaliste suédois Carl Thunberg a donné son nom à un genre de bulbes à feuilles plates. Ce nom a été officiellement publié en 1780 par le botaniste hollandais Maarten Houttuyn.

Les 30 espèces de Massonie ont deux feuilles en forme de langue qui épousent le sol – comme beaucoup d’autres bulbes sud-africains tels que des espèces de Hémanthus – et la plupart produisent une grappe serrée de petites fleurs au niveau des feuilles.

La moitié des espèces poussent dans la région du Cap en Afrique du Sud (13 seulement là-bas), le reste s’étendant à travers le reste de l’Afrique du Sud, en Namibie et au Lesotho. Ils ont tendance à pousser dans les zones semi-arides et subalpines.

Ces feuilles sont diversement verruqueuses (ou pustuleuses ou papillées), ce qui permet de distinguer quelques espèces. Les fleurs sont toujours blanches ou jaune-vert et maintenues dans un anneau de bractées. Dans cette photo suivante, les fleurs au bord de la grappe – nichées dans les bractées environnantes – commencent tout juste à s’ouvrir (la photo en haut du blog est la même plante, trois jours plus tard).

Chaque fleur a six filaments mâles portant des anthères et un seul style (femelle) au milieu. Les pétales et les sépales sont indiscernables ( tépales ), provenant du haut du «tube floral» court ou plus long, généralement avec certains tépales enroulés et d’autres étalés ou courbés.

Nous n’avons acquis que récemment notre petite collection Massonie, que nous tiendrons pour l’instant dans notre pépinière. Les plantes provenaient de feu Andrew Craig, ainsi que d’autres bulbes et plantes sud-africaines, par l’intermédiaire d’un collectionneur de plantes tout aussi passionné et du propriétaire de la pépinière de Roraima, Lyle Filippe.

Parce que nous n’avons pas eu le temps de vérifier tous les noms d’espèces, je vais simplement inclure quelques photographies de la variation des feuilles et des fleurs exposées fin juin. Pour ceux qui connaissent mieux le genre, certains des noms d’espèces qui nous ont été fournis sont : amiena, difforme, eChinois, longipes, pustule, pygmée (sous-espèce kamiesbergensis) et sépulture.

Quant à savoir pourquoi les feuilles et les fleurs sont si basses au sol, c’est peut-être parce que les rongeurs sont le principal pollinisateur. Ou vice versa.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.