Une combinaison de caractéristiques morphologiques et physiologiques contribue à la mortalité due à la sécheresse, ainsi qu’aux réponses au réchauffement nocturne.

Les semis ont de meilleures chances de survivre en cas de sécheresse s’ils se refroidissent la nuit. L’étude de Ruiling Lu et de ses collègues, publiée dans Physiologie des arbres, met l’accent sur le rôle de la régulation stomatique en révélant comment des températures plus élevées la nuit tuent les plantes. Cela pourrait aider les scientifiques à prédire comment les arbres réagissent au réchauffement climatique.

Les botanistes ont révélé des semis de deux grandes espèces d’arbres subtropicaux, Castanopsis sclérophylle et Schima superbe, deux espèces à feuilles persistantes communes trouvées dans toute la Chine orientale subtropicale, à des températures nocturnes élevées de 2 ° C. Ils ont ensuite examiné les effets des températures élevées sur la photosynthèse, la respiration, la transpiration et l’efficacité de l’utilisation de l’eau.

Tout ce qu’il faut, c’est de l’oxygène pour « respirer ». Ils fabriquent des sucres au soleil. Lorsqu’ils utilisent ces sucres, ils laissent sous forme de dioxyde de carbone.

Le réchauffement nocturne peut affecter la survie des plantes pendant la sécheresse en augmentant la perte de carbone respiratoire pendant la nuit. L’effet est saisissant. Dans cette expérience, la mortalité à la température nocturne a augmenté d’environ 7 % par degré. En revanche, les études sur le réchauffement diurne ont augmenté le délai de décès en cas de sécheresse d’une augmentation de 0 à 5 % par degré de température.

Lu et ses collègues concluent : « Le potentiel de la feuille Predawn et de l’eau des feuilles WUE C. sclérophylle ils étaient beaucoup plus faibles sous le réchauffement nocturne, ce qui peut expliquer une mortalité plus précoce due à la sécheresse C. sclérophylle sous la chaleur de la nuit. Bien que le réchauffement nocturne n’ait montré aucun effet sur la NSC nocturne totale dans les feuilles des deux espèces, les pertes respiratoires nocturnes ont augmenté de S.superba et en raison des taux de photosynthèse réduits des deux espèces, le gain net de carbone foliaire a été réduit chez les deux espèces sous le chauffage nocturne. Ces effets négatifs étaient plus prononcés en S.superba plus que C. sclérophylle. Mortalité due à la sécheresse en S.superba il semble être lié aux changements du métabolisme du carbone sous le réchauffement nocturne. « 

ARTICLE DE RECHERCHE

Lu, R., Du, Y., Sun, H., Xu, X., Yan, L. et Xia, J. (2021) « Le réchauffement nocturne accélère la mortalité des semis due à la sécheresse de deux espèces d’arbres à feuilles persistantes, » Tree Physiology . Presse universitaire d’Oxford (OUP). doi: 10.1093/treephys/tpab168.

Rédacteur, Auteur, Journaliste | Plus de publications

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.