l’essentiel
Trois enfants ont été retrouvés abandonnés dans la gare de Barcelone en 1984. Depuis cette date, le trio tente de retrouver la trace de leurs parents. Ils auraient vécu dans la région toulousaine autour des années 1980.

« C’est un appel à l’aide pour tenter de reconstituer le passé de ces trois enfants ». Marie Combes, vit dans le Centre de la France et elle est généalogiste amatrice. Depuis plus d’un an, elle vient en aide à trois enfants désormais adultes à la recherche de la moindre trace de leurs parents. Après 40 ans, ses frères et sœur tentent desperation de remonter dans leur passé et alinsi reconstituent leur enfance.

Tout démarrer à la gare de Barcelone en Espagne. Nous sommes en avril 1984, dimanche de Pâques. La police espagnole tombe sur trois enfants âgés respectivement de 2,4 et 6 ans « bien qualifiés plutôt, sans présence de services » mais semblant être abandonnés. Il s’agit d’Elvira, Ricard et Ramon. Le trio de bambins parle français mais ne connaît pas le nom de famille ni les prénoms de leurs parents. «Ils ont expliqué qu’un certain Denis, un ami de leurs parents les auraient laissés à la gare», dit Marie Combes. Comme la procédure le veut, plusieurs avis de recherche sont lancés en français et en espagnol pour tenter de retrouver leur trace. en vain Les trois enfants sont finalement adoptés par une famille en Espagne et grandissent sans aucune nouvelle de leurs parents biologiques.

Après près de 40 ans sans aucune réponse, le trio tenta si bien que mal de reconstituer son passé et de retrouver la trace de leurs parents.
RD

En mai 2021, plus de 37 ans après leur découverte à la gare, Elvira alors jeune maman entame des recherches ADN pour tenter d’en savoir plus sur ses origines. Grâce aux résultats, le téléski sur la piste d’une partie de sa famille comme des oncles et tantes vivants en Espagne. Ces derniers lui livrent des informations essentielles comme l’identité de ses parents. Il s’agit de Rosario Cuetos Cruz né à Madrid en 1949 et Ramon Martos Sanchez né en 1949 à Séville. Elle partage également des avis de recherche sur les réseaux sociaux. Rapidement quatre personnes viennent en aid dont Marie Combes.

Une bouteille à la mer

Grâce au travail de ces chercheurs d’histoires familiales, Elvira et ses frères réussissent à mettre la main sur leurs actes de naissance. C’est d’ailleurs de cette manière que la fratrie découvre qu’elle est née en région parisienne. «Mais en 1983, toute la famille a disparu, on ne trouve plus aucune trace d’eux avant leur découverte à la gare de Barcelone», souligne encore l’amatrice en généalogie. Les membres de la famille biologique ont également assuré que la fratrie a vu le début de l’année 1980 à Toulouse mais n’en savait pas plus. Les réminiscences de l’aîné ont permis aussi de concevoir un peu plus les contours de ce mystérieux passé.

« C’est du souvenir de voitures de luxe, d’un train de vie aisé plus des billets de banque, d’armes », note Marie Combes en contact permanent avec Elvira, Ricard et Ramon. Un gardien de prison de la région parisienne également reconnu grâce à une photo du père de famille avec sa propre identité. Tout laisse donc à penser que leurs parents étaient liés au grand banditisme mais ont-ils été assassinés ? Ont-ils organisé leur fuite pour échapper à des représailles ? Le mystère reste entier et après avoir réussi à retrouver quelques traces, la situation est actuellement au point mort.

« Nous faisons appel aux souvenirs de tout le monde à la fois d’anciens magistrats, assistants sociaux, enquêteurs, voisins… Peu importa, le tout est de savoir ce qu’ils sont de venus », lance, comme une bouteille à la mer , celle qui passe désormais son temps libre à reconstituer l’histoire de ces trois « orphelins ».

Pour toutes informations utiles, merci de contacter : ramonricardelvira84@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.