J’ai posté, brièvement, sur l’impératrice du Brésil en 2019. Pas l’impératrice réelle, mais sur le bulbe à fleurs du Brésil appelé Worsleya procera.

Maria Leopoldina a été la première impératrice du Brésil pendant quelques années au début du XIXe siècle, et pendant une période encore plus courte (quelques mois), reine du Portugal. Maria était autrichienne et ces titres étaient détenus par son mariage avec Pedro I.

Au moment où cette espèce a été découverte et décrite par les Européens, comme Amaryllis procera, Pedro II était au pouvoir avec sa femme et «l’impératrice» Teresa Christina. C’était dans les années 1860, à l’époque où l’explorateur français Joseph Libon découvrit cette plante remarquable sur une falaise de granit abrupte près de la ville de Petropolis.

Ce bulbe voyant n’a pas été officiellement séparé dans son propre genre jusqu’en 1944, lorsque le botaniste nord-américain Hamilton Paul Traub a rangé des travaux antérieurs où le nom du genre Worsley a été inventé. Ce nom commémore un horticulteur britannique, Arthrington Worsley, le premier à l’avoir fait fleurir en culture.

Et nous sommes reconnaissants pour le travail de Libon et Worsley (et Traub pour sa nomenclature), afin que nous puissions profiter de cette magnifique fleur dans nos jardins botaniques (et quelques autres) à travers le monde aujourd’hui.

Mes photographies proviennent de la pépinière de Melbourne Gardens, prises début février, après que notre talentueux propagateur Dermot (présenté à côté de la plante en haut) m’ait alerté de sa floraison.

Il y a un autre nom d’espèce qui flotte, Worsleya rayneri, décrit quelques années après que Traub ait établi le genre. Il s’agit d’un nom alternatif pour la même espèce, avec Worsleya procera le nom que nous devrions utiliser. Donc une seule espèce.

Les fleurs sont semblables à celles de la plus connue Hippeastre, et cette espèce a parfois été référée à ce genre. La différence la plus notable est le « cou » allongé entre le bulbe et les feuilles, qui peut atteindre un mètre de long. Souvent, il a une courbe disgracieuse, bouleversant le pot s’il n’est pas bien équilibré.

Les feuilles sont également incurvées et soigneusement rangées.

Je suppose que c’est maintenant rare dans la nature mais, sur la base des publications sur les réseaux sociaux, devient plus courant dans la culture. Comme cela devrait être.

Rédacteur, Auteur, Journaliste | Plus de publications

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.